Virgin Megastore de Lyon : le magasin tourne en attendant la sentence

Virgin Megastore de Lyon : le magasin tourne en attendant la sentence
Photo DR

L'enseigne de produits culturels va déposer le bilan mercredi, c’est officiel depuis mardi soir.

Au total 1 000 salariés sont menacés dans toute la France, dont une trentaine à Lyon. Mercredi après-midi à 17 heures, ces derniers organisent un rassemblement devant le magasin situé dans le 2e arrondissement, rue Edouard Herriot. "Le but serait de faire fermer les grilles du magasin pour montrer la mobilisation des gilets rouges" selon Etienne Bloch, délégué CGT pour Virgin à Lyon. Les salariés de l’une des enseignes incontournables du centre-ville sont entrés en résistance depuis plusieurs jours : "nous on ne veut pas mettre de point final à Virgin. La solution de fatalité, elle est du côté de Butler Capital Partners (qui détient 74 % du capital), qui se désengage totalement. L’actionnaire n’a pas étudié de stratégie de retournement, et n’a jamais voulu investir quand il a racheté Virgin au rabais en 2008".

Le Virgin de Lyon ne s'arrête pas de fonctionner

En attendant les décisions de la justice, les clients compatissent au sort des salariés de Virgin, "mais ils regrettent surtout de voir disparaitre un commerce de proximité en centre-ville", selon le délégué CGT qui précise que pendant le temps de la liquidation, le magasin continuera de fonctionner : "nos fournisseurs sont obligés de travailler avec nous, on espère juste qu’ils ne vont pas nous reléguer pas dans un coin."
Le dépôt de bilan qui sera effectué mercredi devant le tribunal de commerce de Paris, peut déboucher sur une procédure de redressement ou une liquidation judiciaire, soit la fin de l'entreprise. Si le redressement judiciaire est retenu, un administrateur sera alors nommé, il se penchera alors sur le sort des 1000 salariés de l'enseigne, qui compte 26 magasins.

5 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
evolution le 10/01/2013 à 13:53
Jo a écrit le 10/01/2013 à 13h43

J'en ai assez d'entendre c'est la faute d'Internet... Ce n'est sans doute pas la seule raison mais en tant que client de Virgin et de la Fnac (qui risque de prendre le même chemin) depuis très longtemps, je constate que ces enseignes nous ont poussés elles-mêmes dans les bras d'Internet. Depuis des années le rayon CD (Jazz et Blues en l’occurrence) est réduit à peau de chagrin. On peut vous le commander si vous voulez...Non merci je sais faire tout seul !

un magasin qui n'offre pas le choix (en cd par ex...) ne peut donc pas rivaliser avec internet qui a pris 30% du marché que vous le vouliez ou pas:il peur restait que le service et le conseil pour faire jouer la concurrence ...pas toujours adapté malheureusement

Signaler Répondre

avatar
Jo le 10/01/2013 à 13:43

J'en ai assez d'entendre c'est la faute d'Internet... Ce n'est sans doute pas la seule raison mais en tant que client de Virgin et de la Fnac (qui risque de prendre le même chemin) depuis très longtemps, je constate que ces enseignes nous ont poussés elles-mêmes dans les bras d'Internet. Depuis des années le rayon CD (Jazz et Blues en l’occurrence) est réduit à peau de chagrin. On peut vous le commander si vous voulez...Non merci je sais faire tout seul !

Signaler Répondre

avatar
evidence le 10/01/2013 à 08:42

petit cours simpliste d'économie:
quand une entreprise du secteur concurrentiel n'a pas pu s'adapter au marché (concurrence d'internet...) elle disparait
Quand le secteur public protégé ne s'adapte pas au marché,la dette augmente pour tous les français et le service est maintenu

Signaler Répondre

avatar
tristesse le 09/01/2013 à 14:28

nous parlons beaucoup de virgin, mais je ne vois aucun article sur games qui a le même avenir en laissant près de 1000 salariés sans emploi en france, dont plusieurs boutiques à lyon.
De même pour BASF qui va licencié sur le site de lyon et je dois en oublier beaucoup. Les médias me dégoutent, ils ne parlent que de depardieu mais pas de toutes ces personnes qui vont perdre leur emploi.

Signaler Répondre

avatar
désolé le 09/01/2013 à 12:10

malheureusement sans ventes suffisante,comment conserver les magasins si c'est pour faire perdurer le défaut de paiement de toutes les charges..? le mal est déjà fait..

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.