L’occupation de l’usine Anoflex de Caluire se poursuit

Une partie des salariés a passé le week-end sur le site. Ils bloquent depuis mercredi la production de l’équipementier automobile, sous-traitant de Continental. Les syndicats souhaitent une compensation financière supplémentaire par rapport à la délocalisation de l’usine en Roumanie. 157 emplois devraient être supprimés d’ici la fin de l’année. Une nouvelle réunion a eu lieu ce matin. La direction propose une prime de licenciement globale de 19 000 euros et 1 000 euros par année travaillée pour chaque salarié. Cette proposition est actuellement examinée par la base qui donnera sa réponse en fin de matinée.

X
0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.