Fraude de 2,2 millions d’euros : la pharmacienne de Saint-Fons écrouée

Fraude de 2,2 millions d’euros : la pharmacienne de Saint-Fons écrouée
Ladite pharmacie à Saint-Fons - LyonMag

Ce vendredi, une femme âgée de 46 ans a été mise en examen pour escroquerie aggravée et a été écrouée. Cette première nuit derrière les barreaux, elle la doit à sa fraude présumée à la CPAM.

Entre 2013 et 2015, la gérante de la pharmacie de la Poste de Saint-Fons avait multiplié les fausses factures de médicaments jamais fournis aux clients. Et tant qu’à faire, des traitements très coûteux, comme ceux réservés aux malades du cancer ou du sida. Cette combine lui avait permis d’amasser plus de 2,2 millions d’euros. D’ailleurs, 1,3 million a déjà été saisi sur ses comptes bancaires par les enquêteurs.

Ces derniers ont décidé d’agir rapidement après avoir été alertés par la CPAM. Car plusieurs signes laissaient à penser que la pharmacienne se savait en sursis et envisageait une fuite à l’étranger. Un transfert de 800 000 euros au Liban dont elle est originaire était dans les tuyaux, et un faux cambriolage avait été organisé, entraînant la disparition de ses ordinateurs où se trouvait sa comptabilité.

La quadragénaire, qui bénéficiait d’aides diverses car elle ne déclarait que 800 euros de revenus, a nié les faits. Elle plaide des erreurs de gestion. Ce qui n’a convaincu ni les enquêteurs, ni le parquet.

6 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
alm@megacrea.com le 25/01/2017 à 09:07

4 mois plus tard, l'histoire semble être oubliée par les Sainfoniards et par les médias...
La pharmacie est à nouveau ouverte. Il n'y a pas eu de changement de propriétaire, même si la patronne n'est plus là. TOUS les salariés ont changé... Les Sainfoniards ont oublié l'histoire et vont à nouveau acheté leur médicament dans cette pharmacie...

Signaler Répondre

avatar
Post monétaire le 20/10/2016 à 09:53
interrogation69 a écrit le 19/10/2016 à 17h11

franchement, on peut légitimement se poser la question de
complicité avec le C.P.A.M., sans esprit de délation mais avec le seul soucis d'un peu plus de justice de la part des services de l'état, cela laisse vraiment à désirer, c'est assurément la surcharge de travail !...

Pour contrôler tout, il faut du fric, et comme vous ne voulez pas payer des impôts pour "les fainéants de fonctionnaires", et bien vous n'en sortez pas de vos problèmes. :o)

Et dire que le seul moyen de "sauver la CQ" c'est de ne plus rembourser comme il faut les soins,
et dire que le seul moyen de "sauver les retraites", c'est de repousser la date de retraite, autrement dit la faire disparaître... :o)

Courage, la solution hors de ce système, existe.

Signaler Répondre

avatar
interrogation69 le 19/10/2016 à 17:11

franchement, on peut légitimement se poser la question de
complicité avec le C.P.A.M., sans esprit de délation mais avec le seul soucis d'un peu plus de justice de la part des services de l'état, cela laisse vraiment à désirer, c'est assurément la surcharge de travail !...

Signaler Répondre

avatar
Prout le 26/09/2016 à 12:01

Boudiou, ça rapporte !
Allez hop, en taule maintenant !

Signaler Répondre

avatar
Socialisme le 26/09/2016 à 10:09

La dilapidation des aides sociales laisse songeur...

Signaler Répondre

avatar
gégène le 25/09/2016 à 22:17

Je suis surpris qu'il n'y ait pas plus de vérification pour
pouvoir toucher la CMU.Cette pharmacienne avait pignon sur rue avec un certain train de vie et elle touche des aides
destinées au plus défavorisées.Soit avec des faux papiers
soit avec des complices?

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.