Al-Qaïtarte : les sérial-entarteurs lyonnais, trublions de la campagne présidentielle ? - Vidéo

Après l’attaque de Jean-Pierre Raffarin vendredi, les entarteurs lyonnais ont planifié de mettre leur grain de sel dans la campagne électorale de la droite.

Al-Qaïtarte : les sérial-entarteurs lyonnais, trublions de la campagne présidentielle ? - Vidéo
Les activistes d'Al-Qaitarte expliquent leur action. dernière en date, l'entartage de Jean-Pierre Raffarin vendredi 24/02 à Lyon - Capture d'écran Youtube

Si les attentats pâtissiers sont largement inspirés du comique clownesque, dans ce numéro, on ne sait plus vraiment qui de l’entarteur ou de l’entarté porte le nez rouge. Vendredi dernier, lors de sa visite à Lyon pour promouvoir son livre, l’ancien premier ministre de Chirac a été entarté sur la place Bellecour avant d’entrer dans la boutique Décitre. On peut dénoncer l’acte qui vise à dégrader l’image des politiques de façon assez primaire, ou le considérer comme l’émanation physique du dégout ressenti par certains dans le grand barnum politico-médiatique.

C’est cette démarche contestataire qu’a expliqué Al-Qaïtarte, un collectif amateur local. "Pas d’UMP, pas de Front National sur Lyon, martèlent-t-ils dans une interview accordée à Free-Landz. On va saboter tous les meetings de droite". C’est avec cette ambition démesurée que les activistes pensent pouvoir bouter les Sarkozy et autres Le Pen hors de la ville. Pour ces militants attachés à la liberté d’expression, le meilleur moyen de progresser dans le débat est de couper la parole à ceux qui ne sont pas de leur bord politique, sous prétexte qu’on ne parle plus la bouche pleine. A priori, les partis de gauches devraient être épargnés car les terroristes pâtissiers veulent "un vrai débat de gauche". Pourtant, le maire socialiste Gérard Collomb a eu droit à sa part du gâteau en septembre 2010, pour ses mesures jugées trop à droite. Pensent-ils aussi que le programme de Hollande est trop à droite, qui a déjà eu droit à la farine pour d’autres raisons ? Autres cibles identifiées par le collectif : Dominique Perben, Jean-Marie Aulas notamment. Al-Qaïtarte avait pensé à Emmanuel Hamelin dans son casting, mais le candidat UMP à la deuxième circonscription aux législatives "a trop peu d’importance. "On ne veut pas lui faire de pub", précisent-ils.

Selon deux activistes de ce groupe, "l’acte révolutionnaire dadaïste de vendredi" est en fait un "happening artistico-politique", "surréaliste au possible", pour défendre les droits de "la France d’en bas". Basé sur les idées dadaïstes de liberté d’expression, ils veulent s’attaquer à la droite qui "dénigre l’âme humaine et l’être humain au profit de l’argent et de la Bourse". Les assiettes cartonnées badigeonnées de crème servent à casser "l’image sympathique que les politiques utilisent pour se rapprocher du peuple".

4 commentaires
Laisser un commentaire

avatar
Lulu6969 le 28/02/2012 à 18:02

Et ils sont sectaires !!!!! Couper la parole à droite je rêve !!!
Hamelin a trop peu d importance mais ils avaient quand même pense à Hamelin ça prouve qu il a de l
Importance et c est l élu lyonnais le plus consensuel et le plus bosseur , il connaît bien les dossiers lyonnais et fait des propositions réalistes et en faveur des lyonnais ça doit énerver la mairie !!!!

Signaler Répondre

avatar
bande de tartes ! le 28/02/2012 à 14:40

ce sont vraiment des pov'mecs, sans culture, incapable de parler français et même d'expliquer clairement leur démarche.
Regrettable que ces tarés aient leur place dans les média !

Signaler Répondre

avatar
jm le 28/02/2012 à 13:18

La ville et le Grand Lyon n'ont rien d'autre à financer ?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.