Le pensionnat de l'horreur à Brindas : 3 mois de prison avec sursis requis contre l'ex-directrice

Le pensionnat de l'horreur à Brindas : 3 mois de prison avec sursis requis contre l'ex-directrice
Photo d'illustration - LyonMag

Une femme de 70 ans comparaissait devant la justice cette semaine.

L'ancienne directrice de l'école privée Notre-Dame-de-la-Sainte-Espérance à Brindas était soupçonnée de traitements bien trop durs infligés aux élèves. A l'été 2013, les langues s'étaient déliées et l'établissement a depuis fermé ses portes sur décision préfectorale.

Tenant l'école et le pensionnait d'une main de fer, la septuagénaire a reconnu avoir distribué à plusieurs reprises des coups aux enfants. Qualifiés de "taloches" par l'intéressée lors de ses auditions avec les enquêteurs, ils ont été désignés comme des "tapotes" par son avocat devant les juges.

Insultés et sanctionnés, les élèves qui ne respectaient pas l'autorité de la directrice devaient régulièrement déboucher les toilettes de l'établissement ou passer la serpillière. Sans oublier les conditions d'hygiène déplorables avec des aliments périmés et des chiens qui urinaient dans les dortoirs.

L'avocat de l'ancienne mère tape-dur a réclamé la relaxe. Le jugement sera rendu le 3 juillet.

18 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Hum le 27/06/2018 à 15:58
Question? a écrit le 27/06/2018 à 15h35

Les arriérés ne seraient pas plutôt ceux qui au lieu de s'occuper correctement de leur progéniture préfèrent les abandonner aux "soins" d'institutions privés?

L'enfer est pavé de bonnes intentions...
Regardez autour de vous, en bas de chez vous: combien de parents sont incapables de s'occuper correctement de leurs enfants ?
Pire: l'Education Nationale est incapable de rattraper ces enfants... parce qu'elle ne le veut pas.
Quelles solutions ? Des institutions comme celle dont il est question ici, à qui on confie le soin de faire le sale boulot. Si ça marche sans heurts, tant mieux. Si ça bloque... on lui met tout sur le dos.
Facile. Sans risque...

Signaler Répondre

avatar
Question? le 27/06/2018 à 15:35
Hum a écrit le 27/06/2018 à 14h50

Allez, du balai...
Les arriérés qui préfèrent une éducation laxiste, quitte à former une génération de délinquants incapables de respecter quoi que ce soit, n'ont plus leur place.
Nulle part.

Les arriérés ne seraient pas plutôt ceux qui au lieu de s'occuper correctement de leur progéniture préfèrent les abandonner aux "soins" d'institutions privés?

Signaler Répondre

avatar
Hum le 27/06/2018 à 14:50
vieux ... a écrit le 27/06/2018 à 14h16

Tu devrais y retourner alors pour apprendre que la politesse n'est que le fard de l'hypocrite

Allez, du balai...
Les arriérés qui préfèrent une éducation laxiste, quitte à former une génération de délinquants incapables de respecter quoi que ce soit, n'ont plus leur place.
Nulle part.

Signaler Répondre

avatar
vieux ... le 27/06/2018 à 14:16
Hum a écrit le 27/06/2018 à 11h49

Apprenez à respecter vos interlocuteurs en les vouvoyant.
Un petit séjour dans cette école ne vous aurait pas fait de mal...

Tu devrais y retourner alors pour apprendre que la politesse n'est que le fard de l'hypocrite

Signaler Répondre

avatar
Hum le 27/06/2018 à 11:49
vieux .... a écrit le 25/06/2018 à 16h39

Viens je vais te montrer la différence, tu sauras après si c'est acceptable.

Apprenez à respecter vos interlocuteurs en les vouvoyant.
Un petit séjour dans cette école ne vous aurait pas fait de mal...

Signaler Répondre

avatar
Chacha13 le 27/06/2018 à 10:50

Bonjour,
J'étais dans cette école durant 3 ans, CP, CE1, CE2, certes c'était une école à l'ancienne voir "militaire" (blouse, prières, respect de la hiérarchie, sanctions, faire à manger...) mais il faut savoir que beaucoup d'élèves qui y séjournaient étaient des enfants turbulents qui avaient, pour la plupart, été renvoyés de tous les établissements publiques de leur région.
C'était pour la plupart le dernier recours pour suivre une scolarité normale. Le manque de respect y était fortement réprimandé mais le personnel n'avait pas a faire à des "enfants de coeur" non plus ...
J'en garde un bon souvenir pour ma part, si on se comportait normalement, tout se passait bien.
Aujourd'hui, les gens attaquent en justice, tout le monde pour n'importe quoi...

