Les salariés de la Sofres en grève à Lyon

Les salariés de la Sofres en grève à Lyon
photo d'illustration - Lyonmag.com

Les salariés de la Sofres sont en grève depuis mardi à Lyon.

Selon les syndicats, plus de 60% du personnel suit le mouvement. Ces derniers protestent contre les nouvelles modalités d’attribution d’une prime : "Le groupe Kantar, auquel appartient la Sofres, souhaite remettre en cause l'équité de distribution de ces primes (à l'ancienneté) par une mise en concurrence des salariés sur le site même. Ces primes, acquises de longue date, constituent une part importante de la rémunération annuelle de chacun des salariés et servent à compenser, en partie, la réelle précarité de ces contrats dit d'usage ou de vacation. Le montant de ces primes est d'ores et déjà indexé sur le volume horaire annuel du salarié (volume horaire qui nous le rappelons est en constante récession). Or le groupe Kantar souhaiterait en plus le conditionner à la cadence et la qualité de la production de chacun individuellement".

Dans un communiqué, les grévistes expliquent souhaiter la révocation pure et simple de ce projet de modification des critères d’attribution de cette prime.

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Lagagne le 12/12/2017 à 20:53

Pour infos les salariés ont gagnés.

Signaler Répondre

avatar
Ericfred le 10/12/2017 à 17:00

Mr patoche avant de faire référence à la loi que manifestement vous ne maîtrisez pas déjà il s'agit d'un avantage acquis c'est à dire un usage ancien de l'entreprise. N' 'est pas mis en cause le droit de le révoquer mais la façon maladroite et condescendante de le faire de plus sur une population de salariés à contrat précaire dont c'est une source de leur revenus.alors patoche avant de faire le finir et l'instruit alors que vous êtes un parfait imbécile ...vous devriez à minima faire mes culpa et preuve de compassion envers ces salariés précaires qui travaillent souvent pour moins que les droits sociaux de gents qui ne travaillent pas. Peut être vous même pour être sûr virulent....

Signaler Répondre

avatar
ah bon le 08/12/2017 à 08:38
laion24 a écrit le 08/12/2017 à 06h56

@FFF
"maintenant que les salariés comprennent que la boite va leur demander de travailler pour justifier leurs primes, le réveil est brutal"
De toute évidence vous ne savez rien du travail des enquêteurs. Leur revendications sont tout à fait correctes et cette grève a été décidé après une attitude suffisante, voire méprisante ((un peu comme le ton de votre commentaire) de la part de la direction de Kantar TNS, qui, vu la panique actuelle au sein du site, s'est bien pressée de s'excuser "pour la forme maladroite" de leur communication.
Comme bien expliqué par un commentaire précédent "cette société est bénéficiaire des primes et elle joue bien avec les contrats ultra précaires de ces employés".

( la direction de Kantar TNS, qui, vu la panique actuelle au sein du site, s'est bien pressée de s'excuser "pour la forme maladroite" de leur communication. )
Vous nous faites rire avec votre avis, qui empêchera le patron de mettre en place sa politique de primes au rendement. Ce même patron peut se dédouaner d'une com brutale mais au final, les employés plient ou s'en vont.
C'est maintenant ainsi gravé en dur dans les nouvelles tables de la loi travail.
Alors oui, le réveil est dur pour certains qui se croyaient au-dessus de la mêlée, la mêlée des pauvres, qui ne va que grossir dès l'année prochaine !!

Signaler Répondre

avatar
Nostromo le 08/12/2017 à 07:16

La Sofres c'est le truc qui prétend analyser comment on se comporte et si on est bien réceptifs aux messages marketing ?
Pas étonné que cette société vive des moments difficiles quand on voit la puissance des réseaux sociaux qui la ringardisent à haute vitesse
Peu de chance de survivre à moyen terme sans une grosse remise en question

Signaler Répondre

avatar
laion24 le 08/12/2017 à 06:56

@FFF
"maintenant que les salariés comprennent que la boite va leur demander de travailler pour justifier leurs primes, le réveil est brutal"
De toute évidence vous ne savez rien du travail des enquêteurs. Leur revendications sont tout à fait correctes et cette grève a été décidé après une attitude suffisante, voire méprisante ((un peu comme le ton de votre commentaire) de la part de la direction de Kantar TNS, qui, vu la panique actuelle au sein du site, s'est bien pressée de s'excuser "pour la forme maladroite" de leur communication.
Comme bien expliqué par un commentaire précédent "cette société est bénéficiaire des primes et elle joue bien avec les contrats ultra précaires de ces employés".

Signaler Répondre

avatar
FFFeugénie le 07/12/2017 à 21:03

C'est clair, en plus j'ai l'impression que maintenant que les salariés comprennent que la boite va leur demander de travailler pour justifier leurs primes, le réveil est brutal.

Sinon "Une prime ... Conditionnée à la cadence et la qualité de la production de chacun individuellement", tous mes patrons l'ont déjà imaginé et mis en place il y a une dizaine d'année, donc même pour cette boite c'est le réveil !!

Tout ce petit monde vient de découvrir la dure loi de l'économie dans laquelle on vit ou quoi?

Signaler Répondre

avatar
et oui le 07/12/2017 à 20:15

On va faire simple !
C'est tout simplement la continuation de la nouvelle loi travail qui permet à un employeur d'être maitre chez lui.
Et que vont faire ces malheureux employés ?
Comme ils ont faits lors des manifestations de rues contre la loi travail, c'est à dire rien, car ils ont préférés rester au boulot, et ils n'ont plus qu'à supporter cette nouvelle précarité qui va s'instituer dans toutes les sociétés maintenant.
Personne n'était concerné contre la loi travail mais bizarrement tous sont concernés quand on touche à leurs salaires et primes.
Bonne chance les gars, les patrons ont de beaux jours devant eux !!

Signaler Répondre

avatar
feedy269 le 07/12/2017 à 19:31

Ce n'est pas une prime à l'ancienneté. L'ancienneté n'est pas le seul critère d'attribution.

Signaler Répondre

avatar
FFFeugénie le 07/12/2017 à 18:52

D'un coté, rien de plus injuste qu'une prime à l'ancienneté.

Signaler Répondre

avatar
Soniasam le 07/12/2017 à 17:21

Effectivement , les primes ne sont pas mentionnées ds le contrat de travail, mais cette société est bénéficiaire , joue bien avec les contrats ultra précaires de ces employés , donc un geste appréciable en fin d année permettrait d atténuer le turn over qui dépasse de très loin la normal.
Je suis entrepreneuse, et je soutiens ces employés qui ont besoin de cette prime bien plus que ceux de société comme la SNCF par exemple.
J Espere qu ils obtiendront un geste .

Signaler Répondre

avatar
nez le 07/12/2017 à 17:08
patoche69570 a écrit le 07/12/2017 à 16h45

Si les primes ne sont pas mentionnées dans le contrat de travail,la direction est en droit de les supprimer ! Lisez les textes de loi avant de râler

Nés pour se faire avoir par le système !

Signaler Répondre

avatar
patoche69570 le 07/12/2017 à 16:45

Si les primes ne sont pas mentionnées dans le contrat de travail,la direction est en droit de les supprimer ! Lisez les textes de loi avant de râler

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.