La vente de cigarettes au marché noir inquiète les buralistes du Rhône

La vente de cigarettes au marché noir inquiète les buralistes du Rhône
LyonMag.com

Plus d'un paquet de cigarette sur quatre provient du marché noir.

Une étude du groupe de conseil et d'audit KPMG révèle que l'année 2013 a été marquée par l'essor de ce marché parallèle. En France, en 2013 la vente de cigarette en contrebande représente 25,2% contre 22,6% en 2012, soit une augmentation de près de 11%. "C'est dangereux, il y a un réseau de contrebande qui explose en France mais aussi à Lyon, il faut que l'Etat réagisse", explique Jean-Pierre Teindas le président de la fédération des buralistes du Rhône.
Un problème que les buralistes essayent de combattre depuis des années. Mais KPMG va plus loin dans son enquête et souligne que les ventes transfrontalières ont bondi de 36% en 2013.

Ce réseau souterrain a provoqué la fermeture de 722 bureaux de tabacs en France faute de ventes suffisantes. Pour l'instant dans le Rhône aucune fermeture mais de grosses difficultés pour les buralistes : "Les buralistes du Rhône ont de vraies difficultés financières. Il y a une baisse de 3% des ventes, ça devient compliqué pour tous les buralistes." A Lyon, la fédération des buralistes envisage de faire le point à la rentrée. Mais Jean-Pierre Teindas lance un appel au gouvernement : "Il faut plus de sévérité et beaucoup plus de moyen de la part du gouvernement pour assurer les contrôles."
En peu de temps, les paquets de cigarettes ont connus de nombreuses augmentations, un vrai problème selon lui: "Ces hausses des prix du paquet de cigarettes incitent les gens à aller chercher des cigarettes moins chères et c'est compréhensible. Avec l'augmentation des prix le gouvernement contribue et accentue ce marché parallèle."

Le marché noir est un manque à gagner pour les buralistes mais également pour l'Etat. La contrebande représente une perte de 3 milliards de recettes fiscales pour l'économie française.

Tags :

tabac

cigarettes

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
nath... le 20/08/2014 à 23:44

on saisis point c est la loi ! et si c est dans une voiture on saisi la voiture avec , l argent liquide et le reste ! aucune pitié pour les trafiquant ! certes en France c est cher mais en même temps c est pas la Casbah les impôt paye les soins les alloc et le reste , donc on profite d un système social ils faut payer les taxe , voir ailleurs comment cela ce passe c est pas du système D c est de l économie parallèle en plus leur clopes c est de la mort en barre

Signaler Répondre

avatar
laloba le 20/08/2014 à 20:53

Depuis que mon buraliste habituel est parti en vacances et que je suis obligée d'aller acheter mes cigarettes dans un autre tabac, j'ai l'impression que ce sont des cigarettes de contrefaçon, pas le même goût, le filtre n'a pas la même couleur que d'habitude. Je me fais peut-être des idées et je me demandais s'il cela était possible à un buraliste de faire ça ? Quelqu'un a-t-il une réponse?

Signaler Répondre

avatar
SISISI le 27/06/2014 à 06:54

Bizarre si vous allez a la Guill / Place Peri, tiens (cela me dit quelque chose dasn l'actu récente) le marché noir bat son comble sous les yeux de tous...
Bizarre toujours les yeux braqués dasn la meem direction et apres on nous demande d'etre tolerents :(

Signaler Répondre

avatar
MAX LA MENACE le 26/06/2014 à 20:30

Le buraliste va poté plainte , non?

Signaler Répondre

avatar
Helene le 26/06/2014 à 15:46

tous à la vapote française et basta !

Signaler Répondre

avatar
stardust le 26/06/2014 à 13:37

Bonjour ,
eh oui les temps sont durs même monsieur tout le monde vend des clops ou des breuvages alcoolisés achetés au frontiéres et vu le pouvoir d'achat en berne. et l'augmentation des cotas individuels aux frontiéres ça va pas s'arranger
Un grand merci à nos politiques .... pour les créations
d'entreprises paralléles . :(

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.