Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

DR

Braillard soutient Macron : La France Insoumise dénonce “un calcul politique”

DR

Thierry Braillard, le secrétaire d'Etat aux Sports, a annoncé son ralliement à Emmanuel Macron ce jeudi matin. 

Ce choix interpelle à gauche et particulièrement le candidat France Insoumise pour la première circonscription du Rhône aux législatives, Elliott Aubin : "nous ne sommes pas dupes de la manœuvre et du calcul politique. Thierry Braillard, cherche par tous les moyens à récupérer son poste de député."

Le membre du Parti Radical de Gauche s’est, avec cette alliance attiré les foudres du candidat du parti de Jean-Luc Mélenchon qui poursuit : "par cette démarche, Thierry Braillard montre que ses convictions ne sont guidées non par l'intérêt des Français et des françaises et de la France mais par des intérêts personnels de petite politique."

Thierry Braillard, lui, ne veut pas entendre parler d’opportunisme "Macron c’est un choix de conviction."

Cette passe d’armes annonce en tout cas une campagne houleuse dans la première circonscription du Rhône aux législatives. En effet, Thierry Braillard est candidat pour redevenir député, après avoir été élu dans cette même circonscription en 2012. Il avait dû laisser son poste à Gilda Hobert (PRG) pour entrer au gouvernement. 



Tags : Thierry Braillard | elliott aubin |

Commentaires 60

Déposé le 03/04/2017 à 15h39  
Par Macrln est un hologramme ..... Citer

Voici les réelles motivations de ces gens là :

François Bayrou, avant de se rallier à Macron, avait dit de lui : « c’est un hologramme », et il est probable qu’il le pense toujours. Cette image reflète l’exacte vérité. Macron n’a pas de réalité, il n’est que la projection de quelque chose d’autre à travers l’interface des médias qui représentent toute la machinerie de projection et de visualisation de ce personnage virtuel. En d’autres termes, la prise de pouvoir par Macron c’est la prise de pouvoir par et à travers les médias, qui commencent déjà à poser les jalons de ce que sera leur pouvoir en définissant la manière dont on doit penser, ce que l’on peut dire ou écrire et qui est autorisé à le faire. Le ralliement de Bayrou en dépit de son jugement sur Macron apparait alors sous un tout autre éclairage. Plutôt que de se battre contre les médias comme il l’avait fait par le passé, François Bayrou aurait choisi de s’en servir pour rebondir, en s’immisçant dans leur propre dispositif. D’autres comme Valls l’auront également compris et savent que leur avenir politique pourrait être fortement compromis sans leur ralliement, et ce, quel que soit le résultat des élections.

La campagne des médias pour prendre le pouvoir en France, à travers leur poupée Macron, entre dans un processus plus vaste de guerre des médias qui éclipse presque les Guerres de Syrie, d’Ukraine et du Yémen. La restauration du contrôle de l’information par les puissances oligarchiques est devenue primordiale, comme le montrent les efforts colossaux déployés pour étouffer toutes les voix dissidentes. La même campagne, sous une forme différente se déroule en ce moment-même aux Etats-Unis contre Donald Trump, et à l’échelle mondiale contre les médias russes. On ne se bat plus seulement pour le contrôle de l’énergie et des ressources, mais aussi pour le contrôle de l’information sans lequel toutes les autres batailles sont perdues d’avance. La bataille de France pour les élections présidentielles a donc une importance mondiale et, comme souvent, la France y sert de laboratoire de test.

Déposé le 03/04/2017 à 13h52  
Par Ortograf Citer

Mélenchon président a écrit le 02/04/2017 à 18h30

Encore un adepte de la secte Macron qui crache sur les électeurs de Mélenchon. Et au deuxième tour viendront pleurer avec leur gourou pour un pacte républicain contre la blonde. Ce coup ci, ne comptais pas sur nous ,on préférera s'abstenir,si Mélenchon n'y est pas. Nos électeurs ne sont pas si con que les vautres.

Aie ça pique les yeux....

Déposé le 03/04/2017 à 07h28  
Par MMM Citer

Braillard va gagner tranquille, et ça vous casse les pieds.Faudra vous y faire !!!

