Procès des viols dans un bar à chicha de Lyon : l'accusé attrape le Covid-19, renvoi à l'été 2022

Procès des viols dans un bar à chicha de Lyon : l'accusé attrape le Covid-19, renvoi à l'été 2022
Photo d'illustration - LyonMag

La sordide affaire des viols présumés survenus dans un bar à chicha de Lyon sera-t-elle jugée un jour ?

Ce vendredi, à l’occasion du dernier du procès débuté mardi aux Assises du Rhône, la présidente n’a eu d’autre choix que d’annuler les trois jours précédents de débats et d’annoncer son report à l’été prochain.

Et pour cause, l’un des deux accusés avait été déclaré positif au Covid-19. Il se trouve que c’est le même homme qui avait fait un malaise cardiaque en septembre dernier lors de la première tentative de tenue du procès, entraînant le renvoi à ce mois de janvier.

C’est finalement le 4 juillet que son complice présumé et lui seront jugés pour ces faits qui remontent à la nuit du 4 novembre 2017, dans le bar à chicha "Time Up" du quai Arloing dans le 9e arrondissement de Lyon. Deux jeunes femmes âgées d’une vingtaine d’années avaient été violées plusieurs fois sous la menace d’une paire de ciseaux dans ce bar associatif. Elles avaient également assuré aux policiers avoir été obligées par les deux accusés de consommer de la cocaïne. Les deux victimes avaient indiqué avoir été retenues dans l’établissement durant plus de dix heures.

Un appel avait été passé au 17 vers 6h45 du matin, mais elles n’avaient pas réussi à donner assez de précisions sur l’emplacement de la chicha pour que les forces de l’ordre volent à leur secours.

Des SMS avaient aussi été envoyés à un ami des victimes pour lui demander d’alerter la police. Mais le destinataire des messages, qui avait passé un bout de la soirée avec les deux jeunes femmes, ne s’était réveillé qu’à la mi-journée pour alerter les forces de l’ordre.

X
11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Deo le 16/01/2022 à 10:53

Excellent, quel beau pays.

Signaler Répondre

avatar
Yo le 15/01/2022 à 17:31

La justice française est une honte !

Signaler Répondre

avatar
Q le 15/01/2022 à 14:53

Sacré Lyon mag

Signaler Répondre

avatar
Puravida le 15/01/2022 à 14:48

Oh ! Le pauvre ! Parce que finalement la seule chose qui a l'air de fonctionner dans son petit corps, il l'utilise à mauvais escient !

Signaler Répondre

avatar
Connor McLeod le 15/01/2022 à 14:37

Et la prochaine fois, il aura des gaz et ça sera reporté en 2023...
Les soignants atteints du COVID allaient travailler, pourquoi on donne un traitement de faveur à ces criminels... Aberrant !

Signaler Répondre

avatar
Septik le 15/01/2022 à 14:10

C’est bon, ce n’est pas la tuberculose. Il met un masque et il assume son crime

Signaler Répondre

avatar
Olivier Variant le 15/01/2022 à 11:44

La justice penche toujours du côté de ceux qui détestent la France. Ceux que je déteste le + sont ceux qui trahissent le pays en soutenant des gens comme lui. Justice en papier.

Signaler Répondre

avatar
semper prorsum le 15/01/2022 à 11:19

Donc le mec bourré de cocaine , excité par son désir pervers de violer de violenter des femmes «plusieurs fois » se porte comme un charme jusqu’à sa comparution ou comme par hasard il fait malaise cardiaque ? En plus je trouve que le covid à bon dos en ce moment

Signaler Répondre

avatar
levilleur le 15/01/2022 à 09:28

N y a t il pas une volonté des accusés à faire reporter leur procès ? curieux quand même, ces prétextes, la prochaine fois il se fait une entorse ?

Signaler Répondre

avatar
Gabloo le 15/01/2022 à 09:23

Quelle honte ! Toute cette histoire de virus n'aura servi qu'à des crapules, c'est vraiment le Covid-ordures.

Signaler Répondre

avatar
pie69 le 15/01/2022 à 08:22

Ou est l’efficacite de la justice avec des delais comme ça ????
Incroyable !!!

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.