Signaler Répondre

avatar
maisouestdoncornicar le 27/06/2018 à 09:03

et toujours , tant que des avocats , font des auteurs de ces actes, de simples coupables , les crimes seront bénins ? voir même que les criminels, etc... deviennent même des victimes ?
or, je dirais même , que les juges sont de simples pions, face à des avocats, qui ,de se faire une plaidoirie entre eux, selon, la notoriété , et le prix de ces derniers ,
la justice , est une façon d'envoyer , ou de condamner , selon une plaidoirie de faveur ?

Signaler Répondre

avatar
vieux .... le 25/06/2018 à 16:39
Hum a écrit le 25/06/2018 à 14h47

Personne ne défend les coups.
Mais parle-t-on de coups ou de claques ?
Certains de nos "jeunes" auraient dû en recevoir pendant leur éducation...

Viens je vais te montrer la différence, tu sauras après si c'est acceptable.

Signaler Répondre

avatar
Question? le 25/06/2018 à 16:01
Hum a écrit le 25/06/2018 à 14h47

Personne ne défend les coups.
Mais parle-t-on de coups ou de claques ?
Certains de nos "jeunes" auraient dû en recevoir pendant leur éducation...

Jusqu'au les catholibans peuvent défendre l'indéfendable, après la complaisance envers la hiérarchie complice des prêtres pédophiles, il faut faire la distinction entre "coups et claques"

Concernant les "conditions d'hygiène déplorables avec des aliments périmés et des chiens qui urinaient dans les dortoirs." c'est quoi l'excuse?

Signaler Répondre

avatar
Hum le 25/06/2018 à 14:47
Bebert a écrit le 25/06/2018 à 13h06

On doit punir sans pour autant donner des coups à des enfants.

Mais c'est vrai aussi que les nuances ne sont pas votre fort.

Personne ne défend les coups.
Mais parle-t-on de coups ou de claques ?
Certains de nos "jeunes" auraient dû en recevoir pendant leur éducation...

Signaler Répondre

avatar
Bebert le 25/06/2018 à 13:06
Hum a écrit le 25/06/2018 à 12h30

Ciel, les élèves ne respectant pas le règlement étaient punis...
Quelle honte ! La Justice française devrait laisser les gens qui enfreignent la loi tranquilles, la punition et les sanctions datent d'un autre âge !!!

On doit punir sans pour autant donner des coups à des enfants.

Mais c'est vrai aussi que les nuances ne sont pas votre fort.

Signaler Répondre

avatar
Hum le 25/06/2018 à 12:30

Ciel, les élèves ne respectant pas le règlement étaient punis...
Quelle honte ! La Justice française devrait laisser les gens qui enfreignent la loi tranquilles, la punition et les sanctions datent d'un autre âge !!!

Signaler Répondre

avatar
noa le 21/06/2018 à 08:47

"Pensionnant de l'horreur". LyonMag nous fait du nouveau détective. Le procès fait état de brimades et de nourriture pas toujours fraîche, pas d'une bande de tortionnaires sanguinolents.
Ce que je souhaiterais savoir, c'est ce que sont devenus ces jeunes pensionnaires : où ont-ils été réinsérés ? Quels établissements les ont recueillis ? Comment leurs familles s'occupent d'eux après cette épreuve ?

Signaler Répondre

avatar
Et pan ....un bourre pif le 20/06/2018 à 11:56

Et si on laissait le soin aux anciens élèves de lui exprimer physiquement ce qu'ils pensent d'elle.

Signaler Répondre

avatar
Même pas mort le 20/06/2018 à 11:31
et alors a écrit le 20/06/2018 à 11h10

Au moins ça en fera pas des enfants rois J’en ai reçu des coups par les profs et j’en suis pas mort

Oui mais vous avez vu le niveau de vos réflexions ?

Signaler Répondre

avatar
et alors le 20/06/2018 à 11:10

Au moins ça en fera pas des enfants rois J’en ai reçu des coups par les profs et j’en suis pas mort

Signaler Répondre

avatar
justicE? le 20/06/2018 à 10:44

du sursis???
vous êtes sérieux?

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 20/06/2018 à 10:07

La bonne espérance ?
Qu'espéraient les parents pour laisser leurs enfants dans une école non conventionnée qui n'était pas en odeur de sainteté dans l'enseignement catholique...?
les parents sont également responsables

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.