Amiante chez Renault Trucks : les ex-salariés devront encore patienter

Amiante chez Renault Trucks : les ex-salariés devront encore patienter

Ce mardi, le tribunal administratif de Lyon, saisi par d'ex-salariés Renault Trucks se penchait sur le refus du Ministre du travail Michel Sapin de classer les deux sites lyonnais comme établissements où les salariés sont en contact avec l'amiante.

Depuis plusieurs années, l'Association Prévenir et Réparer (APER) mène un combat en ce sens auprès des ex-salariés de Berliet devenu RVI et de certains employés d'Irisbus. L'enjeu est important puisqu'une reconnaissance ouvre le droit à une "préretraite amiante" avec perception d'une allocation spécifique non soumise à l'impôt sur le revenu.

A l'issue de l'audience, le jugement a été mis en délibéré. Selon France 3, l'avocat des salariés se voulait rassurant puisque la conclusion du rapporteur public penche en faveur de l'annulation de la décision du ministère. La décision est attendue pour le mois de février

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.