Lyon : les "faucheurs de chaises" ciblent HSBC avant de se faire interpeller

Lyon : les "faucheurs de chaises" ciblent HSBC avant de se faire interpeller
LyonMag

Ce lundi, les "Faucheurs de chaises", aidés de candidats du Rassemblement qui se présente aux élections régionales en Auvergne Rhône-Alpes, avaient décidé de mener une action à Lyon.

LyonMag
LyonMag
Ces militants qui se battent pour démontrer que l'argent nécessaire pour lutter contre le changement climatique existe et qu'il se trouve "dans les paradis fiscaux et les banques impliquées dans l'évasion fiscale", ont ciblé l'agence HSBC rue de la République.

Une quinzaine d'entre eux ont alors fait irruption dans le bâtiment, ont "fauché" trois fauteuils de bureaux qu'ils ont ensuite cachés dans une camionnette de location.

La police est intervenue et a interpellé 11 militants dont Corinne Morel-Darleux, porte-parole du Rassemblement, qui ont été conduits au commissariat du 2e arrondissement de Lyon.

X
12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
oulala le 12/11/2015 à 15:54
capitaine adhoc a écrit le 12/11/2015 à 11h26

Très bonne idée, quand certains tapent sur les immigrés sans défense, d'autres s'attaquent aux vrais responsables de la situation économique mondiale

+1
Preuve que le monde capitaliste à peur, HSBC aurait acheté des antivols pour chaises

Signaler Répondre

avatar
capitaine adhoc le 12/11/2015 à 11:26

Très bonne idée, quand certains tapent sur les immigrés sans défense, d'autres s'attaquent aux vrais responsables de la situation économique mondiale

Signaler Répondre

avatar
Ikae le 12/11/2015 à 11:07
bon accueil a écrit le 11/11/2015 à 21h39

Un bon petit coup de pied au "siège" de ces banques qui jouent avec notre argent, qui le détourne des prélèvements finançant les États, et qui viennent pleurer qu'on les sauve dès que les impacts de leurs agissements leur sautent à la gueule.
Ça mériterait un peu plus, mais c'est un bon début...

Tout à fait!
Prochain objectif: 4 chaises et une table basse

Signaler Répondre

avatar
bon accueil le 11/11/2015 à 21:39

Un bon petit coup de pied au "siège" de ces banques qui jouent avec notre argent, qui le détourne des prélèvements finançant les États, et qui viennent pleurer qu'on les sauve dès que les impacts de leurs agissements leur sautent à la gueule.
Ça mériterait un peu plus, mais c'est un bon début...

Signaler Répondre

avatar
le ridicule ne tue pas le 11/11/2015 à 13:48

Des "Faucheurs de chaises" qui vont piquer 3 chaises dans une banque pour dénoncer le capitalisme... rassurez moi, c'était une blague pour une caméra cachée?

Signaler Répondre

avatar
Vertderage le 10/11/2015 à 08:41

La politique écolo frise le realityshow ! Quelle tristesse que ces pseudos robin des bois.

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 10/11/2015 à 08:36
LesRéacsCaOseTout a écrit le 09/11/2015 à 18h22

Ils ont volé trois chaises : en garde à vue.
La filiale suisse d'HSBC a encouragé l'évasion fiscale et le blanchiment de fraude fiscale, et a contenu l'argent d'au moins 3000 contribuables présents sur la liste Falciani : ils ont pignon sur rue.

Normal, 'faut pas nuire au système si bienveillant qui nous protège tous ! ....
...
Heu....

Signaler Répondre

avatar
ANTI COP21 le 10/11/2015 à 08:00

Non aux Khmers verts !
Oui au Réchauffement de la planète ! Marre de se les geler 8 mois sur 12 !

Signaler Répondre

avatar
j'ai peur le 09/11/2015 à 22:12

Wahou! Tremble HSBC!!!!!

Signaler Répondre

avatar
Oli le 09/11/2015 à 19:34

Courage à ces jeune banques voleurs

Signaler Répondre

avatar
gnnnnnnn le 09/11/2015 à 18:40

Ça c'est de la révolte ! Avec des gros bouts !

Signaler Répondre

avatar
LesRéacsCaOseTout le 09/11/2015 à 18:22

Ils ont volé trois chaises : en garde à vue.
La filiale suisse d'HSBC a encouragé l'évasion fiscale et le blanchiment de fraude fiscale, et a contenu l'argent d'au moins 3000 contribuables présents sur la liste Falciani : ils ont pignon sur rue.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.