Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Et la démocratie ?

André Perrier - DR

Lecture du Grand Lyon Magazine : le numéro 48 d’octobre 2014 met à l’affiche deux évènements qui intéressent les bons contribuables que nous sommes : l’inauguration du pont Schuman et la Métropole de Lyon…

Sur le premier sujet, belle photo, un peu d’explications sur son intérêt, quelques chiffres clés… mais rien sur le coût de cette construction ! Pourquoi cette pudeur de nos politiques pour décrire ce que cette innovation nous aura coûté, à nous, Lyonnais contribuables. Peut-être est-il gratuit, ce nouveau pont ? Si c’était vrai, ce serait une belle trouvaille de notre maire et il conviendrait de le congratuler ! Mais, Noël étant en décembre et l’inauguration en novembre, cela ne me parait pas raisonnable. Alors, s’il y a un coût, pourquoi ne pas en parler ? Je connais trop le sérieux de l’adjoint chargé des Finances pour oser penser que nos édiles ne connaissent pas leur budget et le prix de ces travaux.

Je me pose alors une affreuse question : estimeraient-ils que cela ne nous intéresse pas, que cela ne nous concerne pas, voire que nous sommes incapables de comprendre ce genre d’information ? Et la démocratie dans tout cela ? Allons, un peu de sérieux et cessez de nous prendre pour ce que nous ne sommes pas ! Des vaches à lait, oui. Des électeurs qu’on prend en considération seulement lors des campagnes électorales, non. La vie de notre cité ne concerne pas que le cercle restreint des politiques mais aussi tous les citoyens…

C’est déjà demain : le Grand Lyon Magazine intitule ainsi son article sur la Métropole de Lyon qui naitra le 1er janvier 2015… Il était temps d’aborder ce beau sujet ! Alors nous avons donc droit à un alphabet lyonnais qui ne comporte que 15 lettres…qui avec quelques répétitions, s’arrête à 19 ! Reconnaissons cependant que c’est un bel effort d’information, même si la forme amène à penser que les lecteurs de notre agglomération sont gentiment assimilés à nos charmantes têtes blondes de nos écoles maternelles…Reconnaissons aussi que les pères de cette nouvelle institution lyonnaise ne se sont pas trop fatigués, après l’enfantement, pour nous décrire leur bébé et surtout, pour nous demander notre avis ! Avant ! Mais peut-être que nous ne sommes pas sur la même planète ou que nos neurones sont insuffisants pour concevoir ce que nos grands chefs politiques ont phosphoré dans le calme et la sérénité de leur cabinet…Ah, ces électeurs, il faut toujours que cela râle et qu’ils se mêlent de ce qui ne les regarde pas !

Ah oui ? Cela ne nous regarde pas ? Qui sont les payeurs de vos initiatives ? Finalement, qui va payer le prix, sinon vos électeurs, messieurs les chefs !
Je reviens sur ce bel article que je trouve un peu muet sur l’essentiel, l’essentiel pouvant être résumé par trois adverbes : comment, pourquoi et combien !
Je viens de faire son sort au premier adverbe cité : comment ? Je n’en sais rien sauf que la démocratie a été passée aux oubliettes.
Pourquoi ? C’est une bonne question mais j’attends toujours un débat "démocratique" (cela va devenir un gros mot, si je me répète ainsi).
Reste le vrai adverbe qui nous concerne, nous les braves contribuables lyonnais…Quelles économies va-t-on réaliser ? Vous pouvez relire le nouvel alphabet lyonnais façon Grand Lyon-Métropole, vous ne trouverez aucun chiffre, c’est comme le pont Schuman… Vous n’êtes pas dignes d’en avoir ! D’abord vous ne comprendriez rien, ensuite on vous expliquerait que vous verrez plus tard…quand ? Un jour !

