"Attaquer un maire, c'est attaquer la République" : François Baroin au chevet des maires menacés de la Métropole de Lyon

"Attaquer un maire, c'est attaquer la République" : François Baroin au chevet des maires menacés de la Métropole de Lyon
François Baroin devant les journalistes après la réunion à l'Hôtel du Département- LyonMag

François Baroin, maire de Troyes et président de l'Association des Maires de France (AMF), était en déplacement à Lyon ce jeudi.

À l'occasion de cette visite, l'élu LR, entouré du président du Département, Christophe Guilloteau, ou encore du préfet délégué à la sécurité Thierry Suquet, a échangé avec les différents maires victimes d'agression ou de menaces ces dernières semaines. On pense notamment à Jérémie Bréaud, le maire de Bron, victime la semaine dernière d'une attaque à Parilly ou encore au maire de Grigny Xavier Odo

François Baroin était avant tout là pour apporter son soutien aux élus visés : "Ils ont un regard clair, droit. Ils sont courageux et heureux de bénéficier d'un soutien national des maires de France. Ils sont déterminés. Face à ces agressions il faut affirmer un courage sans faiblesse. Attaquer un maire, c'est attaquer la République".

Les réponses apportées par l'autorité judiciaire (...) étaient insupportables

Face à ces débordements envers les élus, François Baroin a souhaité rappeler qu'il fallait des réponses fortes car "les textes qui existaient précédemment étaient insuffisants". "Insuffisants en objectifs, en moyens et en réponses. Un maire qui se fait caillasser, un maire qui se fait insulter sur les réseaux sociaux, un maire qui voit son domicile tagué avec des menaces, n'a pas de réponses suffisantes. Les réponses apportées par l'autorité judiciaire avec un simple rappel à la loi étaient insupportables, inacceptables pour les maires, mais c'était surtout un message de laxisme adressé", ajoute-t-il.

Pour ça, le président de l'AMF assure avoir échangé depuis plusieurs semaines avec le ministre de la Justice et le Premier ministre. Et espère "obtenir un cadre plus clair".

"Il faut maintenant le mettre en application. Ce que nous attendons des maires c'est qu'ils portent plainte, ce que nous attendons des élus c'est qu'ils saisissent la justice, ce que nous attendons de l'Etat c'est de garantir l'ordre public. Ce que nous attendons de la justice ce sont des procureurs. Nous attendons des réponses adaptées pour apporter la paix sociale. C'est un enjeu du pacte républicain. L'arsenal juridique doit être adapté. Ça peut prendre la forme de comparution immédiate, d'un éloignement du territoire, d'une interdiction de séjour. La réponse sera mieux adaptée à ce que nous attendons", concluait-il à l’Hôtel du Département du Rhône où il était reçu.

B.B.

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Boire 1 ptit coup c'est agréable le 06/03/2021 à 20:39

Et attaquer Lemaire, c'est à la droite ou à larem qu'on s'attaque ?

Signaler Répondre

avatar
Joe l’endormi le 05/03/2021 à 08:58

Le maire de Givors était là pour soutenir ses collègues ?

Signaler Répondre

avatar
Pauvre France. le 05/03/2021 à 08:49

On sait qui menacent les maires mais tant que l'on n'osera pas nommer les ennemis de l'ordre on ne résoudra rien. La peur des élus est le combustible de l'anarchie des banlieues.

Signaler Répondre

avatar
Val13 le 05/03/2021 à 06:14

Vous avez oublié de soutenir la Police. Elle aussi subit.

Signaler Répondre

avatar
Flocondavoine le 04/03/2021 à 23:18

Alors d'après les propositions de cet homme on en déduit que les "agresseurs" sont par présomption d'innocence étrangers : interdiction de séjour, éloignement du territoire... Ça sent le mariage avec l'extrêmeD...
J'adore ces esprits neutres...

Signaler Répondre

avatar
Néant total le 04/03/2021 à 19:56

Votre bilan sur ce sujet (entre autre) en tant qu'ancien député, sénateur, porte parole du gouvernement, ministres (4 fois), vice président de l'assemblée nationale et actuel maire?

Signaler Répondre

avatar
Major de l'école du rire. le 04/03/2021 à 19:44

Depuis 1974, la droite et la gauche se partagent le pouvoir en France.

Hormis cette entente cordiale de partage du pouvoir, il y a une autre chose qui les unis.

Ils ont mis en œuvre la même politique de sécurité.
Du moins, la même politique d'insécurité et délabrement de nos institutions et valeurs...

Donc, avec le recul de mon âge et une mémoire d'éléphant, je ne peut que rigoler amèrement à l'intervention de ce monsieur.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.