Déposé le 02/04/2017 à 21h44  
Par docteur Citer

Mélenchon président a écrit le 02/04/2017 à 20h32

Nos affabulations comme vous dites ,feront mentir les sondages et nous seront aux second tour devant vous les macronistes de la finance et du mensonge. La vraie gauche c'est nous ,vous vous n'êtes que des traitres qui vous dites de gauche mais la vraie gauche votera Mélenchon et ne votera surtout pas pour vous ,meme pour un front républicain.nous preferent nous abstenir. Vous êtes seul ,ne l'oubliez pas, nous ne voteront jamais pour tuer les retraites ,le code du travail,et l'ultra libéralisme de Macron.

Arrête le disque ou réinitialise le ...ta propagande est indigeste, deux sachets de "smecta " par jour ca evite de puer de la gueule

Déposé le 02/04/2017 à 20h35  
Par Perchoir à cons ! Citer

Quand le fils de flanby, reprend un discours de son menteur !

Preuve en images :

http://www.lci.fr/elections/discours-de-marseille-macron-a-t-il-copie-hollande-mot-pour-mot-comparez-dans-cette-video-2035042.html

C'est vraiment un perchoir à cons !

Déposé le 02/04/2017 à 20h32  
Par Mélenchon président Citer

docteur a écrit le 02/04/2017 à 19h08

Vos affabulations sont renversantes ,vous voyez le mal partout !!?
Affichez votre conviction politico-chiante sans importuner et classer obligatoirement les gens sans informations,.... laissez donc le lecteur improviser dans l'humour sur les "dégénérescences mentales" du moment . Pour terminer, pour paraître moins con , faudrait déjà écrire correctement !

Nos affabulations comme vous dites ,feront mentir les sondages et nous seront aux second tour devant vous les macronistes de la finance et du mensonge. La vraie gauche c'est nous ,vous vous n'êtes que des traitres qui vous dites de gauche mais la vraie gauche votera Mélenchon et ne votera surtout pas pour vous ,meme pour un front républicain.nous preferent nous abstenir. Vous êtes seul ,ne l'oubliez pas, nous ne voteront jamais pour tuer les retraites ,le code du travail,et l'ultra libéralisme de Macron.

Déposé le 02/04/2017 à 19h08  
Par docteur Citer

Mélenchon président a écrit le 02/04/2017 à 18h30

Encore un adepte de la secte Macron qui crache sur les électeurs de Mélenchon. Et au deuxième tour viendront pleurer avec leur gourou pour un pacte républicain contre la blonde. Ce coup ci, ne comptais pas sur nous ,on préférera s'abstenir,si Mélenchon n'y est pas. Nos électeurs ne sont pas si con que les vautres.

Vos affabulations sont renversantes ,vous voyez le mal partout !!?
Affichez votre conviction politico-chiante sans importuner et classer obligatoirement les gens sans informations,.... laissez donc le lecteur improviser dans l'humour sur les "dégénérescences mentales" du moment . Pour terminer, pour paraître moins con , faudrait déjà écrire correctement !

Déposé le 02/04/2017 à 18h30  
Par Mélenchon président Citer

docteur a écrit le 02/04/2017 à 18h03

Reste plutôt au chaud avec ta bouillotte pour retrouver ta voix!

Encore un adepte de la secte Macron qui crache sur les électeurs de Mélenchon. Et au deuxième tour viendront pleurer avec leur gourou pour un pacte républicain contre la blonde. Ce coup ci, ne comptais pas sur nous ,on préférera s'abstenir,si Mélenchon n'y est pas. Nos électeurs ne sont pas si con que les vautres.

Déposé le 02/04/2017 à 18h03  
Par docteur Citer

Kilian a écrit le 02/04/2017 à 17h37

Je suis pour Mélenchon,mais si il n'est pas au deuxième tours ,que Macron ne comptes pas sur ma voix.

Reste plutôt au chaud avec ta bouillotte pour retrouver ta voix!

Déposé le 02/04/2017 à 17h37  
Par Kilian Citer

Je suis pour Mélenchon,mais si il n'est pas au deuxième tours ,que Macron ne comptes pas sur ma voix.

