Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Sébastien Gillet - LyonMag.com

Sébastien Gillet, directeur du salon Industrie Lyon : “L’industrie se porte bien en Rhône-Alpes”

Sébastien Gillet - LyonMag.com

Sébastien Gillet, le directeur général du salon Industrie Lyon, était l’invité ce lundi de Jazz Radio pour l'émission Ça Jazz à Lyon, proposée en partenariat avec LyonMag.

Vous organisez ce salon Industrie Lyon qui débute mardi et qui va se tenir pendant quatre jours à Eurexpo. Mais on se dit qu’avec tout ce qu’on entend en ce moment ; la crise, les plans sociaux et la désindustrialisation, l’ambiance va être morose dans les allées ? "C’est vrai qu’aujourd’hui la conjoncture n’est pas forcément mise en avant de manière positive en ce qui nous concerne. Paradoxalement, nous allons faire la plus belle édition sur 2013 avec 20% de plus que 2011".

Mais que vous disent les industriels aujourd’hui alors que les plans sociaux chez Sanofi, Veninov, Kem One se sont enchainés. On se dit que l’automobile va mal aujourd’hui. Quel est l’état d’esprit des industriels ? "Je pense qu’on est en vraie mutation, mais je n’allais dire pas que sur l’industrie mais dans la globalité sur toute la France. Mais si on s’arrête plus sur l’industrie, bien sûr qu’il y a des secteurs difficiles comme l’automobile. Et c’est vrai que quand on entend tout ce qu’on entend, il faut vraiment avoir de l’énergie le matin. Je peux vous dire que les gens qui travaillent dans l’industrie, principalement les exposants du salon, ont beaucoup d’énergie et des projets, pas forcément sur le premier semestre 2013, mais l’année est encore longue".

Comment se porte l’industrie dans la région Rhône-Alpes ? "Je dirais qu’elle se porte bien. Un révélateur important qui est la sous-traitance confirme que nous sommes encore sur une dynamique où il va falloir quand même un peu changer les mentalités. On croit vraiment en tout cas à l’avenir".

Il y a dix secteurs dans l’industrie qui sont exposés. Quels sont ceux qui sont particulièrement en croissance ? "Trois secteurs vont se dégager principalement, les autres on est plutôt en stabilisation. Le premier secteur, c’est la machine-outil qui est un peu le cœur du salon ; tous les secteurs tournent autour de la machine-outil. On a aussi la robotique et la sous-traitance".

Quelle est la vocation de ce salon ? "C’est faire se rencontrer les différents acteurs de l’industrie. Le but d’un salon est bien sûr de faire rencontrer des gens qui sont amenés à concevoir, innover et produire les nouvelles technologies de demain, et bien sûr rencontrer sur place ceux qui fabriquent. Il faut savoir que toutes les nouvelles technologies de 2015, 2020 et 2030 vont partir d’une certaine manière du salon de l’Industrie".

Est-ce que l’industrie recrute ? Est-ce qu’il y aura des offres au salon ? "On a des offres, principalement dans l’aéronautique puisque c’est aujourd’hui le secteur qui fonctionne très bien aujourd’hui. Ce sont des offres à pourvoir dans la région et sur tout le territoire français. Ce sont plutôt des postes dans le secteur bureau d’étude en concevant le produit de demain puis aussi dans la production. Eurocopter, un des partenaires du salon, nous amène des pièces finies pour essayer de concrétiser le rôle de ces 850 exposants. Il y aura un volet Ressources Humaines avec la possibilité de proposer 700 embauches en 2013. Il faut aussi se dire que tout n’est pas si mauvais".

Ce salon s’adresse donc aux professionnels mais aussi aux jeunes qui voudraient s’orienter. Comment ça marche ? "Aujourd’hui, il n’y a aucun problème car c’est un salon qui a une destination professionnelle, mais on est là aussi pour mettre les nouvelles technologies en avant. Donc aujourd’hui, tous les jeunes qui ont envie de se projeter dans le secteur de l’industrie, ils peuvent se pré-enregistrer sur notre site internet pour visiter le salon. De plus, nous avons préparé des parcours pratiques".

L’industrie, c’est attirant pour un jeune aujourd’hui ? "J’ai récupéré cette manifestation depuis 2011. Malheureusement, j’avais aussi peut-être une idée encore négative de l’industrie, je peux vous dire que j’ai complètement changé mon fusil d’épaule. Il faut savoir que les outils comme l’iPad et les Smartphones sont conçus par l’intermédiaire du salon de l’Industrie. C’est vraiment se dire qu’on a une image futuriste qu’une image archaïque comme peut-être les jeunes ont aujourd’hui".



Tags : ça jazz à lyon | Sébastien Gillet | industrie | salon |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.