Blanchiment de métaux à Lyon : la FEDEREC s'insurge

Suite à la découverte du trafic de métaux dans l'entreprise Recyclage de Métaux à Lyon, la FEDEREC (Fédération des Entreprises du Recyclage), publie un communiqué afin de protester contre la suspicion générale qui règne envers ses entreprises. Elle rappelle entre autres sa collaboration permanente avec le Ministère de l'Intérieur, les préfectures et l'OCLDI (Office Central de Lutte contre la Délinquance Itinérante).
"En ce qui concerne la découverte de métaux volés, FEDEREC appelle ses adhérents à la vigilance depuis de nombreuses années déjà", déclare la fédération. Elle rappelle également qu'elle pratique l'interdiction de payer en espèces les achats au détail des métaux ferreux et non-ferreux, entrée en vigueur en août 2011.
Et de conclure : "FEDEREC veut poursuivre et renforcer sa collaboration avec les pouvoirs publics afin de créer une harmonisation des législations européennes qui permettrait de sécuriser la provenance de matière et, de facto, éradiquer les sites illégaux."
La semaine dernière, 22 personnes avaient été mises en examen à Lyon après le démantèlement d'un vaste réseau de blanchiment de métaux volés, le tout estimé à plusieurs millions d'euros.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.