Collaboration, antisémitisme : le dossier polémique de Franc-Maçonnerie Magazine sur Charles Hernu

Collaboration, antisémitisme : le dossier polémique de Franc-Maçonnerie Magazine sur Charles Hernu
Charles Hernu - DR

Le 23 mai, Franc-Maçonnerie Magazine consacre sa Une à une longue enquête sur le passé rarement expliqué de Charles Hernu, ancien député-maire de Villeurbanne décédé en 1990.

La Une du magazine
La Une du magazine

"Hernu-Faucher, des collabos en loge", un titre (impliquant également Jean-André Faucher) qui risque d’en faire bondir plus d’un.

Jean-Moïse Braitberg, journaliste pour la publication, travaille sur cette affaire depuis plus de 20 ans, parfois sous le pseudonyme de Jacques Lambert. Aujourd’hui, alors qu’il dit avoir "des preuves tangibles", il accuse Charles Hernu d’avoir été "antisémite et collabo" durant la Seconde Guerre Mondiale. "Son attitude par la suite en dit long parce qu’il n’a cessé de s’entourer de juifs, il avait peut-être des choses à se reprocher et avait peut-être des remords. Mais c’est un parcours qui ne fait honneur ni à la maçonnerie ni à la République, nous explique-t-il. Il y avait des rumeurs. C’était connu de tous mais personne n’avait de précisions.

C’est sa rencontre avec un ancien membre du renseignement militaire qui va le conforter dans son enquête. "Lorsqu’on ne veut pas que quelque chose se sache, ça ne se sait jamais. Avec ce que j’ai trouvé sur Charles Hernu, il n’aurait jamais dû devenir ministre de la Défense", lui expliquera cet homme qui avait rédigé une note sur Charles Hernu.

Elément central de l’article de Franc-Maçonnerie Magazine : la réquisition du magasin d’un fourreur juif en 1944 à Grenoble. Le propriétaire Arthur Wolberg se plaint alors de la perte de 300 000 francs de marchandises par les autorités allemandes "et par le délégué départemental à l’information sociale" : Charles Hernu.
Questionné à la prison de Grenoble, il ressort non incriminé dans l’affaire de vol comme le souligne le procès-verbal. Les doutes n’auront toutefois jamais été levés, Hernu fera même l’objet d’un véritable interrogatoire en 1956 par un "jury fraternel", un groupe de francs-maçons de la loge Maurice Berteaux. Face aux rumeurs persistantes, ces derniers cherchent à percer le mystère, sans succès.
Contactée par LyonMag.com, la directrice du Centre de la Résistance et de la Déportation (CHRD) Isabelle Doré-Rivé indique n’avoir "rien sur le sujet. Je sais que c’est un serpent de mer qui fait l’objet de rumeurs. Je sais aussi qu’il a été inquiété à la Libération. Mais sans plus".

Jean-Moïse Braitberg avait tenté de confronter Charles Hernu à ses accusations. En 1989, un an avant sa mort, le maire socialiste de Villeurbanne se fait apostropher en public par le journaliste. Un événement "passé sous silence dans la presse lyonnaise, c’est l’omerta", selon Braitberg.
Ce dernier annonce également avoir rencontré Jean-Jack Queyranne et de lui avoir fait part de son enquête : "Queyranne m’a reçu à Paris, rue de Solferino. Il a regardé mon dossier et m’a remercié. C’est tout". Questionné sur le sujet par LyonMag, Jean-Jack Queyranne reconnaît avoir vu Braitberg. "Je l’ai rencontré en 1988, j’étais au courant qu’Hernu avait des casseroles. Ca sentait le souffre", commente aujourd’hui le président de la Région Rhône-Alpes.

Avant cette entrevue rue Solferino, Jean-Moïse Braitberg avait cherché une publication pour son enquête. Le Quotidien de Paris, le Canard Enchaîné, le Point, le Monde, tous refusent, certains lui conseillant de publier un livre. "A l’époque, je n’avais pas l’épisode Wolberg", explique le journaliste qui a fait envoyer un exemplaire du magazine à la Région, à Gérard Collomb, à la mairie de Villeurbanne ou encore au président de la Licra Alain Jakubowicz.

