Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Coup d'envoi du match à 17h - DR/Foot 01

A Troyes, l’OL peut reprendre la tête

Coup d'envoi du match à 17h - DR/Foot 01

Après le nul du PSG, vendredi soir contre Ajaccio (0-0), l’OL peut reprendre la position de leader de la Ligue 1 ce soir à Troyes (17 h), un bel objectif pour réagir après la grosse déception née de l’élimination en coupe de France à Epinal la semaine dernière.

Hormis, Briand, Grenier, en soins ou en reprise, et Koné, parti à la CAN, l’Olympique Lyonnais se présente avec un groupe très complet qui récupère notamment Dejan Lovren et Samuel Umtiti qui reviennent de suspension.
«Nous savons ce que nous avons à faire. Les joueurs sont face à leurs responsabilités, ils le sont d’ailleurs toujours comme depuis le début de saison. Nous avons raté une qualification, elle ne doit pas nous déstabiliser. Evidemment, la réaction est attendue», a souligné Rémi Garde cette semaine.
Mais comme cet été, la reprise se fait sous fond de tension du mercato.
Ces dernières heures, Jean-Michel Aulas a encore rappelé la nécessité de céder un ou deux joueurs pour alléger la masse salariale dans le cadre des préconisations du conseil d’administration d’OL Groupe.
Le prêt au club brésilien de Fluminense de Fabian Monzon, arrivé de Nice cet été mais qui ne s’impose pas et ne joue pas, est acté avec une option d’achat qui peut être levée au 30 juin. Outre le fait d’économiser un salaire durant six mois, ce prêt, s’il se termine par un transfert, pourrait faire rentrer de l’argent dans les comptes toujours dans le rouge.
D’autres joueurs peuvent aussi faire l’objet d’une cession. Pour JMA, il y a l’aspect financier mais aussi sportif qui entre en ligne de compte car ce dernier, comme il l’avait déjà expliqué fin décembre, ne veut plus de doublons, situations frustrantes pour les joueurs qui pénalisent le groupe.
On parle évidemment de Bafétimbi Gomis et Lisandro car les deux joueurs sont en concurrence pour le poste d’avant-centre, ce qui contraint l’Argentin à s’exiler sur la gauche, ce dont il répugne.
Le rendu de son brassard de capitaine est un signe du malaise qui existe actuellement avec l’ancien joueur du FC Porto.
Une offre de la Fiorentina serait bien parvenue à l’OL pour Lisandro ou serait en passe d’être formulée pour seulement 5 millions d’euros alors que son contrat le valoriserait bien au dessus de cette somme, aux alentours de 15 millions d’euros. Aucun club majeur européen n’est intéressé par l’Argentin et ceux qui pourraient l’être ne sont guère plus riches que Lyon.
JMA assure qu’une offre de Besiktas est arrivée pour Jimmy Briand. Blessé depuis le mois de décembre, le joueur aura du mal à déloger Alexandre Lacazette et son temps de jeu risque de s’affaiblir sérieusement. Quant à Gourcuff, il coûte très cher pour un rendement global quasi nul et en conséquence il ne représente rien sur le marché des transferts comme la reconnu le Aulas.
Pour ce qui est de Gomis, le président agite le chiffon de "Chelsea alors que d’autres propositions qui pourraient arriver seront étudiées". Info ou intox ? Dans ces périodes de marché des transferts, on ne sait jamais vraiment où se trouve la ligne de la vérité.
L’Europe du football connaît les difficultés financières de l’Olympique Lyonnais et les prix ne vont donc pas aller vers l’inflation pour acquérir l’un de ses joueurs.
Les négociations s’annoncent donc ardues.
L’été dernier, ce flou n’avait pas altéré l’enthousiasme de l’équipe de l’OL. La perspective de reprendre la tête du championnat et de se faire pardonner du faux pas d’Epinal est une bonne raison pour repartir de l’avant.



Tags : ol | olympique lyonnais | dossier ol | troyes | Ligue 1 |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.