Déposé le 31/03/2017 à 15h21  
Par Erik Citer

la vals a mille temps a écrit le 31/03/2017 à 12h05

Croquis. Manuel Valls, une histoire sans parole
31 mars 2017 Par Hubert Huertas

Manuel Valls n’a pas tenu parole en appelant à voter Macron après s’être engagé à soutenir Hamon. Ce n’est pas une première chez lui. Ses amis répondent qu’il est fidèle à ses idées, mais ce double langage résume toute son histoire au PS.

Favori
Recommander
Imprimer
Article en PDF

Partager
Tweet
Partager sur Google+
Offrir

15 commentaires

Il y a chez Manuel Valls des danses du ventre et de la rigidité. Des ondulations et des constantes. Des courbettes et des raideurs de la nuque. Il peut, pour des raisons qui tiennent à ses intérêts immédiats, faire le contraire de ce qu’il soutenait la veille. Pourtant, depuis une bonne dizaine d’années, il conservait aussi un objectif : changer le PS en le débarrassant de son aile gauche. Les deux facteurs, l’opportunisme et l’idée fixe, viennent d’entrer en collision et il n’est pas sûr qu’il s’en relève jamais.

capture-d-ecran-2017-03-31-a-00-42-32

Les retournements de Manuel Valls ne datent pas d’hier… En 2005, il prend position pour le non à la Constitution européenne, avant de faire campagne pour le oui. En 2013, il passe un accord avec Montebourg et Hamon pour pousser Jean-Marc Ayrault et le remplacer à Matignon. Sitôt nommé, il marginalise ses associés et les fera virer à la fin de l’été suivant. En 2014, il déclare qu’il y a « deux gauches inconciliables », la sienne présentée comme moderne, et celle des frondeurs dénoncée comme archaïque. Fin 2016, après avoir usé de l’article 49-3 quand il était premier ministre, il propose, en tant que candidat, de l’effacer de la Constitution. Et soudain nouveau changement : par la grâce de sa candidature à la primaire, il s’adresse en rassembleur à « Arnaud (Montebourg), à Benoît (Hamon), à Aurélie (Filippetti), à Emmanuel (Maurel) ».

La dernière de ses variations vient donc de le conduire à jeter la primaire socialiste aux orties. Après avoir flotté, il avait pourtant fini par s’engager à soutenir le gagnant, même si c’était Benoît Hamon. Le soir de sa défaite du 29 janvier, il s’était incliné devant son vainqueur : « Benoît Hamon est désormais le candidat de notre famille politique. » Mais le jour de la convention d’investiture, il a fait le choix de partir en vacances, et un mois plus tard, le 14 mars, il a publiquement décidé, à Paris, qu’il ne parrainerait pas le candidat de son parti. La boucle était bouclée. Depuis le temps qu’il oscillait entre l’envie d’en finir avec le PS et l’obsession de s’en emparer, l’engrenage de l’Histoire l’a contraint à trancher. Il votera pour Macron et tant pis pour la famille.

Lire aussi

Valls vote Macron: l'acte final des cinq ans qui ont fracturé la gauche Par Lénaïg Bredoux
Hamon expose ses «regrets», Mélenchon «marche son chemin» Par Lénaïg Bredoux

Quand il explique qu’il n’a pas trahi sa parole, mais qu’il est fidèle à ses choix, nul ne peut le contredire. Il décrit seulement son drame. Depuis le temps qu’il ménageait la chèvre et le chou, la chèvre a mangé le chou. Il ménageait le PS dans l’espoir de s’emparer de sa puissance électorale, ce qui explique ses retournements, mais voulait rompre avec la gauche, ce qui était sa permanence. S’il a beaucoup godillé, parfois jusqu’au ridicule, c’est pour des raisons tactiques. Mais s’il n’a jamais changé, c’est au nom d’une stratégie.

