A Lyon, qui sera le prochain adjoint à la Culture du futur maire Képénékian ?

A Lyon, qui sera le prochain adjoint à la Culture du futur maire Képénékian ?
Georges Képénékian, futur nouveau maire de Lyon, et Jean-Yves Sécheresse - LyonMag

Le casting se prépare dans les couloirs secrets du pouvoir.

Traditionnellement, Lyon dispose de deux adjoints pour ce portefeuille, l’un chargé des musées et du patrimoine (occupé aujourd’hui par Jean-Dominique Durand) l’autre chargé du spectacle vivant et des cultures actuelles. C’est ce dernier qui est à pourvoir. Il a été occupé à temps plein par Georges Képénékian lors du dernier mandat de Gérard Collomb. À partir de 2014, il n’était plus qu’une casquette à temps partiel, Képé endossant parallèlement les habits de Premier Adjoint.

En consultant les grandes institutions lyonnaises pour savoir ce qu’elles attendaient de leur futur adjoint à la Culture et qui serait leur candidat favori, nous avons assisté à une véritable débandade. Beaucoup se sont réfugiées dans un silence d’huître. Parmi les excuses les plus créatives on a noté : "il (elle) ne peut pas répondre, un taxi l’attend devant la porte", "Ça tombe mal on a une Première juste aujourd’hui" ou "c’est que... il (elle) doit partir en vacances demain, ça y est il (elle) est parti(e)". Officiellement, on aime bien tout le monde, quel que soit l’adjoint, on aura de bonnes relations avec et on travaillera en bonne harmonie.

C’est faux, bien sûr, comme en témoigne le livre de Gilles Chavassieux Pour le théâtre, Les Ateliers Lyon 1975-2014, très sévère avec certains adjoints (Oudot par exemple). Mais à force de contacter tout le monde, on a quand même réussi à tracer en creux le portrait de ce qui ferait un bon adjoint à la Culture.

En premier, on attend de lui qu’il soit un vrai amateur de culture, pas quelqu’un qui s’y intéresse seulement à l’occasion de son mandat. Pas un dilettante, ce qui élimine déjà beaucoup de prétendants !

Les Cultureux ont besoin de se sentir compris et soutenus, y compris contre le maire lorsqu’il est taillé dans le béton, comme Louis Pradel. Ils attendent aussi un homme (une femme) de dialogue. Beaucoup apprécient d’avoir accès facilement à l’adjoint comme c’était le cas avec Denis Trouxe et au contraire redoutent qu’on les laisse en face à face avec la "technostructure".

"Un fin politique" serait le troisième critère, car ces enjeux dépassent souvent les gens de la Culture et ils ont besoin d’avoir quelqu’un de leur côté. Enfin, vu les circonstances, les budgets revus à la baisse, les contraintes de plus en plus prégnantes, ils ont bien conscience que l’adjoint doit être aussi un bon gestionnaire et un "technicien", ne serait-ce que pour évoluer dans le maquis administratif de l’État et des Collectivités.

Six noms circulent dans les milieux politiques. Le premier est celui de Laurence Balas. Elle représenterait une ouverture vers la droite et une féminisation du poste qui n’a jamais été détenu par une femme à Lyon. On est obligé de constater qu’elle ne rencontre aucun écho dans les milieux culturels.

Le second nom est celui d’Emmanuel Hamelin. Ouverture à droite à nouveau. Il a l’avantage d’être inspecteur des Affaires Culturelles, nommé au tour extérieur en 2008. Son profil le prépare davantage à traiter des sujets comme les médias ou la communication, et les missions qu’il remplit pour le ministère sont beaucoup plus axées sur l’évaluation des politiques publiques que sur la Culture elle-même.

Ensuite Myriam Picot. Elle est vice-présidente métropolitaine chargée de la Culture, pourrait-elle cumuler les deux ? En tout cas, le poisson frétille un peu quand on prononce son nom. Elle passe pour quelqu’un que le sujet intéresse pour de vrai et qui peut l’aborder avec pertinence.

Ensuite Jérôme Maleski. Il est adjoint au maire du 3e arrondissement chargé de la Culture, membre de la commission Culture à la Ville. Il a envie, c’est sûr. Il a bien conscience que cette fin de mandat ne peut que s’inscrire dans la continuité et que tout est déjà engagé. Mais il rêve de projets comme de créer un nouvel événement culturel lyonnais au printemps. Il rêve probablement aussi du budget qui va avec.

On cite aussi Fabienne Lévy. Elle a été vice-présidente rhônalpine chargée de la Culture sous Anne-Marie Comparini (1998-2004). Certains s’en souviennent encore, mais aucun ne le fait avec des trémolos dans la voix. Néanmoins, c’est un choix possible et elle connaît le métier. Vient ensuite Jean-Dominique Durand. Il occupe l’autre moitié d’orange, le poste d’adjoint chargé du patrimoine. Son profil de prof d’histoire à Lyon 3, ancien attaché d’ambassade au Vatican, le positionne davantage vers la conservation du patrimoine et les musées que vers le hip hop, les musiques électro ou l’art contemporain.

Enfin, arrive le nom de Jean-Yves Sécheresse. D’un avis unanime, c’est un véritable amateur de culture, avec un vrai esprit de découverte. Quelqu’un qu’on rencontre lors des événements culturels de la ville, non pas en service commandé mais juste par plaisir. Bien sûr, aucun des interlocuteurs qu’on a contactés ne pourra le dire ouvertement, puisqu’un taxi les attend dans la cour, mais s’il devait y avoir un vote secret et clandestin, Jean-Yves Sécheresse, actuel adjoint à la Sécurité, ne serait pas le dernier lapin à sortir du chapeau.

X
7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
69003m le 17/07/2017 à 19:54

Je vote malesky

Signaler Répondre

avatar
Jenesuispas Carlita le 06/07/2017 à 15:24

On dirait DSK ...Képénekian

Signaler Répondre

avatar
Paul 69 le 04/07/2017 à 15:36

Hamelin ça tombe sous le s'en non?

Signaler Répondre

avatar
cite creation le 03/07/2017 à 19:52

La description correspond à un seul profil ..c est évident et ce serait très bien pour Lyon

Signaler Répondre

avatar
zette le 03/07/2017 à 18:00

Si c'est un LR il ne sera plus LR...
Du balai

Signaler Répondre

avatar
Blondes obs le 03/07/2017 à 10:44

La blonde du 6ème à la Culture ? N'expliquait-elle pas récemment qu'il ne fallait pas voter pour les candidats de la liste "En Marche" ?

Signaler Répondre

avatar
Oil le 03/07/2017 à 09:10

TSL tout sauf Lévy

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.