Le poète Charles Juliet reçoit la médaille de la Ville de Lyon

Le poète Charles Juliet reçoit la médaille de la Ville de Lyon
DR

Le poète Charles Juliet va recevoir ce mercredi la médaille de la Ville de Lyon des mains de Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe au maire de Lyon déléguée à la culture.

Grand Prix de l'Académie française et lyonnais d'adoption, Charles Juliet, âgé de 86 ans, a trouvé la reconnaissance du public dès son roman L'année de l'éveil, paru en 1989.
Son récit autobiographique Lambeaux, paru en 1995, par lequel il rend hommage à ses deux mères, fait également partie de ses oeuvres les plus marquantes. Charles Juliet publie aussi régulièrement les volumes de son Journal chez P.O.L, tenu depuis 1957.

L'écrivain, poète et peintre, avait reçu en 2017 le Grand Prix de l’Académie Française pour l’ensemble de son oeuvre.

X
3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
claudine le 30/09/2021 à 12:03
Tatin a écrit le 29/09/2021 à 21h31

Si je devais recevoir un prix des mains d'une élue que je n'apprécie pas (la pro-hamas : Perrin Gilbert) ce serait pour moi, une véritable punition.
Maintenant si on compare avec des poetes comme Aragon, Eluard, Max Jacob, Francis Carco, Robert Desnos, Pierre Seghers, de mon point de vue Charles Juliet ne casse pas trois pattes à un canard.

Charles Juliet a bâti sa renommée sur un récit scabreux qui en son temps, a fait le miel des anti militaristes
mais n'est que crachat dans la soupe.
Et puis, quel air sinistre!

Signaler Répondre

avatar
Tatin le 29/09/2021 à 21:31

Si je devais recevoir un prix des mains d'une élue que je n'apprécie pas (la pro-hamas : Perrin Gilbert) ce serait pour moi, une véritable punition.
Maintenant si on compare avec des poetes comme Aragon, Eluard, Max Jacob, Francis Carco, Robert Desnos, Pierre Seghers, de mon point de vue Charles Juliet ne casse pas trois pattes à un canard.

Signaler Répondre

avatar
Mouhaha 0,001 le 29/09/2021 à 19:30

Respect Monsieur Charles Juliet, votre vie vos poèmes une grande leçon que vous donnez, merci

«...Écrire pour panser mes blessures. Ne pas rester prisonnier de ce qui a fracturé mon enfance. Écrire pour me parcourir, me découvrir. Me révéler à moi-même.... Écrire pour déterrer ma voix.
Écrire pour me clarifier, me mettre en ordre, m’unifier. »

des milliers
de fois
tu es parti
et revenu
tu as frappé
et guetté
des milliers
de fois
tes yeux scrutaient
a nuit tu t’emplissais
de silence et tes mains
restaient vides
tandis que
tu partais
et revenais
frappant
et guettant
tes yeux
de plus en plus
fiévreux
tes lèvres
toujours plus
avides
tes mains
chaque fois
plus lasses »
(Affûts, 1990)

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.