Dès 2007, après l’échec de Ségolène Royal, il s’en prend aux 35 heures pourtant votées quand il travaillait à Matignon, auprès de Lionel Jospin. En 2009, après la débâcle de son parti aux élections européennes, il préconise l’abandon du mot « socialisme » : « Il faut transformer de fond en comble le fonctionnement du PS, nous dépasser, tout changer : le nom, parce que le mot socialisme est sans doute dépassé ; il renvoie à des conceptions du XIXe siècle. » Opposé à Martine Aubry, il veut même en finir avec « le mot “parti” qui nous enferme dans quelque chose d’étroit ». Il dit préférer l’appellation « mouvement ». C’est du Macron avant l’heure. Dans les années qui suivent, il propose de supprimer l’ISF « inutile car peu rentable », et rêve d’élargir la majorité vers le centre.

Mais le PS qu’on dit moribond, Ce grand cadavre à la renverse, comme dit Bernard-Henri Lévy, est encore une machine électorale puissante et Hollande arrive à l’Élysée. « Monsieur 5 % », comme on le surnomme après son score à la primaire de 2011, sera nommé ministre de l’intérieur, puis premier ministre, et pourra mettre en pratique sa théorie des gauches irréconciliables.

Ainsi Manuel Valls a varié dans la forme mais jamais sur le fond. Il voulait devenir président de la République en s’appuyant sur un appareil qu’il jugeait dépassé mais utile à sa conquête du pouvoir.

Sa grande faute est d’avoir cru pouvoir s’emparer de l’outil forgé par François Mitterrand en 1971, en changeant son assise. Depuis sa naissance, le PS était l’alliage d’une aile droite et d’une aile gauche, un peu comme l’eau est composée d’un atome d’oxygène relié à deux atomes d’hydrogène. En fonction du contexte et des opportunités, les deux atomes étaient à gauche, comme en 1981, ou à droite, comme en 1983, mais forcément liés au troisième.

Valls, déguisé en petit chimiste, a pris son grand ciseau, oxygène d’un côté et de l’autre l’hydrogène : voilà qu’il se retrouve à sec. Sur sa gauche Mélenchon occupe la place tandis que Hamon rétrécit, et sur sa droite Macron s’est installé sur le créneau dont il rêvait. Le problème Valls, c’est qu’il jonglait depuis plus de dix ans en rêvant de s’emparer d’un parti qu’il combattait. Sa manière de ne pas tenir parole est si spectaculaire qu’elle fait penser au transfert d’Éric Besson, ce qui est terrible en soi, mais le bilan politique dépasse le bilan moral : il n’a rien gagné à droite, il a tout perdu à gauche.

Gouverner avec une minorité,contre la majorité ne peut mener qu'à des guerrillas urbaines ou up une guerre civile. Tous cà pour le pouvoir,c'est grave de s'accrocher.

Déposé le 31/03/2017 à 12h05  
Par la vals a mille temps Citer

Croquis. Manuel Valls, une histoire sans parole
31 mars 2017 Par Hubert Huertas

Manuel Valls n’a pas tenu parole en appelant à voter Macron après s’être engagé à soutenir Hamon. Ce n’est pas une première chez lui. Ses amis répondent qu’il est fidèle à ses idées, mais ce double langage résume toute son histoire au PS.

Favori
Recommander
Imprimer
Article en PDF

Partager
Tweet
Partager sur Google+
Offrir

15 commentaires

Il y a chez Manuel Valls des danses du ventre et de la rigidité. Des ondulations et des constantes. Des courbettes et des raideurs de la nuque. Il peut, pour des raisons qui tiennent à ses intérêts immédiats, faire le contraire de ce qu’il soutenait la veille. Pourtant, depuis une bonne dizaine d’années, il conservait aussi un objectif : changer le PS en le débarrassant de son aile gauche. Les deux facteurs, l’opportunisme et l’idée fixe, viennent d’entrer en collision et il n’est pas sûr qu’il s’en relève jamais.

capture-d-ecran-2017-03-31-a-00-42-32

Les retournements de Manuel Valls ne datent pas d’hier… En 2005, il prend position pour le non à la Constitution européenne, avant de faire campagne pour le oui. En 2013, il passe un accord avec Montebourg et Hamon pour pousser Jean-Marc Ayrault et le remplacer à Matignon. Sitôt nommé, il marginalise ses associés et les fera virer à la fin de l’été suivant. En 2014, il déclare qu’il y a « deux gauches inconciliables », la sienne présentée comme moderne, et celle des frondeurs dénoncée comme archaïque. Fin 2016, après avoir usé de l’article 49-3 quand il était premier ministre, il propose, en tant que candidat, de l’effacer de la Constitution. Et soudain nouveau changement : par la grâce de sa candidature à la primaire, il s’adresse en rassembleur à « Arnaud (Montebourg), à Benoît (Hamon), à Aurélie (Filippetti), à Emmanuel (Maurel) ».

