Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

LyonMag

Nuits de Fourvière 2013 : une édition pour esthètes spécialisés

LyonMag

La 20e édition des Nuits se fera plus que jamais sur le thème de l’éclectisme.

56 jours de festival, 42 spectacles pour 118 représentations, le festival lyonnais est une grosse machine. Cette année encore les spectateurs auront droit à six créations mondiales, et sept premières françaises.

Si lors des précédentes éditions la programmation pouvait rendre jaloux de nombreux festivals de par une programmation qui couplait qualité et notoriété, en 2013 les Nuits ont fait plus sobre. Côté "stars" internationales, on notera la venue dans les ruines de la colline qui prie de Madness, Diana Krall, Patti Smith ou Keith Jarrett et Salif Keita. Pour le reste, hormis les traditionnels artistes français de renom (cette année Benjamin Biolay, IAM, Jacques Higelin et -M-), on sent dans la programmation une envie de faire découvrir de nouveaux horizons.

Finis les groupes ou formations de rocks célèbres des années passées (Arctic Monkeys, Stone Roses, Texas, Kasabian), place cette année à plus de retenue. Le jazz se taille une part non négligeable avec par exemple Diana Krall, Melody Gardot,  Archie Shepp et bien entendu les habitués du trio de Keith Jarrett (qui ne joue que dans des "maisons amies" s'enorgueillit le directeur Dominique Delorme) avec Gary Peacock et Jack Dejohnette. Le rap sera lui représenté par une nuit marseillaise, avec les inévitables IAM précédés des Psy 4 de la Rime. Les musiques dites "du monde", aux accents de lyrisme exacerbés, ont quant à elles une place prépondérante dans cette programmation d’orfèvre : entre Dead Can Dance, Sigur Rós, on en perdra son latin pour filer vers la sensation. Car c’est là l’objectif de Richard Robert, nouveau conseiller artistique des Nuits  venu des Inrockuptibles : programmer des artistes rares.
Et c’est chose faite : Nick Cave ("bête de scène d’une grande élégance", Crosby, Stills and Nash ("trois fortes têtes" de Woodstock), Madness ("quintessence de la pop anglaise qui ne s’était jamais produit à Lyon et dont on repart des concerts avec 3-4 kilos en moins"), Rokia Traoré ("rockeuse malienne"), George Clinton (pour un "show débridé très funk"), Archive et tindersticks (qui partagent "une vision romantique et fiévreuse de la musique"), ou Patti Smith (icône "amie du festival").
A noter par ailleurs une nuit  "que vous n’oublierez pas", pour reprendre le slogan du film de présentation, car elle mêlera Lescop, Sinéad O’Connor et les improbables CocoRosie.

La France est représentée comme il se doit avec la "folk réinventée" de Lou Doillon, la folie habituelle de –M- et même Raphael, qui ne voulait au départ pas tourner avec son nouvel album Super Welter mais s’est laissé tenter par une carte blanche et qui revisitera son répertoire en présence d’invités comme Christophe, avec en première partie la lyonnaise Buridane, qui avait déjà assuré celle de Jacques Dutronc à Fourvière en 2010.
Dominique Delorme s’est également clairement félicité d’accueillir un autre lyonnais très en vogue ces derniers temps (il a notamment réalisé les clips de Lana del Rey), et "qu’ici on appelle de son vrai nom Yoann Lemoine", à savoir Woodkid, qui ouvrira les concerts avec une prestation symphonique  accompagné des musiciens de l’Orchestre National de Lyon.

Cet esprit est palpable également dans la programmation théâtrale qui ouvrira le Festival. Antigone sera donnée dans le jardin de Cybèle, un espace au sommet du site utilisé pour la première fois pour retrouver les conditions de jeu du théâtre antique. Son  metteur en scène Gwenael Morin, nouveau directeur du théâtre voisin du Point du Jour, entend s’y servir des ruines antiques pour y "ensemencer notre image" à travers les mots millénaires de Sophocle, porteurs d’une "expérience de l’imagination comme acte politique responsable". Le chœur de cette pièce sera d’ailleurs ouvert au public. Même chose pour le Cyrano de Rostand, mis en scène à Fourvière pour le première fois dans l’Odéon par Georges Lavaudant.

Côté planches, la surprise viendra aussi de Cécile de France, que l’on découvrira dans Anna, mis en scène en première mondiale par Emmanuel Daumas. Il s’agit en fait d’une adaptation musicale d’un téléfilm quasi expérimental de 1967 dont la musique avait été écrite par Serge Gainsbourg qui lui offrit à l’époque Sous le soleil exactement. Serge Valletti continuera lui son voyage dans Aristophane avec un étonnant marathon : de midi à minuit, il lira six pièces de l’auteur vieux de 25 siècles dont il s’est mis en tête de la traduire intégralement. L’opéra sera fêté avec un Carmen de Bizet dynamité par Mario Tronco.

Enfin l’expérience des arts du cirque sera de nouveau au menu (avec 55 représentations, c’est encore l’art le plus représenté). Le Parc de Parilly, qui accueillait l’an dernier le théâtre équestre de Zingaro, verra cette année s’installer le cirque Plume pour un spectacle baptisé Tempus Fugit qui se propose de mettre en scène 30 années de vie.
Le cirque Lili occupera lui l’esplanade sous l’Odéon avec FoResT, un spectacle de jonglage "dramatique et dramaturgique" dans lequel Jérôme Thomas présentera une "réflexion sur le rapport à l’autre" et une "synthèse poétique" de l’art du jonglage, avant de laisser sa place au cirque Aital avec Pour le meilleur et pour le pire, allégorie tout en voltige du couple. Les danseurs de Circa et le Quatuor Debussy s’associeront pour donner une première mondiale d’Opus autour de Chostakovitch.
La danse qui ne sera pas en reste non plus avec une adaptation des Mille et une nuits, un hommage à la culture musulmane par le Ballet contemporain d’Alger ou le tango argentin revisité par Sidi Larbi Cherkaoui.

On l’aura compris, pour Fourvière 2013, on sera dans la sensation, dans l’expérience musicales, avec des artistes qui sortent des canons des sentiers battus et affirment leur identité sans se soucier du succès. Objectif donc, prouver qu’avec une programmation aussi pointue, on peut faire mieux que le record établi l’an dernier avec environ 166 000 spectateurs. Histoire que les Nuits ne soient pas pour rien "le deuxième festival à entrée payante de France".



Tags : nuits de fourviere |

Commentaires 1

Déposé le 26/03/2013 à 11h10  
Par C'est mon avis et je le partage... Citer

L'année dernière on a payé cher pour voir Sylvie Guilhem, on a eu le sentiment de se faire voler...cette année on sera beaucoup plus prudent...depuis quelques années, il me semble que les Nuits de Fourvière...comme la Biennale, ce n'est plus pareils...

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.