Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Shakira a lancé son European Tour à Lyon

14 000 fans se sont bousculés mardi à la Halle Tony Garnier pour découvrir le show à l’américaine de la star Colombienne. Tubes planétaires, déhanchés déroutants et puissance sonore étaient au rendez-vous de cette première date européenne de son « Sale El Sol (The Sun Comes Out) World Tour. »

Shakira a 34 ans, mais chante déjà depuis 25 ans. Aux succès en Espagnol ont succédé en 2000 les chansons en Anglais, qui lui ont ouvert les portes de la renommée mondiale. Le public lyonnais a pu entendre mardi un panel de ces années là, avec naturellement tous les hits formatés pour l’Europe.

La star est arrivée sur scène tout de rose vêtue, prenant le temps de toucher les mains du public avant de rejoindre l’estrade en interprétant « Pienso en Ti ». Très vite elle fait appel à la foule pour entrer dans son concert. La chanson qui fit connaître Shakira en France, « Whenever Wherever », est chantée à grand renfort de guitare et de batterie, et c’est là la première surprise de ce concert. La première moitié fait clairement la part belle à certaines influences rock, si bien que l’on verra souvent la Colombienne demander que le son de son micro soit remonté, surclassé qu’il était par les instruments de son groupe, dont les membres viennent du Brésil ou d’Afrique du Sud. Elle joue la carte sympathie en faisant monter 4 jeunes femmes du public sur scène et les guide dans une danse aux mouvements fessiers dont elle a le secret. Sa tenue de combat : un pantalon imitation cuir moulant et un top serré à paillettes dorées laissant apparaître son ventre malléable à souhait.
Après avoir chanté des titres de son dernier album (« I’m a Gipsy » et « She Wolf »), Shakira, en robe rappelant les Esmeralda de romans, interprète une étonnante reprise, à savoir « Nothing Else Matters », une chanson de Metallica, réarrangée à la sauce « latino ». Surprenant mais franchement réussi, tout comme son interprétation plus que sensuelle de son « Loca Loca. »

La chanteuse est d’origine libanaise, d’où de nombreuses sonorités arabiques dans ses chansons, et cette maîtrise bluffante de la danse du ventre. Un concert de Shakira s’écoute et se regarde. La blonde aux pantalons moulants semble une contorsionniste capable de prendre les poses les plus improbables. Son show est magnifié par la scène, encadrée de deux écrans géants, et surtout d’un écran central qui diffuse soit les prouesses physiques de la star, soit des jeux de lumière calés sur la musique. Cet écran s’ouvrira dans la deuxième moitié du spectacle pour laisser apparaître un visage humain gigantesque sur lequel les éclairagistes ont eu carte blanche pour imaginer des motifs, notamment sur « La Tortura. »
La chanson de Shakira qui s’est le plus vendue est celle écrite avec Wyclef Jean, « Hips don’t lie. » C’est aussi celle qui a le plus emporté le public, chacun y allant de ses pas de salsa, de tango,  de merengue, peu importe pourvu que se soit latino. Shakira a été à bonne école, elle n’aura pas quitté une seconde son sourire dont on ne sait pas s’il est naïf ou coquin, n’hésitant pas à faire des clins d’œil personnalisés au public massé dans la fosse, pleine à craquer jusqu’aux tribunes et très clairsemée jusqu’au fond.

Le rappel est comme un bouquet final. Un petit film montre des enfants Africains filmés chez eux et imaginant leur futur (« I would like to go to school », « I would like to play football »), top depart annoncé de « Waka Waka », le dernier tube de Shakira retenu pour servir d’hymne au Mondial de football en Afrique du Sud. Il n’en fallait pas plus pour combler la salle, qui reprend la chorégraphie et le refrain il est vrai très entêtant.
Les spectateurs ont ensuite quitté la salle, beaucoup se sont arrêtés devant les boutiques pour prendre une affiche, un tee shirt ou un shorty.

Prochaine date en France pour Shakira ce sera le 26 novembre à l’Arena de Montpellier, puis les 5 et 6 décembre à Amnéville puis Bercy. D’ici la fin de la tournée européenne (qui a débuté à Lyon), elle se sera déhanchée sur les scènes de Londres, Barcelone, Dublin, Berlin, Turin, Rotterdam ou encore Zurich.



Tags : halle tony garnier | shakira |

Commentaires 4

Déposé le 18/11/2010 à 20h48  
Par shakirafan Citer

J'ai adoré sublime Shakira comme son spectacle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Déposé le 17/11/2010 à 20h46  
Par sosa Citer

Ou t 'as vu du playback??? Rien a dire elle danse comme une déesse, beaucoup de sensualité sans être vulgaire pour ma part.J'ai adoré vivement qu elle revienne

Déposé le 17/11/2010 à 19h14  
Par Malo Citer

Tres decu compte tenu qu'elle a chanté surtout en playback!.

Déposé le 17/11/2010 à 14h58  
Par lexy Citer

S.H.A.K.I.R.A !!! Qu'on aime ou qu'on aime pas je peux vous dire qu'on ne peut être enthousiasmé par ce que l'on a vu hier soir! Moi j'ai aimé sa voix, ses danses, sa musique...et ses musiciens !ses lumières et le son, son show mais surtout sa générosité ! car en effet c'est une star planétaire et pourtant on pourrait croire que c'est notre copine sur scène, elle donne, elle s'éclate, elle nous fait partager... BREF pour moi c'est un sans faute .... Madame Shakira merci et à bientot.... Seul bémole : le public lyonnais comme d'habitude !! vraiment bof (ça a du lui faire bizarre elle qui a l'habitude de remplir des stades entiers chaud-bouillants en amerique latine ....) on est pas tous comme ça shakira, promis! lol

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.