Lyon : le recteur en visite à Juliette Récamier pour le bac 2021

Lyon : le recteur en visite à Juliette Récamier pour le bac 2021
Olivier Dugrip (au milieu) ce jeudi au lycée Récamier - LyonMag

Le recteur Olivier Dugrip est clair : "On vous communiquera les sujets, mais pas avant 9h".

On n’insiste pas, tout en espérant que les élèves de terminales seront tombés sur le rôle des symboles en éducation. Car ces quatre heures passer à philosopher vont ressembler plus à cela qu’à l’épreuve classique de tous les baccalauréats depuis des décennies.

Pour Olivier Dugrip, venu assister au lycée Juliette Récamier (Lyon 2e) à l’ouverture de la précieuse enveloppe couvée par Carole Soulagnes la proviseure et le prof de philosophie responsable M. Decauwert, rien n’a changé. "Le ministre a tenu à ce que les élèves puissent vivre la réalité d’un contrôle terminal. Le baccalauréat reste le premier diplôme du supérieur, les Français y sont très attachés car c’est un rite initiatique qui clôt le secondaire", rappelle-t-il de sa voix douce.

De fait, pourtant, il y a bien des différences cette année. Quatre sujets au lieu de trois avec une dissertation en plus, "ce qui permet d’augmenter les chances de réussites en fonction des révisions", explique M. Decauwert. Mais surtout, le contrôle continu pèsera pour 82% du total des notes du bac contre simplement 18% pour le contrôle terminal (y compris le grand oral qui commence la semaine prochaine). Qui plus est, les élèves auront la possibilité de garder leur note de contrôle continu obtenue tout au long de l’année en philosophie si la note de l’épreuve qu’ils passent ce jeudi est inférieure.

Aloïs, sagement assis au fond de la salle est donc concentré mais peu inquiet. Parcoursup a parlé : il est admis en licence de sciences sociales à Lyon 2. Sara, un peu plus loin est contente aussi : une double licence de langues et de sciences économiques à Lyon 3 l’attend en septembre. Se souviendront-ils de leur épreuve de baccalauréat dans 45 ans ? C’est le cas d’Olivier Dugrip : "J’ai passé mon bac en 1974, dans mon lycée, Paul Valery, à Sète, dont la beauté aidait à comprendre l’importance de l’oeuvre de Paul Valery". Mais il ne se rappelle plus les sujets de philosophie. Le rite a toujours eu plus d’importance que le fond.

@lemediapol

Tags :

baccalaureat

bac

1 commentaire
Laisser un commentaire
avatar
On a bien compris le 17/06/2021 à 09:59

Le bac " sur table" est en train de disparaitre.
Il ne restera que le Grand oral et peut etre la Philo pour faire croire qu il existe encore .
Le bac s'obtiendra donc avec les moyennes des notes de l année .
Parcoursup est deja "cablé "sur ce modele et les admissions n'ont que faire du Bac .
Fini donc, la réquisition des lycées comme centre d'examen, l arrêt des cours début juin ,
les corrections des copies par les profs , les "fuites" des sujet ,...,les convocations dans des lycées éloignés à 7h30
Toute une époque qui coutait un pognon de dingue !!
Le seul probleme et non des moindre : que faire des profs et des éleves de terminale au mois de juin ? le temps ainsi libéré permettrai d'assurer 2 semaines de cours supplémentaires ...(cours inutiles c'est vrai ). Et là on sent que ça bloque chez les profs ...enfin pas tous.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.