Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Décès de Philippe Seguin : les réactions des politiques lyonnais

André Gerin (Député du rhône - Maire de Vénissieux) : "La France perd un homme d’État qui aura marqué la vie politique de notre pays. Chacun se souviendra de son esprit d’indépendance, de sa capacité de résistance, de son aptitude à dire non lorsqu’il considérait que tel ou tel projet contredisait l’idée qu’il se faisait de la France, de sa souveraineté. Je conserve en mémoire ce combat qu’il mena avec courage, en 1992, en faveur du non au traité de Maastricht, estimant que la Nation française était en cause, que les valeurs gaullistes auxquelles il était resté fidèle étaient niées. Ce souci d’indépendance, j’ai pu l’apprécier lorsqu’il présida l’Assemblée nationale de 1993, date à laquelle je fus moi-même élu député, à 1997. J’ai également pu en prendre la mesure alors qu’il présidait depuis 2004 la Cour des comptes, dont les rapports étaient sans complaisance dans le contrôle de l’utilisation des fonds publics."

Dominique Perben (Vice-Président du Conseil Général du Rhône) : "Philippe Seguin avait un très grand sens de l'Etat et de l'intérêt général. Il incarnait particulièrement la dimension sociale du gaullisme. Orateur de talent et débatteur enthousiaste, il a été présent depuis 30 ans à tous les grands rendez-vous de la vie nationale qu'il a enrichie de son rayonnement et de sa sensibilité."

Jean-Jack Queyranne (Président du Conseil Général du Rhône) : "Il a toujours é



Tags : seguin | philippe seguin |

Commentaires 1

Déposé le 08/01/2010 à 18h52  
Par Régis LACOSTE Citer

Triste nouvelle ce jeudi matin, la mort de Philippe Séguin. Pour les anciens du RPR, l'annonce de cette disparition a été un coup de tonnerre. Pour moi, il représente mes premières années de militants à 20ans et notre passion commune pour Napoléon III. La campagne du référendum de 1992 ou pendant toute une soirée d'été dans la salle des mariages de la mairie du 3ème arrondissement, il nous expliqua dans une chaleur étouffante les dangers du traité de Maastricht. Entre 1993 et 1995, c'est le lancement de son club de réflexion le Rassemblement pour une Autre Politique, avec un séminaire de travail à Paris à la Maison de la chimie et une réception à la présidence de l'Assemblée nationale. La présidence du RPR de 1997 à 1999... Mais surtout, c'est la campagne présidentielle de Jacques Chirac de 1995 avec Toubon, Juppé, Debré, Pons.... Philippe Séguin est pour les militants de ma génération le symbole de la force des convictions gaullistes et sociales, le respect des institutions républicaines, le sens de l'Etat et la puissance du tribun... Beaucoup de larmes ce 7 janvier. Régis LACOSTE Conseiller municipal UMP de Villeurbanne

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.