La dernière de ses variations vient donc de le conduire à jeter la primaire socialiste aux orties. Après avoir flotté, il avait pourtant fini par s’engager à soutenir le gagnant, même si c’était Benoît Hamon. Le soir de sa défaite du 29 janvier, il s’était incliné devant son vainqueur : « Benoît Hamon est désormais le candidat de notre famille politique. » Mais le jour de la convention d’investiture, il a fait le choix de partir en vacances, et un mois plus tard, le 14 mars, il a publiquement décidé, à Paris, qu’il ne parrainerait pas le candidat de son parti. La boucle était bouclée. Depuis le temps qu’il oscillait entre l’envie d’en finir avec le PS et l’obsession de s’en emparer, l’engrenage de l’Histoire l’a contraint à trancher. Il votera pour Macron et tant pis pour la famille.

Lire aussi

Valls vote Macron: l'acte final des cinq ans qui ont fracturé la gauche Par Lénaïg Bredoux
Hamon expose ses «regrets», Mélenchon «marche son chemin» Par Lénaïg Bredoux

Quand il explique qu’il n’a pas trahi sa parole, mais qu’il est fidèle à ses choix, nul ne peut le contredire. Il décrit seulement son drame. Depuis le temps qu’il ménageait la chèvre et le chou, la chèvre a mangé le chou. Il ménageait le PS dans l’espoir de s’emparer de sa puissance électorale, ce qui explique ses retournements, mais voulait rompre avec la gauche, ce qui était sa permanence. S’il a beaucoup godillé, parfois jusqu’au ridicule, c’est pour des raisons tactiques. Mais s’il n’a jamais changé, c’est au nom d’une stratégie.

Dès 2007, après l’échec de Ségolène Royal, il s’en prend aux 35 heures pourtant votées quand il travaillait à Matignon, auprès de Lionel Jospin. En 2009, après la débâcle de son parti aux élections européennes, il préconise l’abandon du mot « socialisme » : « Il faut transformer de fond en comble le fonctionnement du PS, nous dépasser, tout changer : le nom, parce que le mot socialisme est sans doute dépassé ; il renvoie à des conceptions du XIXe siècle. » Opposé à Martine Aubry, il veut même en finir avec « le mot “parti” qui nous enferme dans quelque chose d’étroit ». Il dit préférer l’appellation « mouvement ». C’est du Macron avant l’heure. Dans les années qui suivent, il propose de supprimer l’ISF « inutile car peu rentable », et rêve d’élargir la majorité vers le centre.

Mais le PS qu’on dit moribond, Ce grand cadavre à la renverse, comme dit Bernard-Henri Lévy, est encore une machine électorale puissante et Hollande arrive à l’Élysée. « Monsieur 5 % », comme on le surnomme après son score à la primaire de 2011, sera nommé ministre de l’intérieur, puis premier ministre, et pourra mettre en pratique sa théorie des gauches irréconciliables.

Ainsi Manuel Valls a varié dans la forme mais jamais sur le fond. Il voulait devenir président de la République en s’appuyant sur un appareil qu’il jugeait dépassé mais utile à sa conquête du pouvoir.

Sa grande faute est d’avoir cru pouvoir s’emparer de l’outil forgé par François Mitterrand en 1971, en changeant son assise. Depuis sa naissance, le PS était l’alliage d’une aile droite et d’une aile gauche, un peu comme l’eau est composée d’un atome d’oxygène relié à deux atomes d’hydrogène. En fonction du contexte et des opportunités, les deux atomes étaient à gauche, comme en 1981, ou à droite, comme en 1983, mais forcément liés au troisième.

