Le père Preynat fait appel de la non-prescription des faits

Le père Preynat fait appel de la non-prescription des faits
Le père Preynat entouré de scouts - Archives DR

Le père Preynat, soupçonné d’avoir agressé sexuellement plusieurs enfants dans les années 90, va faire appel de la décision de non-prescription des faits. Alors que l’affaire a éclaté au grand jour il y a quelques semaines, la justice a finalement autorisé les poursuites pour des faits qui remontent à presque 25 ans.

La justice a reconnu en début de semaine que certaines plaintes, déposées par des anciens scouts de Sainte-Foy-Lès-Lyon envers le père Preynat n’étaient pas prescrites. L’avocat du curé lyonnais a annoncé dans Metronews que son client avait l’intention de faire appel de cette décision.

Alors que les agressions sexuelles se seraient déroulées de 1986 et 1991, les cas retenus par la justice auraient dû être prescrits trois ans après les faits, soit en 1994. Or, ce n’est que vingt ans plus tard, en 2014, que la première plainte est déposée.

En parallèle, une enquête a été ouverte sur des faits de "non-dénonciation de crimes" à l’encontre du cardinal Barbarin, soupçonné d’avoir couvert les agissements pédophiles du père Preynat.

Les associations Enfance et Partage et La Parole Libérée souhaitent d’ailleurs faire évoluer la législation en ce qui concerne les délais de prescriptions du délit de non dénonciation de mauvais traitements ou d’atteintes sexuelles.

A ce jour, le mineur victime de viol dispose de 20 ans à dater de sa majorité pour dénoncer les faits mais seulement trois ans pour dénoncer une personne qui aurait eu connaissance de ce type d’agissements. Au nom de la "protection de l’enfance", les associations réclament que les règles de prescription soient les mêmes pour les crimes et délits sur des mineurs comme pour leur non dénonciation.

Tags :

preynat

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Taxiiiiiiimerdapasmoi le 02/04/2016 à 11:25

SI ÇA SE TROUVE ILS N'Y CROIENT MÊME PAS EUX MÊME à la justice de Dieu. !!!!!!!

Signaler Répondre

avatar
Jhon69 le 02/04/2016 à 08:13

Comment peut-on continuer d'appeler père un Pretre de l'église chrétienne comment avec ces comportements généraux dans l'église de France : les évangiles mentionnent que nul ne peut se prévaloir des appellations maître ou père un gros nettoyage et une réforme complète du fonctionnement devra avoir lieu et très rapidement dans notre chère Eglise !

Signaler Répondre

avatar
Jms69 le 31/03/2016 à 23:08

Ho si cette personne fait appel c est qu elle as quelque chose à se reprocher. On devrais tous boycotter les église tant que les hautes autorités de l église ne font pas le ménage et envoi en justice les ou parle ou présumé coupable c'est tous les chrétiens qui passe pour des malhonnêtes

Signaler Répondre

avatar
foareterdenouzentuber le 31/03/2016 à 19:38

pour la religion chrétienne, il n'y aura aucune prescription pour les autres... cool Raoul...

Signaler Répondre

avatar
Plus c'est gros plus ça passe le 31/03/2016 à 18:45

Encore les conseils du cabinet de gestion de crise employé par le diocèse?

Signaler Répondre

avatar
Lamentable le 31/03/2016 à 14:39

Sans foi ni loi

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 31/03/2016 à 14:00

Pour la Justice de Dieu il n'y aura pas de prescription...

Signaler Répondre

avatar
Dieu le regarde? le 31/03/2016 à 13:58

Ben voyons, on continu dans le mensonge, l'hypocrisie et la négation de se qu'on subit les victimes.

Et c'est censé faire la morale, dire ce qui est bien, ce qui est juste ect ect ect

Signaler Répondre

avatar
Plume le 31/03/2016 à 11:44

L'église mise tout sur la bataille judiciaire, mais elle sera longue, incertaine et désastreuse en terme d'image. À chaque nouvel article dans la presse, l'opinion publique associe encore un peu plus église et pédophilie. Sans compter que le plus gros risque, c'est que d'autres affaires émergent. C'est le scénario du scandale de Boston qui se répète.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.