Enfant mort à cause d'une crêpe à Limas : la maîtresse laissée libre

Enfant mort à cause d'une crêpe à Limas : la maîtresse laissée libre
Jahden - DR

Malgré les accusations de la famille de la victime, elle est ressortie libre après sa présentation au parquet.

La maîtresse de l'école Fernand Gayot à Limas n'a pas non plus été mise en examen même si une information judiciaire pour homicide involontaire a été ouverte vendredi dernier.
L'enseignante sera convoquée prochainement devant le juge d'instruction, la date n'a pas encore été précisée.

Pour rappel, Jahden, 6 ans, était mort le 29 mars en revenant de l'école. Allergique aux produits laitiers, il avait mangé une crêpe à l'occasion du carnaval. Et avait fait un choc anaphylactique mortel. Le personnel de l'école était pourtant au courant de sa condition et du régime alimentaire strict à suivre. Quant à Jahden, il a peut-être été tenté par la crêpe car il en mangeait chez lui, ses parents prenant soin de les faire avec de l'eau.


Son corps a depuis été rapatrié à la Réunion dont il est originaire, en vue de ses obsèques.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Mea le 12/04/2018 à 13:07

Enseignante moi même, ça aurait pu m'arriver. Je suis désolée pour la famille et lui transmets mes condoléances mais nous ne sommes que des humains et nous ne pouvons être toute la journée à 100% nous rappeler des régimes des uns et des autres dans des classes intenables et surchargées. Courage à vous, parents et maîtresse.

Signaler Répondre

avatar
@C'est normal le 10/04/2018 à 16:40
C’est normal. a écrit le 10/04/2018 à 10h40

Je vous fais remarquer que le manque de professionnalisme,dût à notre nouveau modèle de société de flexibilité en est le seul responsable. Et cela touche TOUTES les professions.
Il faut déjà ,un apprentissage puis de dix à vingt ans sur un même métier pour en avoir la maitrise.

Il ne faut pas non plus un bac+15 pour savoir que les allergies peuvent tuer.

Signaler Répondre

avatar
lui le 10/04/2018 à 15:56

Pourquoi manque t'on d'enseignants ? à cause de commentaire de la sorte . prenez leur place , on verra .ce que vous pourriez faire et pour certains apprendre l'orthographe

Signaler Répondre

avatar
just le 10/04/2018 à 15:32

je suis dégouter l'enseignante et libre même pas inculpé elle mérite une sanction a cause d'elle un enfant et mort elle devait se rappeler de cette consigne cela fait partie de son métier et de sa responsabilité.

Signaler Répondre

avatar
Ôte ta rit le 10/04/2018 à 14:28
heureusement. desolee. elle. a voulu. faire. plaisir aux. enfants a écrit le 10/04/2018 à 14h04

Désolée. !!!!?Heureusement. Elle. Voulait. Faire. Plaisir. Aux. Enfants

C'est du morse ?

Signaler Répondre

avatar
heureusement. desolee. elle. a voulu. faire. plaisir aux. enfants le 10/04/2018 à 14:04

Désolée. !!!!?Heureusement. Elle. Voulait. Faire. Plaisir. Aux. Enfants

Signaler Répondre

avatar
Le juste prix. le 10/04/2018 à 11:20

L’incompétence elle nous tue à petit feux ,l’incompétence...et dans le médical je vous laisse imaginer....petit salaire ,petit travail ,petite implication...

Signaler Répondre

avatar
C’est normal. le 10/04/2018 à 10:40
@nb a écrit le 10/04/2018 à 10h25

DES pensées à l'enseignante, mais seulement UNE pensé pour l'enfant mort du fait de la négligence d'un adulte ?

Dans cette histoire, la victime n'est pas votre consœur mais bien cet enfant dont elle avait en charge la surveillance.

Il y a clairement négligence et manquement à une obligation de prudence. La responsabilité de cette institutrice est parfaitement comparable à celle d'un conducteur à l'origine d'un accident de la circulation mortel.

Donc oui, le passage devant le juge est une nécessité, et une condamnation n'aurait rien d'injuste.

Je vous fais remarquer que le manque de professionnalisme,dût à notre nouveau modèle de société de flexibilité en est le seul responsable. Et cela touche TOUTES les professions.
Il faut déjà ,un apprentissage puis de dix à vingt ans sur un même métier pour en avoir la maitrise.

Signaler Répondre

avatar
@nb le 10/04/2018 à 10:25
nb a écrit le 09/04/2018 à 17h13

Franchement c'est à vous dégoûter du métier, en plus d'un salaire minable et des classes bondées si en plus, il faut porter la responsabilité de la mort d'enfants... L'école "inclusive" sur la papier c'est joli mais l'enseignant n'a pas son mot à dire pour savoir s'il se sent capable ou non de gérer les situations et le jour de l'accident, on l'accable. Mes pensées à l'enseignante et une pensée à cet enfant parti trop tôt...

DES pensées à l'enseignante, mais seulement UNE pensé pour l'enfant mort du fait de la négligence d'un adulte ?

Dans cette histoire, la victime n'est pas votre consœur mais bien cet enfant dont elle avait en charge la surveillance.

Il y a clairement négligence et manquement à une obligation de prudence. La responsabilité de cette institutrice est parfaitement comparable à celle d'un conducteur à l'origine d'un accident de la circulation mortel.

Donc oui, le passage devant le juge est une nécessité, et une condamnation n'aurait rien d'injuste.

Signaler Répondre

avatar
nb le 09/04/2018 à 17:13

Franchement c'est à vous dégoûter du métier, en plus d'un salaire minable et des classes bondées si en plus, il faut porter la responsabilité de la mort d'enfants... L'école "inclusive" sur la papier c'est joli mais l'enseignant n'a pas son mot à dire pour savoir s'il se sent capable ou non de gérer les situations et le jour de l'accident, on l'accable. Mes pensées à l'enseignante et une pensée à cet enfant parti trop tôt...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.