Valls, déguisé en petit chimiste, a pris son grand ciseau, oxygène d’un côté et de l’autre l’hydrogène : voilà qu’il se retrouve à sec. Sur sa gauche Mélenchon occupe la place tandis que Hamon rétrécit, et sur sa droite Macron s’est installé sur le créneau dont il rêvait. Le problème Valls, c’est qu’il jonglait depuis plus de dix ans en rêvant de s’emparer d’un parti qu’il combattait. Sa manière de ne pas tenir parole est si spectaculaire qu’elle fait penser au transfert d’Éric Besson, ce qui est terrible en soi, mais le bilan politique dépasse le bilan moral : il n’a rien gagné à droite, il a tout perdu à gauche.

Déposé le 30/03/2017 à 19h51  
Par Mélenchon Citer

Mélenchon sera au2e tour et dépassera Macron le banquier ,c'est mathématique. Les sondages sont truqués en faveur de leur favori ,pour dégoûter les électeurs qui croient que tout est joué d'avance. Macron ne pourra pas gouverné,sans majorité qu'il n'aura jamais d'ailleurs et il Le sait. Donc,encore cinq ans d'immobilisme et la continuité du hollandisme pour ses électeurs qui auront honte de c'etre encore fait berné.

Déposé le 30/03/2017 à 17h02  
Par sousdlcc@gmail.com Citer

Chers internautes
Malgré les multiples interventions des différentes cellules, nous avons constaté avec regret que la liste des victimes de cybercriminalité s’accroit .L'échange massif de données sur internet a entraîné l'apparition de nouvelles infractions. Pour répondre à cette nouvelle cybercriminalité, la Police Nationale Française dispose désormais de 389 investigateurs en cybercriminalité (ICC) installés un peu partout dans le monde entier, coordonnés entre eux et formés par la Sous-Direction de la Lutte Contre la Cybercriminalité (SDLCC) pour soulager les peines des populations victimes de la cybercriminalité. Alors nous appelons à la vigilance de tous les internautes, et demandons à toute personne victime de saisir la SDLCC afin qu’elle vous aide à mettre la main sur vos escrocs et les confier à la justice pour que vous soyez remboursés.
Email : sdlcc@francemel.fr / sdlcc@outlook.fr

Déposé le 27/03/2017 à 18h09  
Par Django Citer

écorché vif a écrit le 27/03/2017 à 17h50

Bien raison..il a le profil le plus dangereux de tous les candidats pour gouverner la France car ce mec s engueulerait avec son frére jumeau s il en avait un..
Jamais vu un politicien autant écorché vif et qui niquerait toute diplomatie dans le monde:on a eu un président doupe au lait mais un homme avec un sang froid pareil ,non merci

La diplomatie ? La France est la risée du monde entier. À force de nous monter les uns contre les autres ,plus personnes ne croit en rien et derriere LE drapeau comptez vous. On se hait les uns les autres ,il n'y a qu'à voir au quotidien,l'incivilité,chacun pour soi ,l'argent a remplacé les valeurs. en cas de guerre ,ils faudra des mercenaires car plus personnes ne se battra pour le pays ,c'est sur.

Déposé le 27/03/2017 à 17h50  
Par écorché vif Citer

un pote à lui! a écrit le 27/03/2017 à 17h20

Ouah !!! j ai peur! "melanchon,", il ne veut pas gouverner, il ne cherche qu'a pérenniser son poste... cet orateur; non ,ce gueulard qui s'est retiré de tous les partis pour incompétence d humeur,se moque bien de la note de frais et de l otan,comme il s 'est moqué des communistes , comme il se moque de la population en tentant de les amener dans le rien ..il a toujours été comme cela par arrangement personnel , pour son ego!

Bien raison..il a le profil le plus dangereux de tous les candidats pour gouverner la France car ce mec s engueulerait avec son frére jumeau s il en avait un..
Jamais vu un politicien autant écorché vif et qui niquerait toute diplomatie dans le monde:on a eu un président doupe au lait mais un homme avec un sang froid pareil ,non merci

Déposé le 27/03/2017 à 17h20  
Par un pote à lui! Citer

zeus. a écrit le 27/03/2017 à 17h02

trump a donné une facture de 350 milliards a l'allemagne, pour le financement de l'OTAN.

