Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Jean-Michel Aulas - LyonMag

OL : Aulas soigne son comportement

Jean-Michel Aulas - LyonMag

Alors que l'Olympique Lyonnais a été très désavantagé par l'arbitrage de Freddy Fautrel, dimanche contre Monaco, son président Jean-Michel Aulas est resté étonnement calme envers le corps arbitral qui, en d'autres temps, aurait subi une charge dont il a (ou avait) le secret.

"Il n'y a pas de polémique avec M. Aulas et je l'en remercie", a notamment confié M. Fautrel après que les deux hommes aient été les invités du Canal Football Club à l'issue de la rencontre perdue par l'OL 3 à 2 avec, fait rarissime, trois buts entachés d'une position litigieuse de hors-jeu en faveur des Monégasques.
Selon un témoin de la scène, le couloir menant aux vestiaires du stade de Gerland n'a pas résonné après le match d'une colère intempestive et JMA a serré la main des trois arbitres sans mot dire. En fait, comme le révèle un reportage de l'émission "Enquête de Foot" qui sera diffusée mercredi soir sur Canal Plus Sport et dont un extrait est passé lundi dans "Les spécialistes", Jean-Michel Aulas s'est attaché les services d'un conseiller en comportement.
Celui-ci semble obtenir des résultats probants.

Il y a quelques saisons, les supporters les plus fidèles peuvent se souvenir d'une grosse colère de JMA au stade Nungesser à Valenciennes après un match nul 2-2 alors que l'équipe lyonnaise luttait pour la qualification pour la Champion's league. "L'année dernière on perd à Bordeaux sur une erreur d'arbitrage de M. Bré. Ce soir, erreur d'arbitrage à nouveau. Voilà ce que j'ai à dire. A l'arrivée, c'est 20 millions d'écart pour des arbitres qui ne savent pas", avait-il lancé, le 8 mai 2010 à l'adresse de M. Bré, coupable selon lui d'avoir accordé un penalty litigieux à VA. L'OL avait quand même terminé 2e du championnat.
La vidéo, toujours visible sur YouTube, n'est qu'un exemple parmi d'autres de colères mémorables de Jean-Michel Aulas envers le corps arbitral qu'il a pourtant l'habitude de saluer après chaque rencontre. "A Bordeaux, j'ai été insulté par le public et cela m'horripile mais c'est le prix à payer pour les erreurs que j'ai commises", reconnaît le président de l'OL dans le reportage de l'émission "Enquête de Foot".



Tags : ol | olympique lyonnais | aulas |

Commentaires 5

Déposé le 18/03/2014 à 11h54  
Par Tsamer Citer

lascard a écrit le 18/03/2014 à 07h33

pourquoi il ne laisse pas la place ??? Il est usé, et il n'a pas assez d'argent.Il nous faut un milliardaire Russe.Face au PSG ou Monaco, on est des petits

Toi par contre tu devrais laisser ta place car visiblement tu n'y connapit pas grand chose.

Déposé le 18/03/2014 à 08h12  
Par miro Citer

fôpapousser a écrit le 18/03/2014 à 08h04

maltraité par l'arbitrage ?

avez vous mis en évidence toutes les situations où c'est l'OL qui a été avantagé au détriment de l'équipe adverse ??

L'article c'est sur le comportement d'Aulas pas sur l'arbitrage.

Mais encore aurait il fallu le lire.

Déposé le 18/03/2014 à 08h04  
Par fôpapousser Citer

maltraité par l'arbitrage ?

avez vous mis en évidence toutes les situations où c'est l'OL qui a été avantagé au détriment de l'équipe adverse ??

Déposé le 18/03/2014 à 07h54  
Par Allez l'OL Citer

lascard a écrit le 18/03/2014 à 07h33

pourquoi il ne laisse pas la place ??? Il est usé, et il n'a pas assez d'argent.Il nous faut un milliardaire Russe.Face au PSG ou Monaco, on est des petits

Le "nous" est la pour nous faire croire que tu es supporter ?
Ça ne prend pas !

Déposé le 18/03/2014 à 07h33  
Par lascard Citer

pourquoi il ne laisse pas la place ??? Il est usé, et il n'a pas assez d'argent.Il nous faut un milliardaire Russe.Face au PSG ou Monaco, on est des petits

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.