Aujourd’hui, Jean-Moïse Braitberg a mis fin à sa longue enquête sur celui qu’il considère comme "un zélé soutier de l’effrayant mécanisme de la Solution finale". Il n’a toutefois pas terminé son combat : "Mon souhait est désormais que l’on débaptise la place et la station de métro Charpennes-Charles-Hernu, c’est une insulte à Lyon, capitale de la Résistance !".
La mairie de Villeurbanne, elle, avait prévu de commenter le dossier dans la journée.

Tags :

Charles Hernu

20 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
black boulage le 24/05/2013 à 15:42

comment les lyonnais peuvent ils s'accommoder d'avoir tant d'élus pratiquant ce genre de secte

extrait du figaro de ce jour 24 mai 201

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/24/97001-20130524FILWWW00411-un-pretre-franc-macon-demis-de-ses-fonctions-a-la-demande-du-vatican.php

Signaler Répondre

avatar
loeil le 24/05/2013 à 13:49

En fait, je précise que l'appartenance au Service d'Ordre Légionnaire SOL, n'était pas le fait de Charles Hernu , mais celui d'un autre proche de François Mitterrand , François de GrOssouvre, qui lui aussi vécut à Lyon pendant la guerre et mourut étrangement suicidé au Palais de l'Elysée.
Quant à l'article de Franc maçonnerie magazine, il est apparemment bien fait. Les personnes qui peuvent apporter des informations contradictoires peuvent et doivent évidemment le faire.
Il faut évidemment se méfier de ceux qui enjolivent l'histoire, y compris celle de la franc-maçonnerie française qui fut par exemple un des moteurs de la colonisation...

Signaler Répondre

avatar
franm le 24/05/2013 à 13:24

changeons le nom de charpenne qui ne mérite de toute facon pas de porter le nom de ce personnage

Signaler Répondre

avatar
brait2@wanadoo.fr le 24/05/2013 à 12:55
BERNARDNICOLE a écrit le 24/05/2013 à 09h32

est-il bien utile de remuer cela maintenant, il aurait fallu le faire quand Charles HERNU était vivant, cela sent mauvais, cette période était bien difficile et juger maintenant cela ne sert pas à grand chose après tant de temps.
Je reste très attachée à la mémoire de Charles HERNU.

Nicole BERNARD

Mais bien sûr que je l'ai fait quand il était vivant. Je suis allé apostropher Hernu publiquemenbt sur son passé lors des cérémonies du 45ème anniversaire de la libération de Villeurbanne. Et que s'est il passé? Trois lignes dans le Progrès relatant l'incident sans en expliquer la cause. Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...

Signaler Répondre

avatar
brait2@wanadoo.fr le 24/05/2013 à 12:53
BERNARDNICOLE a écrit le 24/05/2013 à 09h32

est-il bien utile de remuer cela maintenant, il aurait fallu le faire quand Charles HERNU était vivant, cela sent mauvais, cette période était bien difficile et juger maintenant cela ne sert pas à grand chose après tant de temps.
Je reste très attachée à la mémoire de Charles HERNU.

Nicole BERNARD

Votre réaction est étonnante. Je suis allé apostropher Hernu publiquement à Villeurbanne lors du 45ème anniversaire de la libération de la ville en 1989. Résultat: trois lignes dans le Progrès qui relataient l'incident sans en expliquer la cause. Il n'y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...

Signaler Répondre

avatar
BERNARDNICOLE le 24/05/2013 à 09:32

est-il bien utile de remuer cela maintenant, il aurait fallu le faire quand Charles HERNU était vivant, cela sent mauvais, cette période était bien difficile et juger maintenant cela ne sert pas à grand chose après tant de temps.
Je reste très attachée à la mémoire de Charles HERNU.

