Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

-M- fidèle à lui-même à Lyon - Lyonmag

Nuits de Fourvière : c’était le -M- de Magnifique !

-M- fidèle à lui-même à Lyon - Lyonmag

Matthieu Chédid était en concert jeudi soir sur la scène du Grand Théâtre des Nuits de Fourvière 2013.

 -M- en mode Mojo poncho à Fourvière - Lyonmag -M- en mode Mojo poncho à Fourvière - Lyonmag
On dit des mariages pluvieux qu'ils sont heureux. Les concerts pluvieux sont du coup prodigieux. Car il a plu ce jeudi sur les ruines antiques, beaucoup et longtemps. Comme pour le concert de Woodkid, les gradins se sont très vite pavoisés de milliers de petits ponchos multicolores. Et quand Nach est arrivé sur les planches pour la première partie, tout le monde était trempé, mais bien là. Ce spectacle a été le premier ouvert à la vente, et le premier complet. Nach a livré un mini concert sympathique et entraînant malgré un léger problème de clavier, puis on a attendu -M-.

Et -M- est arrivé avec les cheveux frisés, contrairement à son concert d'il y a trois ans en ce même lieu, où il avait débarqué avec ses cheveux en M. Ce jeudi, il a ouvert le show avec Elle, sans dire un mot. Et de suite on est dedans. Le garçon est une machine d'ambiance. Il est sur scène avec seulement deux musiciens, un batteur en haut de forme et un guitariste à cagoule moyennâgeuse. D'office ça dépote, les guitares vont chercher très haut, la batterie bastonne. Et le public oublie les gouttes qui continuent de s'abattre, -M- enchaîne avec Le film, dans la foulée, en passant simplement au piano. "Vous êtes très beaux avec vos morceaux de plastique" plaisante le fils de Louis, déclanchant l'hilarité de l'assistance.

Quand il interprète les chansons de son dernier, Îl, il porte des lunettes en forme de M, un coup simple, un coup pleines de loupiottes blanches. Surprise sur Le Baptême, il fait venir derrière lui une demi-douzaine de jeunes enfants avec des casques insonorisés qui dansent à son unisson. Il pleut toujours à verse, mais peu importe. Déchaîné dans son improbable veste-manteau à paillettes, il prend le pubic à partie et en fait son choeur magnifique pour Baia, tarantinesque. Ca joue le jeu, des gradins à la fosse. Il demande même une petite chorégraphie avec les mains : "c'est un peu féminin, mais il faut assumer. Moi vous m'excitez" lance-t-il avec sa nonchalance proverbiale. "Et si vous n'arrivez pas à vous lever sur la pointe des pieds parce que vous êtes assis, levez votre cul" précise-t-il pour les quelques-uns encore assis en tribune.

Après une petite introduction, il rend hommage à sa grand-mère Andrée, puis lance les premiers accords de Je dis aime. Il n'a pas besoin de chanter, tout le monde la connaît par coeur. Lui et ses musiciens la font monter, puis une fois à maturation, bravant lui aussi le déluge, guitare en main, il fend la fosse et monte au sommet de la tribune en serrant de très nombreuses mains. La foule est en délire. Il revient sur scène, balance Mama Sam avec brio, offre à son batteur la possibilité de faire chanter les spectateurs, simule l'orgasme (et en provoque quelques-uns) avec Onde sensuelle, ne relâche pas la pression et hurle Faites moi souffrir. Quand il se retire quelques instants en coulisses, ses deux musiciens s'offrent l'intro géniale de Da Funk des Daft Punk. Puis emporte avec son nouveau titre Océan et fait le travail sur En tête à tête, reprise par tous. En s'approchant de la fosse, il laisse les premiers rangs toucher sa guitare. Il agit comme un gourou sur ses fans, cet homme est un chaman.
Plusieurs fois il remerciera le public et se retirera pour mieux revenir en triomphe.

En toute fin de concert, il demande le silence pour une balade électrique. Un spectateur lui suggère de mettre un poncho. Quand le gigantesque M de projecteurs rotatifs s'abaisse, son équipe débarque sur scène et en enfile un. On en jette un à -M- mais il le met à l'envers. Il demande donc à un fan du premier rang de le lui enfiler, puis à cinq, la joyeuse troupe achève cet épique concert en dansant sur Mojo, lunettes scintillantes sur le nez. La pluie a cessé. Et on n'a pas vu les deux heures passer. Merci -M-. merci, avec un grand M.




Tags : -M- | m | nuits de fourviere | 2013 | co | concert | nach |

Commentaires 2

Déposé le 15/06/2013 à 16h33  
Par Philtherock Citer

Mouillé & MMMagique !

Déposé le 14/06/2013 à 10h42  
Par Xav Ier Citer

C'était du grand -M- hier ! Excellent

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.