L'OL joue clairement le maintien

L'OL joue clairement le maintien
LyonMag

Ce lundi matin, l'OL, battu dimanche à Monaco 2 à 1, doit surtout regarder derrière lui et non plus avancer les discours appris par coeur consistant à penser que l'équipe a les moyens de revenir dans la première moitié du classement.

C'est toujours possible, bien sûr, mais pour cela il faudrait penser à gagner quelques matches et suivre par exemple la trace de Bordeaux qui est en train de réagir avec six matches de L1 sans défaite même si sa position (13e) n'est pas encore suffisante.

Or, pour l'heure, après 11 journées, l'Olympique Lyonnais n'a gagné que trois fois en championnat dont il est 14e avec cinq points d'avance sur le premier relégable, Ajaccio, qui n'a gagné qu'à une reprise, contre Lyon (!), et seulement deux longueurs de mieux que Lorient, 17e.

Avec seulement deux victoires en quatorze matches, en comptant celle contre la faible équipe de Rijeka en Europa League, le parcours commence à ressembler à un chemin de croix pour une formation qui traîne son déchet technique et son lot de blessés à chaque rencontre.
La banalisation de la défaite devient même très inquiétante pour un club qui déclarait il y a encore peu, la haïr au plus au point.

"On est sur la bonne voie, le championnat est encore long". Tels sont les propos trop souvent entendus.
Sur la bonne voie ? Pas sûr. Un championnat encore long ? Certainement mais pas pour les raisons espérées par les différentes interlocuteurs qui consentent à vouloir s'arrêter en zone mixte. Car si la Ligue 2 est encore un mot tabou à Lyon, surtout au moment du début des travaux du Grand stade, il faut quand même se rappeler que Monaco est descendu à l'étage inférieur moins de dix ans après avoir disputé la finale de la Champion's league (2004) à laquelle l'OL a toujours rêvé de se qualifier.
Et tout le monde du football refusait, à l'époque, de croire à une telle issue, intervenue après un match contre Lyon au stade Louis II lors de la dernière journée de la saison 2010-2011. Et pourtant...

Si Jean-Michel Aulas, sans doute le seul à retenir des choses positives de la défaite sur le Rocher, à travers un tweet envoyé en réponse à un supporter déçu, a déjà décrété l'état d'urgence, il y a sans doute lieu désormais d'actionner le signal d'alarme avant qu'il ne soit trop tard.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Madjer le 28/10/2013 à 14:27

le maintient On s'en fou de toute façon les français paieront le grand stade à leur image de tous les jours se sont des vaches à lait hihihihihihihi !!!!!!payer les gaulois moi je vais en terrasse hihihihihihi!!!

Signaler Répondre

avatar
Rectificatif le 28/10/2013 à 13:55
Sturlapitude a écrit le 28/10/2013 à 12h57

J'ai hâte de voir L'OL jouer en 2 ° division dans un grand stade vide, avec Collomb et Sturla comme supporters , prêt à renflouer avec leur propre fric les finances d'un club déchu

Pas leur fric ! notre fric! ,vous avez oublié que maintenant nous sommes caution grâce a un coup d'entourloupe du couple Mercier/Colomb!

Bientôt vous aurez Aulas qui criera au scandale car il n'aura pas pu obtenir des rallonge de nos politiques et prendra cela pour prétexte pour appeler les garantie de la grande métropole de Mercier/Colomb.

Signaler Répondre

avatar
max le 28/10/2013 à 13:31

OLAS, c'est foutu pour cette année! L'article a raison: il faut maintenant jouer le maintien!

Signaler Répondre

avatar
Sturlapitude le 28/10/2013 à 12:57

J'ai hâte de voir L'OL jouer en 2 ° division dans un grand stade vide, avec Collomb et Sturla comme supporters , prêt à renflouer avec leur propre fric les finances d'un club déchu

Signaler Répondre

avatar
bugati le 28/10/2013 à 11:40

l'article est d'une totale clairvoyance
ce qui fait tant défaut à OLAS qui se prend pour un bienfaiteur de l'humanité

Signaler Répondre

avatar
Noix de coco le 28/10/2013 à 10:26

Il serait intelligent de préciser que c'est un billet d'humeur. Ou si ça n'en est pas un, celui qui a pondu ça a des choses à se reprocher...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.