Nicole BERNARD

Signaler Répondre

avatar
GG le 24/05/2013 à 07:34

On sort celà maintenant à qui profite le crime ?

Signaler Répondre

avatar
guiseppe garibaldi le 23/05/2013 à 23:50

Franc-Maçonnerie Magazine, combien de divisions ?
4 000 abonnés et 6 000 ventes en kiosque sur 160 000 Sœurs et Frères en France et plus de 320 000 initiè(e)s, selon l'adage, maçon un jour maçon toujours
C'est à dire rien du tout comme audience nationale.
Leur survie, ils l'a doivent à des sujets polémiques qui fait le buzz..
trois points c'est tout...

Signaler Répondre

avatar
loeil le 23/05/2013 à 23:41

L'engagement collaborationniste de Charles Hernu comprend aussi son appartenance au Service d'Ordre Légionnaire.
Quand à la maçonnerie, qui comprend 98% de membres intègres, désintéressés, réellement engagés pour le bien commun, elle doit faire, y compris à Lyon, le ménage quand elle repère des brebis galeuses. Or s'il est facile d'entrer en maçonnerie, dont les filtres sont assez lâches, il est impossible pour une loge de se débarrasser d'un " frère" indésirable. A la différence de la moindre association loi 1901 capable d'avoir dans son règlement une exclusion pour faute grave, les règlement des différentes obédiences n'ont aucun texte de ce type. Il suffit pour reste maçon en toute rigueur, de payer son adhésion.

Signaler Répondre

avatar
Lucien le 23/05/2013 à 15:52

Les socialistes sont vraiment des hypocrites, menteurs et malhonnêtes.

mitterrand, hernu ont été des collabos avec le régime de Vichy.
Beaucoup de socialistes le savaient, ils se sont tus.

dsk, cahuzac, guerini, kucheida, etc. Beaucoup savaient et se sont tus.

Le tour de petits barons rebelles, magouilleurs et corrompus, viendra quand les électeurs cesseront de voter pour eux !

Signaler Répondre

avatar
Foldire le 23/05/2013 à 12:48
Kestion a écrit le 23/05/2013 à 11h31

A quand un dossier dans Franc-Maçonnerie Magazine sur les franc-maçons délinquants fiscaux, mêles à des conflits d'intérêts, "détourneurs" de fonds publics, employeurs fictifs, etc... ?

Impossible, un magazine avec des millions de pages, c'est irréalisable.

Signaler Répondre

avatar
Ah les Frères... le 23/05/2013 à 12:39
Désinformation a écrit le 23/05/2013 à 12h00

A quand la dissolutions des sectes franc-maçonnes, ces organisations qui ont le droit de fermer leurs portes aux femmes, ou à ceux qui n'ont pas leur carte au PS...? Chaque loge a ses spécificités, mais toutes ont en commun leurs activités malsaines d'arrière-cour.

Loge exclusivement masculine...mais ils ont le front de critiquer l'Eglise Catholique parce que la prêtrise est fermée aux femmes!

Signaler Répondre

avatar
brait2@wanadoo.fr le 23/05/2013 à 12:34

La réaction de Pagtrice Hernu est pathétique. Certes, son père et son père et l'on peut colmprendre que la réalité sur le passé de son père lui soit pénible. Mais les faits sont les faits. Non il ne s'agit pas d'une rumeur. Charles Hedrnu qui fut député, maire de Villeurbanne, personnalité socialiste de premier plan et ministre de la défense nationale de la France, fut sous l'occupation à Grenoble un propagandiste zélé de la collaboration avec l'allemagne et a voulu profiter du sort fait aux juifs par les nazis. Mon enquête s'appuie sur des documents d'archive indiscutables que je suis prêt à soumetter à l'appréciation d'une commission d'historiens indépendants et à Patrice Hernu s'il le souhaite. Reste que le nom de Charles Hernu donné à des lieux publics de Lyon et de Villeurbanne demeure une insulte à la mémoire des vrais résistants, des socialistes sincères et plus généralement aux valeurs de la République.

