Bizuté, l'étudiant en médecine se venge lors d'un guet-apens

Bizuté, l'étudiant en médecine se venge lors d'un guet-apens
Photo d'illustration - LyonMag

Ce lundi, le tribunal correctionnel de Lyon se penchait sur un fait divers qui commence à dater.

En septembre 2012, des étudiants en médecine apprennent à se connaitre. L'année universitaire débute, et une soirée dérape pour l'un des futurs internes. Issu des quartiers de l'agglo, il vit très mal que ses camarades miment un acte sexuel avec lui.

La plaisanterie salace va faire cogiter l'étudiant, à tel point qu'il demandera à deux amis de le rejoindre pour réaliser un guet-apens. Sa cible ? Le camarade à l'origine du bizutage.
Alors que ce dernier rejoint son domicile à Oullins le soir, il est roué de coups par les trois compères cagoulés. La police interviendra rapidement pour mettre fin à l'expédition punitive.

Aujourd'hui, l'étudiant bizuté et la victime sont internes, de l'eau a coulé sous les ponts mais le camarade agressé garde en mémoire la scène du 12 septembre où il s'est vu mourir.


Le tribunal correctionnel a condamné l'agresseur à 6 mois de prison avec sursis. Pour ne pas compromettre son avenir professionnel, son casier judiciaire restera vierge.

16 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
DR OECKER .le repenti le 23/11/2017 à 13:49
Dr maboul a écrit le 22/11/2017 à 17h25

Oui, le docteur maure,dr petiot,ect.... la moitié se sont tromper de serments, celui d’ hypocrites à celui d’hypocrate.

La plupart des médecins se fouttent des malades et encaissent des pots de vins de la sécu ,pour nous donner trois génériques sur l’ordonnance. Une honte ,ils fairaient mieux de vendre des pizzas.

Signaler Répondre

avatar
Dr maboul le 22/11/2017 à 17:25
C'est sympa les médecins a écrit le 22/11/2017 à 15h31

L'enfer c'est les autres.

Et ces gens deviennent médecins ?

Oui, le docteur maure,dr petiot,ect.... la moitié se sont tromper de serments, celui d’ hypocrites à celui d’hypocrate.

Signaler Répondre

avatar
C'est sympa les médecins le 22/11/2017 à 15:31

L'enfer c'est les autres.

Et ces gens deviennent médecins ?

Signaler Répondre

avatar
pierrot69vl le 22/11/2017 à 12:14
Lyonnais. a écrit le 21/11/2017 à 14h25

Mais la justice ne l'a pas reconnu malade, mais simple victime !

Donc, jugement en demi-teinte mais qui remets un peu de justice dans cette histoire.
La victime physique aurait dû être poursuivi aussi pour tentative de déstabilisation psychique ou harcèlement moral ayant conduit à un acte répréhensible.

N'importe quoi! ce type qui intellectuellement a l'air brillant sur le papier a réellement une tare d'hyper violence et ça ça se soigne ?

Comment un gars malade peut il être remit dans le circuit pour aller soigner ...des malades ?? truc de dingue.

Il aurait pu aller n'importe où sauf dans les "soins".
C'est parce que tu es intelligent que tu deviendras un bon pro et son attitude ne l'est déjà pas, quand t'es médecin tu dois être sociable et non un tueur .

Je ne comprends pas qu'il n'ait pas été banni des études de médecine surtout qu'il y a tant de très bons , sérieux, honnêtes qui ne demandent qu'à passer le cap du numérus...ceux qui ont la chance d'avoir été prit se doivent d'être exemplaires!

Signaler Répondre

avatar
Marin le 22/11/2017 à 00:46

Double justice en France...

Signaler Répondre

avatar
bravo le 21/11/2017 à 20:33

C'est de bonne guerre. Les adeptes du bizutage font de la casse eux aussi.

Signaler Répondre

avatar
GROS BIZU le 21/11/2017 à 15:12
Il faut le dire a écrit le 21/11/2017 à 11h18

Si l'Etat appliquait la loi qui interdit le bizutage, ces minables bizuteurs seraient devant le juge en larmes implorant son indulgence.
Ce malheureux incident n'aurait jamais existé.

La loi ??? Parce que vous pensez naïvement que les juges et ceux qui sont passé par l'ENM ne sont pas passé par l'étape du bizutage ?

