Un pilote lyonnais au départ du mythique Dakar

Un pilote lyonnais au départ du mythique Dakar
Photo d'illustration - DR ©clubgoupil4x4

Arrivé au Pérou jeudi, un pilote lyonnais va prendre le départ du Dakar à Lima ce dimanche au volant d'un SxS Can-Am.

C'est la première fois que Thierry Pitavy, 50 ans, tente sa chance sur la mythique épreuve : "Je rêvais de ça depuis que j'ai 18 ans, je voyais les motos partir au Dakar. Le contexte a bien changé, mais il n'empêche que c'est toujours resté dans un coin de ma tête. Il y a une opportunité et j'ai ouvert la porte en grand pour réussir", nous a confié ce chef d'une entreprise de terrassement à Lentilly.

Lui et son copilote stéphanois, Gilles Colombet, ne s'imaginent pas faire de la figuration : "Je vise le podium. Je ne peux pas imaginer simplement participer. Mais on verra dans les premiers jours de course si c'est réalisable", nous a confié Thierry Pitavy la veille de son départ pour le Pérou. 

Toutes les conditions sont réunies pour que leur buggy soit performant : "Il y a une équipe qui nous entoure. 17 personnes en tout en comptant les autres pilotes et co-pilotes. Le soir, on aura tous un mécanicien. C'est important sur les courses aussi longues. On arrive fatigués au bivouac, donc si on passe encore trois heures sur le véhicule… Là, on pourra aller prendre une douche pendant que les mécanos travaillent", précise le Lyonnais, qui affirme "avoir été plus calme pour les fêtes cette année", pour préparer au mieux ce Dakar. 

Mais sur la célèbre épreuve, on ne peut pas tout maitriser, et Thierry Pitavy en est bien conscient : "Tout ce qui est navigation, conduite dans le sable, c'est ce que j'aime, même si ça va être difficile, je suis plutôt à l'aise. Mais ce que je redoute le plus, c'est le souci mécanique qu'on n'arrive pas à réparer au milieu de nulle part, avec la voiture-balai qui vient nous chercher et que la course soit finie pour nous au bout de deux jours". 

Le duo, bien rôdé, compte aussi sur sa complémentarité pour aller le plus loin possible dans l'épreuve : "Ça se passe toujours bien. Quand il y en a un qui monte dans les tours, l'autre fait retomber la pression", explique le pilote, qui ne manque jamais de moquer les origines stéphanoises de son partenaire.  

Les deux amis sont attendus à Lima le 17 janvier sur la ligne d'arrivée. "Si je peux gagner le Dakar, et si on gagne le derby juste après (le 20 janvier, NDLR), ça sera vraiment parfait", plaisante Thierry Pitavy, "qui a même pensé à peindre une partie de la voiture en rouge, aux couleurs de l'OL, et l'autre en verte".

4 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
autrelyonnais le 06/01/2019 à 17:38

Sympa d'oublier un Lyonnais qui a pourtant une grande marque dans le monde de la moto Française : Julien Toniutti.

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 06/01/2019 à 16:45
Enzo69 a écrit le 06/01/2019 à 16h30

Dakar qui n'a plus rien ( et n'a jamais eu ) de mythique ! Après avoir emmerdé les populations d'Afrique , ce sont les Sud Américains qui subissent les caprices de quelques riches multinationales et non moins riches "pilotes ". Au fait, qui se souvient du vainqueur de l'an passé ? Lamentable.

Et qui se souvient des morts sur le bord de la route dans les populations locales ?

Signaler Répondre

avatar
Enzo69 le 06/01/2019 à 16:30

Dakar qui n'a plus rien ( et n'a jamais eu ) de mythique ! Après avoir emmerdé les populations d'Afrique , ce sont les Sud Américains qui subissent les caprices de quelques riches multinationales et non moins riches "pilotes ". Au fait, qui se souvient du vainqueur de l'an passé ? Lamentable.

Signaler Répondre

avatar
Le ridicule qui ne tue pas le 06/01/2019 à 15:29

Encore un Dakar qui ne va pas à Dakar. De qui se moque-t-on ? Mais y a-t-il encore des téléspectateurs pour suivre cette épreuve ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.