Trafic de vidéoprojecteurs : les deux employés de la Ville de Lyon suspendus

Trafic de vidéoprojecteurs : les deux employés de la Ville de Lyon suspendus

L'enquête se poursuit après la découverte d'un trafic de matériel informatique dont les protagonistes seraient deux employés municipaux.

Mardi, c'est un homme de 31 ans habitant le 9e arrondissement, qui a été interpellé. Il est soupçonné d'avoir, dans le cadre de son emploi à la Ville de Lyon, commandé en surnombre des vidéoprojecteurs destinés aux écoles municipales et d'avoir revendu le surplus sur le site Le Bon Coin. Le trafic aurait débuté en août 2014.
Fin février, un particulier avait alerté la police sur une annonce qui lui paraissait étrange : le vidéoprojecteur, dont le prix initial est de 2200 euros, était vendu sur Le Bon Coin à seulement 600 euros.

Les enquêteurs n'ont ensuite eu aucun mal à remonter la piste de l'employé peu scrupuleux. Un de ses collègues, âgé de 46 ans et habitant Mornant, a lui aussi été interpellé mercredi matin sur son lieu de travail à la Direction de l'Education, avenue Jean-Jaurès dans le 7e arrondissement. A leurs domiciles respectifs, la police a notamment retrouvé cinq vidéoprojecteurs.

Les deux escrocs présumés ont été laissés libres et ont été suspendus à titre conservatoire. La Ville de Lyon, qui de son côté a porté plainte, a décidé de réaliser un inventaire de son matériel informatique afin d'établir le préjudice qui avoisinerait les 15 000 euros.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
nathasha le 16/03/2015 à 21:21
SPLR a écrit le 16/03/2015 à 19h17

Ceci relève de la commande publique, avec un marché signé par un adjoint ayant délégation de signature, ensuite chaque bon de commande est signé par un cadre supérieur qui a reçu délégation de signature, un engagement financier est saisi par le comptable, ensuite la facture est visée d'un service fait et d'un bon pour paiement et le comptable mandate sur son engagement financier, puis le mandat est visé par les services du trésorier qui procède au paiement. A qui va t on faire croire que personne ne savait, c'est l'argent du contribuable, C'est le système politique en place qui est responsable...

avant de dire des bêtises et de jouer la théorie du complot ! il s’agit d une commande de dotation , donc plusieurs dizaines le tout dans un local avec processus d attribution a certaine écoles ayant fait la demande de dotation dans un ordre défini, donc la personne avait la clefs des locaux de stockage et voila ! arrêter a chercher a jouer le watergate a chaque détournement de stylo a la ville ! j y travaille et rassurer vous nous sommes profondément toucher par l événement , c est une trahison dans nos équipes ,

Signaler Répondre

avatar
SPLR le 16/03/2015 à 19:17

Ceci relève de la commande publique, avec un marché signé par un adjoint ayant délégation de signature, ensuite chaque bon de commande est signé par un cadre supérieur qui a reçu délégation de signature, un engagement financier est saisi par le comptable, ensuite la facture est visée d'un service fait et d'un bon pour paiement et le comptable mandate sur son engagement financier, puis le mandat est visé par les services du trésorier qui procède au paiement. A qui va t on faire croire que personne ne savait, c'est l'argent du contribuable, C'est le système politique en place qui est responsable...

Signaler Répondre

avatar
Merhuez le 14/03/2015 à 14:15

La plus grosse escroquerie est celle du peuple élu

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 13/03/2015 à 22:02

Ca me fait un peu de la peine tant ils sont stupides
Evidemment que la piste était facile à remonter...

Signaler Répondre

avatar
voireuil le 13/03/2015 à 09:38

C'est pas ce que Maître COLLOMB et ses amis leur ont appris: voler!

Signaler Répondre

avatar
Robert le 13/03/2015 à 09:29

Bon je ne veut pas minimiser les faits et leurs conséquences financières, mais ces deux là sont des lampistes au regard de ce qui se passe ailleurs...

Ceux-là se protègent en se tenant par la barbichette...

Triste réalité d'une "démocratie locale", sous emprise mafieuse.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.