Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag

Avec “Yokainoshima”, le Musée des Confluences propose un voyage dans l’univers du Japon ancestral

Photo d'illustration - LyonMag

La nouvelle exposition "Yokainoshima : esprit du Japon", qui met à l'honneur le pays du Soleil levant et sa spiritualité, débarque aux Musée des Confluences ce samedi.

Cette exposition est une rencontre entre le travail photographique de Charles Fréger, photographe français qui met en scène des rites spirituels dans des tenues traditionnelles japonaises, et les collections du musée qui ne comptent pas moins de 1000 objets d'origine. C'est une invitation au voyage au centre du Japon mystique, religieux et traditionnel dont peu de "personnes en connaissent" l'histoire. Tout le long de l'exposition, le visiteur est invité à jouer du regard entre les masques, statuettes, costumes, les têtes de démon et les photos de Charles Fréger accrochées au mur.

Comme l'explique Héléna Ter Ovanessian, chef de projet de l'exposition, chaque vitrine est une représentation scénographique particulière emplie de spiritualité, le maître mot de "Yokainoshima".

 

Une scénographie grandeur nature

 

Dès l'entrée, le visiteur se retrouve face à un temple japonais à grande échelle, où sont lus plusieurs fois par jour de nombreux contes nippons accompagnés d'une musique d'ambiance. Placée au centre de l'exposition coupée en trois parties, à savoir invoquer, incarner, interpréter, cette bâtisse d'un rouge vif impressionne. Entre divinités, incantations et chasseurs de démons, le visiteur "doit s'attendre à être surpris" et essayer de "découvrir" le Japon autrement.

 

Temple Japonais - lecture de contes - LyonMag

 

"Ça nous permet d'avoir justement une vraie confrontation avec des choses qui sont très différentes. C'est quelque chose qui était assez saisissant et intéressant pour nous. Une occasion de pouvoir présenter un potentiel d'originalité sur un thème tel que le Japon. Ces objets japonais ont été collectés par des français, c'est donc un regard français sur la culture japonaise qui est présenté. Et le travail de Charles Fréger s'inscrit aussi dans cette fascination qu'ont les Français pour le Japon", ajoute la chef de projet de l'exposition. 

 

Les mascarades photographiques

 

Ce sont en toute plus de 80 photographies de Charles Fréger qui sont exposées pour l'occasion sur de très grands formats parfois même à taille réelle. Avec un mur d'une couleur dominante par univers présenté, les photos de l'artiste s'inscrivent souvent dans le reflet de l'histoire des objets présentés face à elles. On y retrouve les différents rites pratiqués par des Japonais de contrées retirées au fil des saisons. Que se soit sur la plage, à la campagne, ou à la montagne, chaque image a sa propre histoire.

Photographies de Charles Fréger - LyonMag

 

D'autant que seul le lieu et l'éclairage relève de la mise en scène, les costumes et les personnes qui posent devant l'objectif de l'artistes sont de vrais paysans qui cultivent la terre et qui se sont prêtés au jeu le temps d'un cliché. Comme l'explique Charles Fréger, "souvent ce sont des personnes vieillissantes. Sur certaines îles, il y avait 70 habitants. Cela signifie que ce sont des mascarades jouées par les gens du village".

 

Masque original japonais aux allures de Jacques Chirac - LyonMag

 

L'artiste a mis près de deux ans pour rassembler, organiser et produire ses photos. Un projet qui a débuté en 2013 après son tour d'Europe des mascarades hivernales. Attiré par le Japon depuis toujours après un voyage sur l'île, il aura fallu pas moins de cinq voyages à Charles Fréger pour arriver à cette exposition.

 

Costume de paille dans la neige, geisha sous une tempête ou encore des enfants déguisés les pieds dans l'eau, chaque photo est assez saisissante.

 

Hommes vêtus de paille - LyonMag

 

"Ce sont des mascarades japonaises, qui sont religieuses pour la plupart (Shinto). On est dans un milieu rural. Ce sont des (mascarades/pièces) qui se connectent à la culture du riz, à la nouvelle année, au bonheur. Par exemple, il existe des traditions qui sont là pour éloigner les mauvais esprits ou le feu. Au Japon, on a peur du feu, puisqu'originalement, les maisons étaient construites en bois", explique l'artiste.

 

Charles Fréger devant l'une de ses photographies - LyonMag

 

Un travail de longue haleine et pas toujours évident à mettre en place. "Il a fallu entrer dans les temples, rencontrer les gens qui étaient en charge des festivités et puis se faire accepter. Certaines fois c'était assez simple, mais parfois il fallait attendre l'année suivante pour pouvoir revenir et avoir la permission de photographier hors des festivités. C'est un travail de mise en scène en fait", ajoute Charles Fréger.

 

Petits sujets japonais - LyonMag

 

 

Une exposition qui lie l'art ancestral et contemporain

 

Comme a tenu à le rappeler Héléna Ter Ovanessian, l'exposition a aussi un rapport avec l'époque et l'art plus contemporain. Au détour d'une photographie, d'un animal empaillé ou d'un petit tambour, le visiteur pourra tomber sur des jeux d'arcades ou regarder des mangas.

 

Pacman jeux d'arcades - LyonMag

 

Une exposition qui durera un peu plus d'un an et se terminera le 25 août 2019.



Tags : musee des confluences | Yakainoshima | Japon | exposition | photographie |

Commentaires 1

Déposé le 06/07/2018 à 14h26   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par B Citer

Bof c est moche ! on s en passerait de ces trucs !

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.