Seul Melenchon veut nous sortir de l'OTAN, si un des autres candidats que Melenchon est élu, la france va elle aussi se retrouver avec une facture de plusieurs centaines de milliards a payer, et là, le pays ne se relèvera pas !

Ouah !!! j ai peur! "melanchon,", il ne veut pas gouverner, il ne cherche qu'a pérenniser son poste... cet orateur; non ,ce gueulard qui s'est retiré de tous les partis pour incompétence d humeur,se moque bien de la note de frais et de l otan,comme il s 'est moqué des communistes , comme il se moque de la population en tentant de les amener dans le rien ..il a toujours été comme cela par arrangement personnel , pour son ego!

Déposé le 27/03/2017 à 17h02  
Par zeus. Citer

trump a donné une facture de 350 milliards a l'allemagne, pour le financement de l'OTAN.

Seul Melenchon veut nous sortir de l'OTAN, si un des autres candidats que Melenchon est élu, la france va elle aussi se retrouver avec une facture de plusieurs centaines de milliards a payer, et là, le pays ne se relèvera pas !

Déposé le 26/03/2017 à 21h35   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par veritas Citer

Hollande est en colère après FILLON car il n'y a que la vérité qui fâche !

Déposé le 26/03/2017 à 19h52  
Par LE peuple gagnera!!! Citer

CK a écrit le 26/03/2017 à 18h59

Comme quoi, les électeurs de Le Pen et Mélanchon ne sont pas si différents. Gobant les discours anti système sans comprendre que leurs candidats sont eux mêmes de purs produits du système. Jamais mis le pied dans une entreprise quelconque. Jamais travaillé de leur vie.

Quel mépris pour les travailleurs,qui eux comme moi ,ont commencé à travaillé à 15ans . Pour entretenir justement les improductifs que vous êtes. Alors ,sentez se vent de révolte qui souffle sur cette france qui souffre. Se qui se passe en Guyane,va bientot arrivé en métropole,une révolte de la société civile qui en a marre de se serrer la ceinture meme en travaillant dur. Les paroles et les actes n'ont rien donné,attendez vous au pire. On monte Macron,on veut à tout prix nous l'imposer,Macron est le système,l'espion du hollandisme et de la grande finance qui se vautre dans la soie et LE luxe. À las Vegas ,Pierre gattaz et LE medef ont financé son meeting. Mélenchon est le seul candidat intégre pour defendre le peuple ,on l'espère tous au second tour. Sinon ,se sera MARINE à contrecœur pour exploser le système qui nous asservis.

Déposé le 26/03/2017 à 18h59  
Par CK Citer

Juliens a écrit le 26/03/2017 à 17h48

Tout à fait d'accord,moi,je vote Mélenchon comme toujours mais si,mon favori n'est pas au second tours ,se tout Sauf MACRON le chouchou du système contre le peuple.

Comme quoi, les électeurs de Le Pen et Mélanchon ne sont pas si différents. Gobant les discours anti système sans comprendre que leurs candidats sont eux mêmes de purs produits du système. Jamais mis le pied dans une entreprise quelconque. Jamais travaillé de leur vie.

Déposé le 26/03/2017 à 17h48  
Par Juliens Citer

LUCIDE_ a écrit le 26/03/2017 à 10h10

Pour moi qui ne suis pas le seul dans la masse silencieuse, outrée par les élus girouettes qui se foutent des électeurs qui, pourtant, lui ont apporté leur confiance, je voterai FILLON au premier tour, parce que c'est le seul programme courageux apte à redresser le pays,

et s'il n'était pas au deuxième, ce sera TOUT SAUF MACRON

et cet avis est de plus en plus répandu

Ces élus, des vraies girouettes qui nous démontrent par là leur haute idée de leur intérêt personnel, sont des girouettes.
et en plus, ils sous estiment les capacités des français à réfléchir sur ce qui est bien ou pas bien pour eux - et qu'ils n'attendent pas un sauveur de l'humanité comme le prétend le petit MAC ROND mais qu'on les prenne en compte et non qu'on pose le tapis rouge à ses copains francs-maçons et richissimes BERGE (le copain gay de Y ST ALURENT) de Alain MINC (ce banquier qui pointe au RSA !!!!) DRAHI (propriétaire de la moitié de la presse française - qui soutient macron - et vit en suisse, et ses sièges sociaux aux bahamas et autres refuges fiscaux)
Mais peut être ce dernier est il également propriétaire du Parisien ? dans ce cas, on ne verra certainement pas mon post

Tout à fait d'accord,moi,je vote Mélenchon comme toujours mais si,mon favori n'est pas au second tours ,se tout Sauf MACRON le chouchou du système contre le peuple.

