Saint-Fons : l'entreprise de pains à kebab cumulait les fraudes

Saint-Fons : l'entreprise de pains à kebab cumulait les fraudes

Travail au noir, salariés en situation irrégulière, fraude fiscale et conditions d'hygiène déplorables, la liste des infractions commises par cet établissement est longue.

D'après le Progrès, une entreprise de confection de pain à kebabs a occupé de nombreux enquêteurs depuis plusieurs mois. Située à Saint-Fons, la société est dans le collimateur de l'inspection du travail depuis 2011, pour des soupçons de fraudes. Elle ne déclarait en effet plus aucun bénéfice et affirmait n'employer que très peu de salariés. Mais des surveillances effectuées par la police aux frontières ont permis de découvrir que la société ne manquait pas d'activités la nuit.

Mardi soir, une opération de contrôle a donc été effectuée, permettant de découvrir sur les lieux sept personnes en situation irrégulière. Selon le quotidien régional, les conditions d'hygiène étaient plus que douteuses et une importante somme d'argent en liquide a été trouvée sur place.

D'après les conclusions des enquêteurs, l'entreprise fournissait une quarantaine de restaurants dans l'agglomération lyonnaise, ce qui leur a permis d'en déduire un chiffre d'affaires de 350 000 euros par an. L'un des livreurs leur a même confié être payé 40 euros par jour, pour douze heures de travail, travaillant même sept jours sur sept.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
c'est la crise le 11/04/2014 à 13:11

Pauvres petits commerçant....

Signaler Répondre

avatar
Tidou le 11/04/2014 à 11:01

Les kebabs sont des boîtes à blanchiement d´argent...
J´ai vécu 3 ans dans un village de 2000 habitants. Il y avait un kebab, ouvert tous les jours jusqu´à minuit. Même le dimanche. Jamais aucun client, juste le proprio et ses amis qui passaient en BMW de temps en temps...
J´aurais voulu savoir comment il a pu tenir si longtemps....

Signaler Répondre

avatar
BBR le 11/04/2014 à 10:57

Ah bon , c'est bizarre , personne ne s'en doutait ?et quid des clients restaurateurs qui payaient en liquide à un non fournisseur ; restaurateurs ou plutôt vendeur à la sauvette , par exemple les jours de match ! Un bel exemple d'économie parrallèlle

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.