Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

A Lyon, Jean-Louis Bianco réchauffe la méthode Royal

Présent jeudi à Lyon pour dédicacer son livre Si j’étais Président, l’ex-secrétaire général de l’Elysée sous François Mitterrand a profité de son passage à la fédération départementale du PS pour détailler sa méthode, qu’il estime pouvoir mener les socialistes au succès en 2012.

Accueilli à la fédération PS du Rhône par son secrétaire départemental Jacky Darne, Jean-Louis Bianco a salué le premier exécutant « d’une fédération qui se porte bien. » Puis a rapidement dévié sur 2012. Auprès de lui à la tribune, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de Désir d’Avenir, le mouvement de Ségolène Royal. Bianco ne cache d’ailleurs as son penchant royaliste, resuçant quelques grandes propositions qui ont fait les punchlines de Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle de 2007. Au  premier rang de celles-ci, la « démocratie participative et décentralisée », qu’il estime devoir gouverner aux enjeux locaux, en impliquant un plus grand nombre de personnes issues de la société civile dans les grandes institutions territoriales. « Je suis devenu Girondin » s’amuse-t-il même, à rebours de la réforme territoriale, qu’il qualifie de « loi stupide et de recentralisation déguisée. »
Au rayon des propositions pour 2012, Bianco propose de « supprimer purement et simplement les stocks-options. » « Tant mieux si la mesure fait fuir certaines élites » expose-t-il, évoquant « l’endogamie » de ces dernières, qui sortent toutes « des mêmes Grandes écoles. »
Il évoque le chômage des jeunes, qu’il qualifie « d’enjeu majeur » pour les Présidentielles, sans pour autant proposer. « Mais je suis ouvert à toutes les idées » recadre-t-il.
Côté pouvoir d’achat, Bianco rompt avec les fantasmes d’une augmentation du SMIC. « C’est une idée mensongère et stupide » ose-t-il, préférant plus tabler sur une baisse de la TVA pour les produits de première nécessité, ainsi qu’un hausse de l’allocation de rentrée scolaire.
Il veut également en finir avec le bouclier fiscal. « Sur les 170 milliards d’€ passée apr les niches fiscales, 100 milliards sont récupérables » explique-t-il, fustigeant la loi Girardin sur l’investissement locatif en outre-mer et la loi Scellier qui touche aussi à la défiscalisation immobilière.
La dernière piste proposée touche à l’éducation nationale. Jean-Louis Bianco veut rétablir les 66 000 postes supprimés. « La création de services publics est la vraie valeur ajoutée de la gauche » rappelle-t-il.

Cette méthode de proposition en cinq points, Bianco souhaite l’étendre à tous les candidats qui se présenteront aux Primaires socialistes. « Il faut absolument éviter les catalogues de mesures : plus ont promet, moins les gens y croient. » Et pourtant, le candidat choisi par les militants et les sympathisants pourrait être celui qui, au contraire, élargira plus qu’il ne recentrera. Car à n’en pas douter, pour l’emporter, l’élu devra réunir les différents mouvements internes au parti. Un remake de 2007 ? A contrario, Jacky Darne et Jean-Louis Bianco pensent clairement que les Primaires ne se joueront pas uniquement dans la microsociété socialiste, et que l’élargissement du vote aux sympathisants qui auront fait la démarche de venir s’inscrire apportera un souffle nouveau. « Beaucoup de non-encartés passent à la fédération du Rhône et veulent participer aux Primaires » explique d’ailleurs Jacky Darne.

Bianco au soutien d’Hélène Geoffroy et de Florence Perrin, candidates PS aux cantonales

Egalement président du Conseil général des Alpes de Haute-Provence, Bianco est venu apporter son soutien aux deux candidates socialistes des cantons de Vaugneray et de Vaulx-en-Velin, Florence Perrin et Hélène Geoffroy. Il a commencé la journée avec la première et terminé par une réunion publique avec la seconde autour du thème de la dépendance. Et pour le principal intervenant, « cela vaut la peine de venir signifier l’importance de ce combat. » D’autant que Najat Vallaud-Belkacem rappelle, retorse, « qu’il y a vingt ans, il n’y avait qu’un seul conseiller général socialiste au Conseil général. » Les 20 et 27 mars prochains, il en manquera deux sur le contingent déjà présent, qu’il faudra impérativement renouveler, pour faire tomber le Département à gauche.



