Les antennes-relais toujours pointées du doigt

Mardi, les parents d’élèves de l’école Gerson ont perdu le procès qui les opposait à l’opérateur Bouyges-Telecom devant le tribunal de Grande Instance de Lyon. Un verdict qui n’a pas découragé Aline Lardon, une habitante de Pomeys dans le Rhône. L’objet de sa plainte : une antenne-relais installée à 103 mètres de sa maison au lieu des 300 préconisés.
Depuis l’installation de l'antenne en 1997, la plaignante a contracté un cancer. Son mari est décédé de cette maladie il y a quelques années. Outre le démantèlement des antennes, la plaignante demande des dommages et intérêts à hauteur de 46 000 euros.
Le jugement en délibéré sera rendu le 21 octobre.

<
0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.