La Préfecture lance la chasse aux sectes

La Préfecture lance la chasse aux sectes

Les premières journées départementales de sensibilisation aux dérives sectaires auront lieu à Lyon le mardi 25 octobre. C'est le préfet du Rhône Jean-françois Carenco en personne qui ouvrira cette journée dans les salons de la Préfecture à partir de 9h. Dans un premier temps la politique de lutte contre les dérives sectaires sera présentée par Georges Fenech, le président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, puis la coordination de cette lutte entre les services administratifs et judiciaires sera exposée. Des ateliers thématiques seront ensuite proposés.

2 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
MIOUMIOU le 25/10/2011 à 21:54

Encore de l'argent fichu en l'air pour une chasse aux moulins à vent !!! Par contre les vrais problèmes tels que la drogue, illettrisme, la délinquance ne semblent pas être les préoccupations de nos politiques. Et pendant ce temps là Mr Fenech continue à répandre des messages de haine contre les groupes spirituels et les groupes qui proposent des solutions pour une vie saine. Ras le bol de ce fonctionnaire incompétent et intolérant.

Signaler Répondre

avatar
stop-abus le 21/10/2011 à 23:57

"La chasse aux sectes" est un titre qui devrait être de plus en plus remplacé par : "la chasse aux dérives sectaires".

Tous les groupes (parti, famille, club, entreprise, association, etc) peuvent avoir un comportement condamnables (harcèlement, contrainte, abus de faiblesse, etc), et même des anti-sectes sont susceptibles de dérives sectaires.

De plus, le terme "secte" est un terme bien trop restrictif pour nos sociétés démocratiques qui se fondent sur le respect des "Droits de l'Homme".

Bien entendu ce combat est un combat sans fin, mais l'histoire a démontré qu'aucune société ne peut fermer les yeux sur ce sujet sans en payer, un jour ou l'autre, le prix fort.

Jean-Luc Barbier
musicien et peintre

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.