Tags : royal | cantonales | moscovici | aubry | hamon | hollande | bianco | blekacem |

Commentaires 7

Déposé le 05/03/2014 à 16h12  
Par Lecitoyen Citer

Le problème de regarder uniquement les couts liés à la dette est que ont ne voit pas les coups secondaires, si on prend l'exemple de la loi girardin (https://www.inter-invest.fr/loi-girardin) on voit qu'elle creuse un trou de 180milliards d'euros mais elle permet également de créer de l'emploi et de la richesse dans les Dom Tom. Si on supprime ce genre de loi alors il faudra trouver d'autre moyen d'améliorer les conditions économiques fournis par ces différentes aides, ce qui reviendra au même.

Déposé le 26/02/2011 à 01h20  
Par ymage134 Citer

En effet, Jean-Louis Bianco est bien président d'un conseil général. C'est dommage que le chef d'un exécutif local soit aussi parlementaire! M.Bianco aurait-il, lui aussi, des nécessités de revenus élevés? Au demeurant, J.L.B. est une personnalité écoutée et d'une certaine sagesse. dommage qu'il se soit éloigné de S.R. Désir d'Avenir (association loi 1901) est désirs au pluriel, sinon l'objet de la structure est vidé de son sens, voulu par sa créatrice sur l'avenir, justement! Merci de rectifier.

Déposé le 26/02/2011 à 01h19  
Par ymage134@ymage.fr Citer

En effet, Jean-Louis Bianco est bien président d'un conseil général. C'est dommage que le chef d'un exécutif local soit aussi parlementaire! M.Bianco aurait-il, lui aussi, des nécessités de revenus élevés? Au demeurant, J.L.B. est une personnalité écoutée et d'une certaine sagesse. dommage qu'il se soit éloigné de S.R. Désir d'Avenir (association loi 1901) est désirs au pluriel, sinon l'objet de la structure est vidé de son sens, voulu par sa créatrice sur l'avenir, justement! Merci de rectifier.

Déposé le 25/02/2011 à 16h54  
Par marie Citer

JL Bianco est président du conseil général des Alpes de Haute Provence (et non président de région = erreur de ma part). Il est également député. Cela ne change pas au fait qu'il cumule lui aussi les mandats ! ps : les militants socialistes se sont prononcés à une large majorité contre le mandat des élus socialistes. Il serait bien que M.Aubry et les élus s'en souviennent...

Déposé le 25/02/2011 à 15h32  
Par Amarilla Citer

Où êtes-vous allé chercher que Jean-Louis Bianco était Président de région comme Jean-jacques Queyranne ? C'est absolument faux. Pour la région PACA, c'est Michel Vauzelles.

Déposé le 25/02/2011 à 15h22  
Par Olivier Tronel-Boccara Citer

Il me semblait que c'était Vauzelle le président de la région PACA !

Déposé le 25/02/2011 à 13h01  
Par marie Citer

Je rappelle à TOUS les soutiens de S.Royal : elle est contre le cumul des mandats. Elle s'applique cette règle et n'est donc QUE présidente de région. Or sauf erreur et oubli de ma part : 1/ JL.Bianco = député + président de région (comme JJ.Queyranne) 2/ N.Belkacem = conseillère de Montchat + adjointe mairie de Lyon + conseillère d'arrondissement du 3ème + conseillère à la COURLY. Si comme moi, les électeurs sont contre le cumul des mandats alors avant de voter pour un(e) candidat(e) de gauche ou de droite , il faut regarder les autres mandats que ce/cette candidat(e) a déjà ! Stop aux cumulards(des) de mandats de droite et de gauche.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.