Et si, et si ce silence un peu gêné, c’était parce qu’ils ne savaient pas ? Je n’ose penser que nos élus, réélus avec ce bel enthousiasme par leurs électeurs, seraient dans cette situation ! Je ne sais plus d’ailleurs ce que je dois penser car que reste-t-il comme motif s’ils savent et qu’ils ne nous le disent pas ?
Comme un autre citoyen, américain celui-là, et dont je ne souhaite à personne la même fin, j’ai fait un rêve. Le Rêve où en France, dans ce beau pays que j’aime, les Français puissent enfin goûter à une vraie démocratie.
Bon courage, mes amis lyonnais.

André Perrier



Tags : andré perrier |

Commentaires 4

Déposé le 13/10/2014 à 20h18  
Par Horreurs Citer

Les elus collabos à la botte de Collomb ne demandent rien car ils font partie des voyages du Maire de Lyon

Déposé le 13/10/2014 à 11h57  
Par JCB Citer

responsable mais pas coupable a écrit le 13/10/2014 à 10h49

c'est trop facile pour les "politicards" d'initier des "beaux chantiers" pour qu'ils passent à la postérité, mas c'est la politique de la terre brûlée

Dans un ménage, la saine gestion impose que l'on ne fasse une dépense qu'après en avoir mesuré la nécessité et au vu de capacités financières et si ce dernier point ne le permet pas, on ne la fait pas la dépense sauf à la mettre à la charge hypothétique des générations qui suivent, en connaissance de cause

Dans l'agglo lyonnaise, c'est la dépense à outrance, avec toutes les bonnes justifications qui vont avec la comm du "bienfaiteur de l'humanité" même les plus fallacieuses , sans se soucier du futur

la dépense publique est la règle en France depuis l'interventionnisme de l'Etat il y a près de 50 ans.
Les ministres sont récompensés quand ils ont fait de leur portefeuille de dépenses somptueuses( regardez Jacques Lang,l'un des plus gros dépensiers de la V ème république mais qui bénéficie d'un aura de ex "bon ministre" tant au niveau politique qu’auprès des citoyens).
La drogue de la dépense publique à tous les niveaux (de l'échelon local au plan européen et ses 5 niveaux intermédiaires ) se traduit donc par la dette publique qui atteint le montant de notre richesse annuelle.
Les générations futures sont de ce fait les victimes de cette méthode irresponsable et scandaleuse car elles bénéficient très peu des dépenses majoritairement dites de fonctionnement

Déposé le 13/10/2014 à 10h49  
Par responsable mais pas coupable Citer

c'est trop facile pour les "politicards" d'initier des "beaux chantiers" pour qu'ils passent à la postérité, mas c'est la politique de la terre brûlée

Dans un ménage, la saine gestion impose que l'on ne fasse une dépense qu'après en avoir mesuré la nécessité et au vu de capacités financières et si ce dernier point ne le permet pas, on ne la fait pas la dépense sauf à la mettre à la charge hypothétique des générations qui suivent, en connaissance de cause

Dans l'agglo lyonnaise, c'est la dépense à outrance, avec toutes les bonnes justifications qui vont avec la comm du "bienfaiteur de l'humanité" même les plus fallacieuses , sans se soucier du futur

Déposé le 13/10/2014 à 10h27  
Par Jeansais Citer

Un pont est toujours un beau symbole puisque par définition il sert à relier.
Mais les électeurs sont ils vraiment sensibles aux prix de milliers ou millions d'euros qu'aura coûte ce nouveau pont ? Pour ma part pauvre petit contribuable je me perds un peu dans ces millions d'euros qui ne correspondent pas aux sommes que je manipule tous les jours !!!
Quant à la métropole sera t elle source d'économie ? rien n'est sûr mais ne devrait on pas "compresser " ce fameux "mille feuilles "administratif composé de 36 680 commune ,plus de 2000 intercommunalités, de 101 départements - les régions on s'y emploie tant mieux- mais il faut compter encore les SIVU, SIVOM et aujourd'hui le nouveau pôle métropolitain dont personne ne parle... et qui sert à quoi au fait ?

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.