Les élus du Grand Lyon de plus en plus assidus

Les élus du Grand Lyon de plus en plus assidus

Le Progrès a dressé le palmarès 2011 de l’assiduité des élus en conseil communautaire. Et le bilan est plutôt positif : sur l’année, ils ont été beaucoup plus nombreux à ne pas manquer une seule séance publique : 52 élus sur 156, contre 28 en 2009 et 33 en 2010. A l’exemple de Jacky Drane, le vice-président aux Finances, ou François-Noël Buffet, le président du groupe UMP. On notera que le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb n’a pas manqué une seule séance publique lors des trois dernières années.Du coté des mauvais élèves, René Balme a été le plus absent, il a manqué six des dix conseils de l’année. Ces absences ont toutefois toutes été justifiées, le communiste expliquant qu’il « privilégie sa commune et sa gestion » et que « les dates des conseils ne sont pas négociées avec les maires ».Le conseil communautaire est l’instance où sont votés les dossiers du Grand Lyon. Les élus reçoivent une indemnité de 1064 euros par mois.

11 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Saskatoon le 18/01/2012 à 13:52
jm a écrit le 18/01/2012 à 13h01

@Saskatoon. Des élus salariés avec un patron, c'est comme les poissons volants, ça existe mais ce n'est pas la loi du genre. (Merci Audiard)

Je parlerais de la commune où je réside, car c'est celle que je connais le mieux : 69 % des élus "sont salariés avec un patron". Je ne pense pas que ce soit l'exception qui confirme la règle.

Signaler Répondre

avatar
jm le 18/01/2012 à 13:01

@Saskatoon. Des élus salariés avec un patron, c'est comme les poissons volants, ça existe mais ce n'est pas la loi du genre. (Merci Audiard)

Signaler Répondre

avatar
mise au point bis repetita placent le 18/01/2012 à 12:12
Saskatoon a écrit le 18/01/2012 à 12h07

Mon message était ironique. Alors, je précise :
1. Les élus ne sont pas des salariés d'une quelconque collectivités, ils sont des bénévoles, pour certains indemnisés. C'est aussi le cas du président de la République. Ils ne sont pas assujettis, à ce titre, au Code du Travail ni au Statut de la Fonction publique. Et je pense que c'est bien : être élu ne doit pas devenir un métier.
2. En revanche, les ministres et autres préfets sont des hauts fonctionnaires, c'est à dire des salariés.
3. Oui, je pense nécessaire de légiférer sur un Statut de l'Elu afin de lui permettre d'exercer son mandat dans les meilleures conditions, surtout lorsqu'il n'est pas permanent dans son mandat, c'est à dire qu'il est contraint de poursuivre son activité salariée, comme l'extrême majorité des élus, et que son patron n'autorise pas ou difficilement l'aménagement de son temps de travail. Ce n'est qu'un aspect du problème, mais déjà très conséquent que les élus assument, sans s'en plaindre. Mais l'ingratitude et les attaques de mauvaise foi doivent avoir des limites, franchement.

Abonnez vous au Journal Officiel !!!!!

Signaler Répondre

avatar
Saskatoon le 18/01/2012 à 12:07
jm a écrit le 18/01/2012 à 10h50

@Saskatoon. "Le code du travail français est un recueil organisé de la plupart des textes législatifs et réglementaires applicables en matière de droit du travail, et qui concerne essentiellement les salariés sous contrat de travail de droit privé, les salariés du secteur public étant généralement soumis à des statuts particuliers". Souhaitez vous que l'on légifère pour les élus sur un Nième statut particulier ?

Mon message était ironique. Alors, je précise :
1. Les élus ne sont pas des salariés d'une quelconque collectivités, ils sont des bénévoles, pour certains indemnisés. C'est aussi le cas du président de la République. Ils ne sont pas assujettis, à ce titre, au Code du Travail ni au Statut de la Fonction publique. Et je pense que c'est bien : être élu ne doit pas devenir un métier.
2. En revanche, les ministres et autres préfets sont des hauts fonctionnaires, c'est à dire des salariés.
3. Oui, je pense nécessaire de légiférer sur un Statut de l'Elu afin de lui permettre d'exercer son mandat dans les meilleures conditions, surtout lorsqu'il n'est pas permanent dans son mandat, c'est à dire qu'il est contraint de poursuivre son activité salariée, comme l'extrême majorité des élus, et que son patron n'autorise pas ou difficilement l'aménagement de son temps de travail. Ce n'est qu'un aspect du problème, mais déjà très conséquent que les élus assument, sans s'en plaindre. Mais l'ingratitude et les attaques de mauvaise foi doivent avoir des limites, franchement.