Jean-Moïse Braitberg
journaliste, franc-maçonnerie magazine

Signaler Répondre

avatar
FMi le 23/05/2013 à 12:29

Un autre franc maçon cité page 21 du lien ci-dessous devenu actionnaire d'une société cotée au Nasdaq non déclaré.
http://www.sec.gov/Archives/edgar/data/927761/0000950152-05-003197.txt

Signaler Répondre

avatar
nc le 23/05/2013 à 12:10

en voilà un autre (franc-maçon) :


Mardi 21 mai 2013
3 millions d'euros de blanchiment d'argent pour le fils chômeur du ministre Laurent Fabius ?

3 millions d'euros de blanchiment d'argent pour le fils du ministre Laurent Fabius ?




L-etrange-mauvaise-affaire-de-Thomas-Fabius_article_landsca.jpgLe fils du ministre a payé 7,4 millions d’euros un bien qui avait été vendu 4,4 millions deux ans auparavant.




Paris Match s’est procuré l’acte de vente du fameux appartement acheté boulevard Saint-Germain par Thomas Fabius. Il établit que le fils du ministre des Affaires étrangères a payé 7,4 millions d’euros un bien qui, deux ans auparavant, avait été cédé 4,4 millions. Comment expliquer un tel écart?? Thomas Fabius a-t-il si peu le sens des affaires?? A moins que cette transaction ne cache une opération de blanchiment. C’est en tout cas une des hypothèses sur lesquelles planchent aujourd’hui les policiers de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).
VINGT-SIX MILLE EUROS LE MÈTRE CARRÉ. UN RECORD DANS CE QUARTIER

L’histoire commence le 19 avril 2012, trois jours avant le premier tour de l’élection présidentielle. Héritière d’une famille de la grande distribution, Béatrice B. signe, ce jour-là, une promesse de vente pour un appartement de 285 mètres carrés boulevard Saint-Germain, au coin du boulevard Raspail. Le bénéficiaire est la société civile immobilière Poopie Woopie, gérée par une jeune Hollandaise, Irma S. Jamais le nom de Thomas Fabius n’apparaît. C’est pourtant lui le propriétaire de cette SCI. Sur l’acte de vente, l’appartement est décrit ainsi?: «?Cinquième étage, huit pièces principales, cuisine, dégagements, trois WC, salle de bains avec dressing, salle de bains, salle d’eau avec WC, cheminées.?» Le prix est fixé à 7,4 millions d’euros. Soit 26 000 euros le mètre carré. Un record dans un quartier où il tourne autour de 15 000 euros. C’est d’ailleurs à ce prix – 4,4 millions – qu’il avait été précédemment acquis, en mai 2010, par Béatrice B. auprès du réalisateur Claude Zidi. Qu’est-ce qui justifie une telle augmentation en seulement deux ans, alors qu’entre-temps le marché immobilier a stagné?? «?Je l’ai acheté à un prix très bas et l’ai ensuite remis en état. J’ai rencontré Thomas Fabius par une amie commune. C’est le seul acheteur potentiel que j’ai vu?», nous a répondu, un peu gênée, Béatrice B. Cette femme de 47 ans, collectionneuse d’art contemporain, suscite bien des interrogations chez les policiers qui l’ont entendue fin mars. Très riche, elle a détenu, selon Artcurial, un tableau de Basquiat estimé à 2,5 millions d’euros qui sera mis en vente début juin. Sa sœur et son beau-frère possèdent en Normandie un haras réputé dans le monde des concours hippiques. Ils ont longtemps côtoyé un autre propriétaire de chevaux, François Fabius, le frère de Laurent, décédé en 2006. Au téléphone, Béatrice B. nie tout arrangement avec la famille Fabius?: «?Je ne les connaissais pas avant cette vente.?»

