Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Canzoniere Grecanico Salentino a invité le public à le rejoindre en fin de spectacle - Lyonmag

Fourvière sotto il fascino dell’Italia *

Canzoniere Grecanico Salentino a invité le public à le rejoindre en fin de spectacle - Lyonmag

Piers Faccini et Vincent Segal, Gianmaria Testa et Canzoniere Grecanico Salentino étaient à l’affiche de la Nuit Italienne dimanche dans le cadre des Nuits 2013.

L'Odéon était comble pour écouter Faccini - LyonmagL'Odéon était comble pour écouter Faccini - Lyonmag
Ce triple concert, donné dans un Odéon comble au point que certains spectateurs n’ont pas trouvé de place dans les gradins, a proposé un large panel du folklore italien. Tout a commencé alors que le jour était encore tenace, avec Piers Faccini à la guitare et au chant et Vincent Segal au violoncelle. Un adorable duo qui a joué des balades lentes et douces, pleines de poésie, mais aussi des morceaux de compositeurs.

"La dernière fois que nous avons joué dans l’amphithéâtre, le jour se levait", s’est amusé l’anglo-italien tandis que la lumière déclinait, avant que son compère ne lui rappelle que le théâtre en question était celui de Vienne. "Nous sommes tous romains", a conclu le chanteur, avec l’accord tacite du public, parmi lequel les Italiens étaient légion, comme à l’époque où les cohortes de l’Empire régnaient sur le site. De quoi en tout cas commencer la soirée sous les meilleures auspices, rythmée qui plus est par les cloches voisines de la basilique, enchanteresses.

Après une première pause, celui que l’on appelle le Leonard Cohen méditerranéen s’est installé sur la scène avec ses musiciens en formation rapprochée. La voix de Gianmaria Testa est chaude et grave, sensuelle au possible. Il y a du Paolo Conte dans sa façon de chanter, c’est langoureux, érotique, suave. Ses chansons parlent de la Fiat 500, "la voiture pour laquelle les Français ont inventé le mot bagnole", d’une promenade sur les quais de Naples, d’une mère de famille qui se suicide, ou des inventions de l’Italie. "Ces 20 dernières années, nous avons inventé la Ligue du Nord. Si vous la voulez, nous vous la donnons ", s’amuse le poète.
Le parti xénophobe d’Umberto Bossi lui a inspiré un titre dans lequel il explique à son jeune fils ce que signifie le mot "sécession" en imaginant que les océans décident de se séparer des mers, induisant une sécession des gouttes d’eau elles-mêmes puis des molécules d’hydrogène qui sont deux contre une seule d’oxygène et ont donc la majorité et choisissent l’indépendance.
Un coup attendrissantes, un coup électrisantes, un coup parlantes, les chansons de Testa ont envoûté et ému l’Odéon qui a applaudi le chanteur à tout rompre, après avoir basculé dans l’hilarité quand celui-ci a enfilé ses lunettes de soleil pour que l’on comprenne bien que l’un de ses titres était un rock-blues.

La dernière partie, assurée par le collectif originaire des Pouilles Canzoniere Grecanico Salentino, était composée de "musique qui guérit" d’après les dires de son  jeune leader, fils des fondateurs de l’ensemble. Beaucoup plus rapides et saccadés, les morceaux, joués entre autres au violon, au tambourin, à l’accordéon et à la guitare, faisaient la part belle à un chant semi-hurlé, notamment de la part de la seule chanteuse de l’ensemble, semi-parlé, mais toujours rapide. Leur caractère euphorisant était indéniable, on était plus là dans des tarentelles mêlées à de la mazurka, et les gradins l’ont bien compris en se levant pour se trémousser.

Ca dansait d’ailleurs sec au sommet des tribunes. Une danseuse en longue robe rouge et foulard noir faisait de temps à autres des apparitions frénétiques, et telle la Graziella de Lamartine séduisait l’assemblée en virevoltant au milieu de l’esplanade. La fougue de ce dernier groupe a mis en joie un public qui sera resté quatre heures dans les ruines antiques sans pour autant voir passer le temps. Le final, au milieu des coussins, a réuni le public et le collectif dans une euphorie générale. Ce dimanche aura été l’une des journées les plus chaudes de l’année, il restera comme l’une des soirées les plus agréables de Fourvière. Forza Italia !

* Fourvière sous le charme de l'Italie



Tags : Nuit italienne | nuits de fourviere | 2013 | concert | odeon | Gianmaria Testa | Piers Faccini et Vincent Segal | Canzoniere Grecanico Salentino |

Commentaires 0

Pas de commentaire pour le moment.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.