Signaler Répondre

avatar
jm le 18/01/2012 à 10:50

@Saskatoon. "Le code du travail français est un recueil organisé de la plupart des textes législatifs et réglementaires applicables en matière de droit du travail, et qui concerne essentiellement les salariés sous contrat de travail de droit privé, les salariés du secteur public étant généralement soumis à des statuts particuliers". Souhaitez vous que l'on légifère pour les élus sur un Nième statut particulier ?

Signaler Répondre

avatar
mise au point le 18/01/2012 à 10:47
Saskatoon a écrit le 18/01/2012 à 10h03

Moi, je veux bien qu'on applique le Code du Travail aux élus, puisque le Statut de l'Elu n'existe pas. Les moutons qui bêlent au premier son de cloche auraient des surprises : le temps de travail d'un élu, c'est toujours plus de 35h, sur une amplitude quotidienne qui démarre souvent bien avant 8h et se termine bien après 18h et une amplitude hebdomadaire qui va du lundi au dimanche. Ils se feraient de sacrées paies ! Ils se contraignent à écouter tout le monde, même les imbéciles qui bénéficient, de toute façon, des réalisations territoriales qu'ils engagent. Et puis on pourrait aussi appliquer d'autres règles, tiens : on ne peut pas être juge et partie paraît-il. Alors, dans la mesure où les élus contribuent aux décisions fiscales, ils devraient être exonérés d'impôt, non ! Je connais des élus bien présents, ah oui, et bien payés, ah oui, et qui ne nous font pas du bien du tout. Je connais même des hauts fonctionnaires à qui ont octroie tellement de pouvoir qu'ils supplantent les élus du peuple. Et eux aussi, ils sont très présents et très bien payés. Et eux non plus, ils ne nous font pas que du bien. C'est grâce à eux qu'on travaille plus, plus longtemps, dans un climat d'intolérance qui rappelle les histoires des anciens combattants de la seconde guerre mondiale. Mais tout ça, ce sont des histoires, hein !

Le statut de l ' élu a été mis en place par la loi du 3 février 1992 !

Signaler Répondre

avatar
Saskatoon le 18/01/2012 à 10:03

Moi, je veux bien qu'on applique le Code du Travail aux élus, puisque le Statut de l'Elu n'existe pas. Les moutons qui bêlent au premier son de cloche auraient des surprises : le temps de travail d'un élu, c'est toujours plus de 35h, sur une amplitude quotidienne qui démarre souvent bien avant 8h et se termine bien après 18h et une amplitude hebdomadaire qui va du lundi au dimanche. Ils se feraient de sacrées paies ! Ils se contraignent à écouter tout le monde, même les imbéciles qui bénéficient, de toute façon, des réalisations territoriales qu'ils engagent. Et puis on pourrait aussi appliquer d'autres règles, tiens : on ne peut pas être juge et partie paraît-il. Alors, dans la mesure où les élus contribuent aux décisions fiscales, ils devraient être exonérés d'impôt, non ! Je connais des élus bien présents, ah oui, et bien payés, ah oui, et qui ne nous font pas du bien du tout. Je connais même des hauts fonctionnaires à qui ont octroie tellement de pouvoir qu'ils supplantent les élus du peuple. Et eux aussi, ils sont très présents et très bien payés. Et eux non plus, ils ne nous font pas que du bien. C'est grâce à eux qu'on travaille plus, plus longtemps, dans un climat d'intolérance qui rappelle les histoires des anciens combattants de la seconde guerre mondiale. Mais tout ça, ce sont des histoires, hein !

Signaler Répondre

avatar
Lucien. le 17/01/2012 à 17:51

Comment faire cesser un absentéisme récurrent ?

Comme dans toute structure organisée, de droit privé ou public, l'absence doit être justifiée d'une part.
D'autre part, généralement elle donne lieu a déduction sur le salaire, au prorata du temps d'absence.

Appliquer cette règle de bon sens à une structure clientéliste, relève du miracle !

A moins que les électeurs, se réveillent et décident de voter pour des gens intègres.
Des gens, qui ne font pas de la politique pour avoir un emploi et ainsi mettre du "beurre dans les épinards" en fin de mois !

N'oublions jamais, que ce sont les électeurs qui valident ce type de pratiques.

Signaler Répondre

avatar
SPA le 17/01/2012 à 17:47

Irréprochable Rantanplan .......

Signaler Répondre

avatar
contribuable le 17/01/2012 à 17:29

Et si on supprimait leur indemnité aux absentéistes ?

Signaler Répondre

avatar
contribuable le 17/01/2012 à 13:19

Ou est l'exploit ? Ces gens sont élus et surtout payés pour cela ! Il faut dire qu'avec l'assiduité de Rantanplan au Sénat tout semble permis !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.