Rangé des voitures, il panique à la vue des policiers et provoque des accidents

Rangé des voitures, il panique à la vue des policiers et provoque des accidents
Photo d'illustration - LyonMag

Un homme âgé de 34 ans était jugé ce vendredi.

Dirigeant d’une petite société de rénovation de logements, il n’était pas venu au tribunal depuis longtemps. Car son passé de jeune délinquant était derrière lui.
Mais il faut croire que certains réflexes ne s’oublient pas. Le 9 novembre dernier, il venait de griller un feu rouge quai Gailleton en centre-ville de Lyon lorsque les policiers témoins de la scène décidèrent de le contrôler.

Bien décidé à ne pas se faire prendre, le trentenaire a tenté de forcer le passage des bouchons naissants en percutant quatre véhicules, blessant au passage l’un des automobilistes. Il terminera sa course dans la bretelle d’autoroute à la fin du quai, où il abandonnera son véhicule pour fuir à pied.

Face au juge, le prévenu aura l’affront de nier en bloc, expliquant n’avoir pas eu conscience d’avoir grillé un feu, ni même que les policiers cherchaient à lui parler. Pourquoi avoir foncé dans quatre voitures pour forcer le passage ? Pas sa faute non plus, il avait été percuté par un véhicule tiers qui l’a projeté. Et la fuite à pied ? Un réflexe guidé par la panique.

Le chef d’entreprise aurait mieux fait d’être honnête, car le tribunal n’a pas tenu compte de sa situation professionnelle sérieuse au moment de prononcer sa peine : 18 mois de prison ferme, contre 2 ans ferme requis par le procureur. L’homme a ensuite été écroué.

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
C'est fou le 19/11/2018 à 12:00

Quel rapport avec le fait qu'il ait une situation professionnelle stable?
Quand un délinquant ne travaille pas, on est indulgent pour ne pas trop l'accabler car il est avant tout victime de la société, et quand il travaille, il ne faut pas trop l'accabler pour ne pas le renvoyer en large de la société.. Du coup, on ne devrait être ferme qu'avec les jeunes en CDD ?

Signaler Répondre

avatar
Mrchwn le 17/11/2018 à 15:31

Dura lex sed lex, qu'importe le contexte, il y a des choses à ne pas faire, on a tendance à l'oublier ici bas, certains gens se croyent tout permis.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.