Rejeté par une femme, il la menace avec une arme factice... devant le commissariat

Rejeté par une femme, il la menace avec une arme factice... devant le commissariat
Photo d'illustration - LyonMag

Ce jeudi matin, les policiers de Vaulx-en-Velin sont sortis en catastrophe de leur commissariat.

Des cris stridents avaient été entendus à l'extérieur. Les fonctionnaires ont vite compris la situation et se sont lancés à la recherche d'un individu âgé de 26 ans.

Rapidement interpellé, l'homme, déjà connu de la justice avec 27 antécédents, avait menacé une femme devant le commissariat à l'aide d'une arme factice, retrouvée dans son véhicule. La raison de ce geste ? Son ex-camarade de classe avait rejeté ses avances.

De plus, le jeune Vaudais circulait malgré l'annulation de son permis de conduire. Il opposait aux enquêteurs le fait qu'il était titulaire d'un permis algérien.

Il sera présenté au parquet ce vendredi en vue de sa comparution immédiate.

17 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
zied3 le 30/10/2019 à 00:02

Votez bien , les amis ! pour les prochaines échéances !
Si vous en avez marre de cette chienlit ; seul le vote éfficace fera la différence ! Voter Larem , c'est voter pour le chaos en France ! Votre vote vous appartient !

Signaler Répondre

avatar
Papimouzo le 27/10/2019 à 19:45

Vu que nos prisons sont des hôtels C est de la bagatelle

Signaler Répondre

avatar
Poules mouillées le 26/10/2019 à 01:47

Y a des policiers à vaulx ? ???? Pourtant ils restent bien caches on ne les voit pas souvent

Signaler Répondre

avatar
Morale de l'histoire... le 25/10/2019 à 20:56

On va voter pour les élections !!!

Signaler Répondre

avatar
Fifty le 25/10/2019 à 19:01

les poursuites judiciaires ne sont appliquées qu'à partir de 50 antecédants. Il a encore pas mal de marges...

Signaler Répondre

avatar
jokers le 25/10/2019 à 17:14

Ce sympathique SDF n'ayant que 27 antécédents judiciaire cela devrait inciter le juge à la plus grande mansuétude !

C'est à partir de 50 qu'on risque une tape sur les doigts !
Encore 22 jokers...

Signaler Répondre

avatar
Radical le 25/10/2019 à 16:53
Des solutions... Aucun pb... a écrit le 25/10/2019 à 12h49

Ah que oui... Appliquer les décisions de justice. Construire des prisons et le mettre en prison... C'est simple...
Quoi qu on en dise, la prison calme les ardeurs de tout cette petite racaille. A contrario, le sentiment d impunité les attise...

D'accord avec vous, direction la prison. Au pain sec et à l'eau. Travaux forcés toute la journée. Apprentissage de la discipline et de l'autorité, éducation et civisme.

La prison ne sert pas à calmer les malfaiteurs et autres délinquants mais à les isoler du reste de la société pour protéger les citoyens, puisqu'ils ne sont pas capables de se tenir correctement.

Ce n'est pas la solution mais c'est une partie des solutions possibles. Vu ce qu'il se passe en prison de nos jours, si tu les occupes toute la journée de l'aurore jusqu'à la nuit, ils auront beaucoup moins de temps et d'envie pour agresser les surveillants, passer des coups de fil, fumer du hash ou se toucher sous les douches...

Signaler Répondre

avatar
Petaudier le 25/10/2019 à 16:03

"Rapidement interpellé, l'homme, déjà connu de la justice avec 27 antécédents"

"De plus, le jeune Vaudais circulait malgré l'annulation de son permis de conduire. Il opposait aux enquêteurs le fait qu'il était titulaire d'un permis algérien."

Tout est dit !

Signaler Répondre

avatar
oui j'ai la solution le 25/10/2019 à 15:16

@impuissance , oui j'ai la solution : modifier le droit français pour que les agressions ne soient plus juger par des juges mais par un jury populaire français comme aux assises.com il y aura alors beaucoup de chosesqui changeront. comme voulait le faire un ancien président de la république il faudrait aussi supprimer les juges y compris les juges d'application des peines. quand un individu a été condamné à 20 ou 15 ans de prison il doit faire10 ou 15 ans.pas un seul jour de plus mais pas un seul jour de moins non plus. car sinon c'est se moquer des personnes qui l'ont condamné. c'est pas plus compliqué que cela.

Signaler Répondre

avatar
Zig le 25/10/2019 à 14:34

26 ans le gars ?
"... Son ex-camarade de classe avait rejeté ses avances..."

Et il se croyait encore cowboy dans la coure d'école primaire ?

Quand est-ce qui se mettra à grandir ?

Signaler Répondre

avatar
Victime.... le 25/10/2019 à 14:17

...de la justice qui s'acharne à additionner ses condamnations? on va finir par lui mettre un blâme..non mais les juges sont impitoyables face aux délinquants!!!

Signaler Répondre

avatar
Bianca le 25/10/2019 à 14:09

Qu'il aille faire la même chose à Dubai. C'est la taule direct ! Mais en France....

Signaler Répondre

avatar
voila le truc le 25/10/2019 à 13:24
impuissance a écrit le 25/10/2019 à 12h30

T'as les solutions ?

appliquer la loi
suivi des exécutions des peines

et surtout, évolution de carrière et de salaires pour les magsitrats en fonction du taux de récidives

Signaler Répondre

avatar
Des solutions... Aucun pb... le 25/10/2019 à 12:49
impuissance a écrit le 25/10/2019 à 12h30

T'as les solutions ?

Ah que oui... Appliquer les décisions de justice. Construire des prisons et le mettre en prison... C'est simple...
Quoi qu on en dise, la prison calme les ardeurs de tout cette petite racaille. A contrario, le sentiment d impunité les attise...

Signaler Répondre

avatar
impuissance le 25/10/2019 à 12:30
la blague du juge a écrit le 25/10/2019 à 12h12

26 ans et 27 antécédents

et toujours en liberté.....


on se moque de qui?

T'as les solutions ?

Signaler Répondre

avatar
la blague du juge le 25/10/2019 à 12:12

26 ans et 27 antécédents

et toujours en liberté.....


on se moque de qui?

Signaler Répondre

avatar
Profil le 25/10/2019 à 10:25

Une "pépite" Vaudaise, c'est ça ?
(indices: 26 ans, 27 antécédents judiciaires, menace avec arme sur une femme parce qu'elle le rejette, capable de faire ça même devant un commissariat)

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.