Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Encore beaucoup de questions au lendemain du nuage de gaz qui a survolé l’agglomération

S’il est maintenant avéré que ce dégagement de dioxyde de soufre en provenance de la raffinerie de Feyzin n’était ni nocif pour l’homme, ni pour l’environnement, c’est l’information qui interroge. Il s’est écoulé deux heures entre l'incident et la communication des autorités : "Trop long" pour la ministre de l’Ecologie.

Nathalie Kosciusko-Morizet a demandé qu’un procès-verbal soit dressé pour "non-respect des limites de rejets d'émissions prévues et information tardive". NKM vise en particulier l'exploitant de la raffinerie, Total. La loi exige en effet que "l'industriel avertisse dans les meilleurs délais, qu'il y ait ou non danger, la préfecture, les pompiers et les mairies."
Des analyses des données techniques et du déroulement des faits vont être réalisées dans les prochains jours. L'observatoire de l'air n'a pas décelé des taux de pollution anormalement élevés à la suite de la fuite. Des prélèvements ont tout de même été réalisés pour "une analyse différée en laboratoire".

Ce sont plusieurs centaines de personnes qui ont été évacuées de leur habitation ou de leur domicile hier matin, alertées par cette odeur de gaz, notamment dans le quartier Lafayette-Part Dieu où le traumatisme de l’explosion d’il y a 3 ans est toujours présent. Dans l’agglomération, trois personnes ont été prises en charge pour des problèmes respiratoires légers, une seule a été brièvement hospitalisée.


Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.