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais. le 21/11/2017 à 14:25
pierrot69vl a écrit le 21/11/2017 à 12h31

Au contraire, les victimes de bizut sont reconnues victimes devant la loi et n'ont pas à faire la leur, cet "interne" de par son action et en plus cette lâcheté d'y être allé à plusieurs, est déjà un grand malade alors comment veux-tu qu'il en soigne ?

Est ce que ce "bizuté" à souffert un dixième que ce que sa victime a souffert?

Il aurait du déjà être banni de l'enseignement médical.
Depuis quand un malade peut soigner des maladies?

Mais la justice ne l'a pas reconnu malade, mais simple victime !

Donc, jugement en demi-teinte mais qui remets un peu de justice dans cette histoire.
La victime physique aurait dû être poursuivi aussi pour tentative de déstabilisation psychique ou harcèlement moral ayant conduit à un acte répréhensible.

Signaler Répondre

avatar
maladies le 21/11/2017 à 13:45
pierrot69vl a écrit le 21/11/2017 à 12h31

Au contraire, les victimes de bizut sont reconnues victimes devant la loi et n'ont pas à faire la leur, cet "interne" de par son action et en plus cette lâcheté d'y être allé à plusieurs, est déjà un grand malade alors comment veux-tu qu'il en soigne ?

Est ce que ce "bizuté" à souffert un dixième que ce que sa victime a souffert?

Il aurait du déjà être banni de l'enseignement médical.
Depuis quand un malade peut soigner des maladies?

"Depuis quand un malade peut soigner des maladies?"

c'est ce qu'on peut se demander avec la psychanalyse !

Signaler Répondre

avatar
pierrot69vl le 21/11/2017 à 12:31
Lyonnais. a écrit le 21/11/2017 à 11h26

Et si c'était ton fils qui était la victime de ce bizutage stupide de la part d'un inconscient irrespectueux des autres ?
Les victimes d'un bizutage sont aussi sujets à conserver de graves séquelles psychologiques, mais de cela tu en fais abstraction !
Le tribunal a donc bien fait d'infliger une peine de sursis sans inscription au casier judiciaire, laissant son avenir à la victime de ce bizutage immonde.
Bonne chance à lui et j'espère qu'il sera bon médecin, nous en manquons cruellement.

Au contraire, les victimes de bizut sont reconnues victimes devant la loi et n'ont pas à faire la leur, cet "interne" de par son action et en plus cette lâcheté d'y être allé à plusieurs, est déjà un grand malade alors comment veux-tu qu'il en soigne ?

Est ce que ce "bizuté" à souffert un dixième que ce que sa victime a souffert?

Il aurait du déjà être banni de l'enseignement médical.
Depuis quand un malade peut soigner des maladies?

Signaler Répondre

avatar
Lyonnais. le 21/11/2017 à 11:26
pierrot69vl a écrit le 21/11/2017 à 10h46

Et il est interne ????????????????????????????????

On accepte de garder un malade dans le milieu hospitalier?

Faudra pas dire dans 10 ans: on ne savait pas ......

Et si c'était ton fils qui était la victime de ce bizutage stupide de la part d'un inconscient irrespectueux des autres ?
Les victimes d'un bizutage sont aussi sujets à conserver de graves séquelles psychologiques, mais de cela tu en fais abstraction !
Le tribunal a donc bien fait d'infliger une peine de sursis sans inscription au casier judiciaire, laissant son avenir à la victime de ce bizutage immonde.
Bonne chance à lui et j'espère qu'il sera bon médecin, nous en manquons cruellement.

Signaler Répondre

avatar
Il faut le dire le 21/11/2017 à 11:18

Si l'Etat appliquait la loi qui interdit le bizutage, ces minables bizuteurs seraient devant le juge en larmes implorant son indulgence.
Ce malheureux incident n'aurait jamais existé.

Signaler Répondre

avatar
marto le 21/11/2017 à 10:51

il faudrait surtout que cela soit inscris dans son casier,on marche sur la tête

Signaler Répondre

avatar
pierrot69vl le 21/11/2017 à 10:46

Et il est interne ????????????????????????????????

On accepte de garder un malade dans le milieu hospitalier?

Faudra pas dire dans 10 ans: on ne savait pas ......

Signaler Répondre

avatar
ah bon le 21/11/2017 à 09:28

et le bizuteur??? il me semblait que c était interdit?

Signaler Répondre

avatar
stanley le 21/11/2017 à 09:09

Issu des quartiers ? donc œil pour œil...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.