Villeurbanne : ils ont continué à payer un chauffage collectif en panne durant 5 ans

Villeurbanne : ils ont continué à payer un chauffage collectif en panne durant 5 ans
Photo d'illustration - DR

Il y a cinq ans, des travaux réalisés au 10 de l’avenue Dutrievoz à Villeurbanne ont endommagé le dispositif de chauffage collectif de l’immeuble.

Depuis, deux locataires, voisins de palier, en sont privés, contrairement aux autres habitants. Et cela fait 5 ans qu’ils étaient prélevés chaque mois pour ces charges par l’Opac du Rhône puis Est Métropole Habitat.

C’est d’ailleurs à cause du passage de témoin entre les deux que les locataires ont beaucoup de mal à se faire entendre.
Selon le Progrès qui relate leur histoire ce dimanche matin, l’un d’entre eux a dû passer 40 appels, et envoyé 20 courriers dont 9 en recommandé pour faire stopper les prélèvements par l'organisme HLM rattaché à la Métropole de Lyon.

Aujourd’hui, Est Métropole Habitat leur propose seulement 6 mois de remboursement sur les 5 années de trop-perçu. Inacceptable pour les deux voisins.
Un nouveau geste pourrait être fait en leur direction : l’installation d’un chauffage qu’ils pourront allumer et couper à leur guise.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
moilyon69 le 27/03/2017 à 11:14

Perso si je veux stopper un prélèvement je demande à ma conseillère bancaire et c'est fait dans les 5 minutes ... s'ils ont payé pendant 5 ans c'est qu'ils l'ont bien voulu ! Quand à traiter tous les bailleurs sociaux d'escrocs c'est un peu facile ! Quid des dizaines de milliers de familles logées quasi gratuitement et pour qui tout se passe parfaitement bien ?

Signaler Répondre

avatar
jms69 le 26/03/2017 à 20:56

Les locataires etaient ne

en droit de payer le loyer sur un compte carpa par l intermediaire d un avocat pour ce probleme amon avis la chaudiere n aurait pas mis 5ans avant d etre reparé meme si proces en cour on ne laisse pas 5ans des locataires sans chauffage immaginez avec tout des radiateurs electrique en meme temps pour un immeuble qui n etait pas prevu c est un coip a mettre le feu

Signaler Répondre

avatar
justine le 26/03/2017 à 19:38

Bravo Zeus tu as tout résumé bailleurs sociaux rime avec escroc par contre si c'est le contraire tu vas chez l'huissier direct

Signaler Répondre

avatar
zeus. le 26/03/2017 à 19:29

Pourquoi ne portent ils pas plainte, d’expérience il suffit de les assigner au tribunal, et le bailleur revient a de meilleurs sentiments avant l'audience.

Signaler Répondre

avatar
Escrocs !!! le 26/03/2017 à 17:10

Quelle bande d'escrocs !!!

A partir du droit d'un locataire de payer que les charges dont il bénéficie directement, en l'espèce le chauffage.

Ces locataires sont en droit de réclamer le remboursement des sommes prélevées indument durant les 5 années soit 70 mois !!

Donc en proposant seulement 6 mois, cet organisme peut-être qualifié d'escroc !!

Pour information, l'Agence Départementale d'Information sur le Logement tiens une permanence juridique tous les jeudi (attention sur RDV).

N'hésitez pas à aller les voir, ils sont compétents et sympathiques !!

https://www.adil69.org/accueil/

Signaler Répondre

avatar
colon, y a mieux à faire qu'à chercher à conserver le pouvoir, il faut l'exercer avant tout le 26/03/2017 à 17:09

bravo le colon !
au lieu de lécher ton macron tu ferais mieux de t'occuper un peu mieux des prérogatives qui sont les tiennes et pour lesquelles tu es grassement payé

Pas question de se contenter de 6 mois de remboursement,
ce qui légalement s'impose, c'est :
- le remboursement du non du de toute la période concernée
- remboursement de tous les frais de courriers (timbres papier, temps passé) occasionnés par cette négligence
- manque à utiliser : remboursement des moyens de substitution pour palier les carences du fournisseur

Prenez contact avec les asscoiations de consommateurs qui seront de très bon conseil pour imposer pécuniairement cette réparation et les conséquences

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.