Lyon : un avocat condamné pour avoir fait le lien entre ses clients et un receleur

Lyon : un avocat condamné pour avoir fait le lien entre ses clients et un receleur
Photo d'illustration - LyonMag

Ce vendredi, six personnes étaient jugées à Lyon dans un dossier remontant au début des années 2010.

A l’époque, un avocat est arrêté, il est soupçonné de faire partie d’un système de prêts accordés par un receleur membre de la communauté des gens du voyage.

Ce dernier, âgé à l’époque d’une soixantaine d’années, gardait dans sa caravane des centaines de bijoux et de statues volés. Leur revente lui permettait de prêter de fortes sommes d’argent aux clients de l’avocat, qui facilitait le contact avec le receleur.

Là où l’affaire se gâtait pour l’homme en robe noire, c’est que l’argent prêté à ses clients (jusqu’à 30 000 euros) provenait du recel d’or ou d’objets volés. Les transactions étaient généralement effectuées à l’écart, à Pusignan. Or, cela se traduit normalement par des poursuites pour blanchiment aggravé.

Me Frédéric D. a toutefois échappé au pire, notamment parce qu'il agissait gratuitement, et a été condamné à 15 mois de prison avec sursis et une amende de 25 000 euros pour complicité d’opération de banque et prêt usuraire. Le parquet souhaitait qu’il soit interdit définitivement d’exercer mais le tribunal n’a pas retenu cette réquisition. L’avocat avait déjà été puni par ses pairs à 3 ans d’interdiction dont 18 mois de sursis, il a donc repris ses activités depuis.

Quant au receleur aujourd’hui âgé de 71 ans, il n’avait étonnamment jamais été ennuyé par la justice. Surnommé Pinoc’ au sein de sa communauté, il a écopé de 5 ans de prison dont 2 ans avec sursis et 40 000 euros d’amende.

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
KAROL le 09/12/2018 à 13:16
bibiloulou a écrit le 09/12/2018 à 12h17

frederic d taper sur google a lyon vous aller trouver bonne chance

Pourquoi ne pas donner son nom? La justice est publique, non? Quand il s'agit de petites frappes de banlieue, on donne très souvent le nom et même l'origine ethnique... Là c'est un avocat, costume, chemise blanche et cravate et une chape de plomb s'abat dans les médias... LyonMag est le seul média à en parler. Tirez-en les conclusions...

Signaler Répondre

avatar
bibiloulou le 09/12/2018 à 12:17

frederic d taper sur google a lyon vous aller trouver bonne chance

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 08/12/2018 à 18:50

"Quant au receleur aujourd’hui âgé de 71 ans, il n’avait étonnamment jamais été ennuyé par la justice" il faut croire qu'il avait un "bon" avocat qui bien sûr travaillait "gratuitement".

Signaler Répondre

avatar
Rasle bol 69 le 08/12/2018 à 18:48

Avocat véreux et il n'est pas radié à vie, une quasi-impunité dans la profession. Quand au fait qu'il ait agit gratuitement on peut toujours en douter.

Signaler Répondre

avatar
précision nécessaire le 08/12/2018 à 11:43
concerne celui qui dit ne pas vouloir être une "assistante sociale" a écrit le 08/12/2018 à 10h55

Tout comme au niveau local, on tait ce que l'on relate et on nomme pourtant qu niveau national :

https://www.mediapart.fr/journal/france/071218/aux-prud-hommes-ce-depute-macroniste-qui-ne-paye-pas-son-collaborateur

Extrait ouvert aux non abonnés :
Aux prud’hommes de Lyon, un ancien collaborateur de Bruno Bonnell (LREM) a dénoncé vendredi des mois de travail dissimulé. Le député conteste et déplore l’opportunisme d’un militant. Cette affaire, inhabituelle, démontre le flou qui entoure le statut des collaborateurs parlementaires."

celui qui dit "ne PAS VOULOIR être une assitante sociale ...

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 08/12/2018 à 11:11

Heureusement qu'il y a de l'argent,
ça permet d'avoir une justice cher (beaucoup de victimes ne font pas les procédures parce que ça a un coût, malgré les "aides")
justice qui en plus n'a pas de budget pour fonctionner rapidement et efficacement,
ça permet de voler pour revendre,

etc,
etc.

Encore ! :D

Signaler Répondre

avatar
concerne celui qui dit ne pas vouloir être une "assistante sociale" le 08/12/2018 à 10:55

Tout comme au niveau local, on tait ce que l'on relate et on nomme pourtant qu niveau national :

https://www.mediapart.fr/journal/france/071218/aux-prud-hommes-ce-depute-macroniste-qui-ne-paye-pas-son-collaborateur

Extrait ouvert aux non abonnés :
Aux prud’hommes de Lyon, un ancien collaborateur de Bruno Bonnell (LREM) a dénoncé vendredi des mois de travail dissimulé. Le député conteste et déplore l’opportunisme d’un militant. Cette affaire, inhabituelle, démontre le flou qui entoure le statut des collaborateurs parlementaires."

Signaler Répondre

avatar
deux poids deux mesures le 08/12/2018 à 10:52
Bonjour a écrit le 08/12/2018 à 10h30

S’il a été condamné donc reconnu coupable, pourquoi ne donne t-on pas son nom ?

On se pose des questions effectivement

Imaginez si c'était un gilet vert .... il serait déjà donné en pâture avant d'être jugé

Mais là on touche la sphère jupiterrienne ... donc on relate l'infamie mais on tait son auteur ...

La révolution actuelle est née de cette attitude de haute protection des majeurs énarques ou notables

Signaler Répondre

avatar
Bonjour le 08/12/2018 à 10:30

S’il a été condamné donc reconnu coupable, pourquoi ne donne t-on pas son nom ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.