Déposé le 26/03/2017 à 10h10  
Par LUCIDE_ Citer

Pour moi qui ne suis pas le seul dans la masse silencieuse, outrée par les élus girouettes qui se foutent des électeurs qui, pourtant, lui ont apporté leur confiance, je voterai FILLON au premier tour, parce que c'est le seul programme courageux apte à redresser le pays,

et s'il n'était pas au deuxième, ce sera TOUT SAUF MACRON

et cet avis est de plus en plus répandu

Ces élus, des vraies girouettes qui nous démontrent par là leur haute idée de leur intérêt personnel, sont des girouettes.
et en plus, ils sous estiment les capacités des français à réfléchir sur ce qui est bien ou pas bien pour eux - et qu'ils n'attendent pas un sauveur de l'humanité comme le prétend le petit MAC ROND mais qu'on les prenne en compte et non qu'on pose le tapis rouge à ses copains francs-maçons et richissimes BERGE (le copain gay de Y ST ALURENT) de Alain MINC (ce banquier qui pointe au RSA !!!!) DRAHI (propriétaire de la moitié de la presse française - qui soutient macron - et vit en suisse, et ses sièges sociaux aux bahamas et autres refuges fiscaux)
Mais peut être ce dernier est il également propriétaire du Parisien ? dans ce cas, on ne verra certainement pas mon post

Déposé le 26/03/2017 à 09h48  
Par sole Citer

c'est qui Braillard ?

Déposé le 25/03/2017 à 14h46  
Par Quid Citer

Fillon et Macron sont les chouchous des riches et des grandes fortunes . Alors tous contre Macron et VOTER Mélenchon

Déposé le 25/03/2017 à 14h45  
Par Abdel Citer

Si hamon se joint à Mélenchon,la vraie gauche à ses chance contre Macron la finance.

Déposé le 25/03/2017 à 14h28  
Par ben voyons donc - on nouès prend pour des benêts Citer

et celui là ?
http://www.lelibrepenseur.org/le-pdg-dadp-et-le-criminologue-alain-bauer-soupconnes-de-detournement-de-fonds/

qui alimente le "cabinet noir" créé par le capitaine de pédalos
et qui est plus blanc que blanc, et de la même "confrérie" tout comme le baronnet local, que l'immense talentueux secrétaire d'état aux sports (laissez moi rire, merci !)

Déposé le 25/03/2017 à 13h56  
Par rigolo Citer

remember a écrit le 25/03/2017 à 13h27

On se souvient du socialiste Mitterand qui avait 2 familles comme les musulmans . Et il logeait et nourrissait sur les fonds de l'état sa famille illégitime avec gardes du corps ect ..... A côté FILLON est vraiment un petit joueur ! Et Hollande et ses siestes avec sa danseuse nourrie par l'état avec garde du corps etc .... Ou est la morale chez les socialos ?

ou est ta morale!?

Déposé le 25/03/2017 à 13h27   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par remember Citer

On se souvient du socialiste Mitterand qui avait 2 familles comme les musulmans . Et il logeait et nourrissait sur les fonds de l'état sa famille illégitime avec gardes du corps ect ..... A côté FILLON est vraiment un petit joueur ! Et Hollande et ses siestes avec sa danseuse nourrie par l'état avec garde du corps etc .... Ou est la morale chez les socialos ?

Déposé le 24/03/2017 à 19h24  
Par Rengaine Citer

le cirque Hollande ,va fermer ses portes en mai ,pour mieux vous accueillir au cirque Macron en juin. Il nous restera ,cantaloup le soir pour en rire pendant cinq ans.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.