Deux mois après la promesse de vente, l’acte définitif est signé le 20 juin 2012. Là encore, le nom de Thomas Fabius n’apparaît pas. Le prix de la transaction réalisée en 2010, 4,4 millions d’euros, est mentionné dans le document. Autrement dit, le fils du nouveau patron du Quai d’Orsay sait parfaitement qu’il débourse 3 millions de plus que ce que valait cet appartement deux ans auparavant. Trois millions, c’est précisément la somme qu’il règle comptant pour l’opération (3,38). D’où vient cet argent?? Comment a-t-il pu se le procurer, lui qui ne déclare au fisc aucun revenu imposable?? «?Je ne me suis pas posé la question. Je savais que c’était un héritier et que sa famille venait de vendre sa collection d’art?», nous a expliqué Béatrice B. Le solde est réglé par un prêt de 4 millions d’euros obtenu à la banque italienne Monte Paschi, remboursable en une fois le 30 juin 2022 et garanti sur la valeur de l’appartement. Contacté par Match, Thomas Fabius n’a pas souhaité donner d’explications sur cette étrange mauvaise affaire.

Signaler Répondre

avatar
Désinformation le 23/05/2013 à 12:00

A quand la dissolutions des sectes franc-maçonnes, ces organisations qui ont le droit de fermer leurs portes aux femmes, ou à ceux qui n'ont pas leur carte au PS...? Chaque loge a ses spécificités, mais toutes ont en commun leurs activités malsaines d'arrière-cour.

Signaler Répondre

avatar
galet le 23/05/2013 à 11:59

j'ajoute appauvrissement de l'afrique.

par des présidents africains inconscients

Signaler Répondre

avatar
La parole est à la défense! le 23/05/2013 à 11:53

La Parole est à la Défense!

SJPerrin le 22/05/2013 à 22:35 Signaler un contenu abusif

Pourquoi cette calomnie ressort-elle ?

Chères amies, chers amis,

Quand sont parues les accusations infames sur mon père concernant une collaboration avec le KGB, je me suis battu avec mes frères, mon avocat Serge Lewisch, le co-auteur du livre que j'ai écrit, Frédéric Charpier, et des responsables honnêtes des services, au plus haut niveau, comme Melnik, chef des services du général de Gaulle, ou Bonnet, chef des services pour François Mitterrand, pour faire la vérité.
(... )
Je verrai avec mon avocat demain s'il convient de traiter ce genre d'individus par le mépris ou s'il faut prendre d'autres dispositions. L'histoire a déjà tranché. Mais la fange appelle la fange. Il n'est pas certain que je doive en faire bénéficier mes amis.

Je ne dirai rien de plus pour l'heure, ne voulant pas m'abaisser à répondre à l’ignominie. Je voulais juste rassurer mes amis et ceux qui se souviennent du "Charles" comme on disait.

Patrice Hernu
également fils de Charles Hernu et fier de l'être.

http://www.lepoint.fr/reactions/societe/commentaires-sur-charles-hernu-ce-collabo-22-05-2013-1671128_23

Personnellement je n'ai pas d'avis sur la question...je me souviens juste qu'il était Ministre de la Défense au moment de l'Affaire du Rainbow Warrior qui avait fâché tout rouge "Fafa, le Premier Ministre de la France"! Et des rumeurs de collaboration avec le KGB...
Mais en politique, pour savoir le vrai du faux...
En tout cas, dans ce genre d'affaire, il convient toujours de se poser la question : "A qui ça profite ?"
http://larealiteenface.overblog.com/

Signaler Répondre

avatar
French le 23/05/2013 à 11:53

En gros, tout le monde savait mais personne ne bronchait. Tellement français !

Signaler Répondre

avatar
Kestion le 23/05/2013 à 11:31

A quand un dossier dans Franc-Maçonnerie Magazine sur les franc-maçons délinquants fiscaux, mêles à des conflits d'intérêts, "détourneurs" de fonds publics, employeurs fictifs, etc... ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.