Élections européennes de 2019 : ce sera place aux jeunes

Élections européennes de 2019 : ce sera place aux jeunes
Sylvie Guillaume - LyonMag

Pendant longtemps, trop longtemps, les élections européennes ont été l’occasion en France de recaser les naufragés des législatives.

Droite et gauche confondues ont souvent utilisé ce scrutin comme lot de consolation pour leurs élus retoqués du suffrage universel. En 2014, le Parti Socialiste avait choisi Vincent Peillon pour mener sa liste dans notre grande région (Rhône-Alpes, PACA, Corse) pendant que l’UMP se rangeait derrière Renaud Muselier. Ni l’un ni l’autre n’avait de véritable passion pour l’Europe. Leur cas n’était malheureusement pas isolé ce qui explique le peu de poids des députés français au Parlement européen.

Une telle pratique appartient à ce qu’on appelle aujourd’hui l’ancien monde. Qu’on le veuille ou non, la présidentielle et les législatives du printemps ont bousculé les vieilles pratiques. En 2019, tous les partis vont avoir intérêt à miser sur la jeunesse. Surtout si, comme le souhaite Emmanuel Macron, on revient à une liste nationale. Les électeurs ne comprendraient pas qu’on tente de leur imposer ceux qu’ils ont renvoyés dans leur foyer aux dernières législatives.

En 2014, sept députés européens étaient issus de notre région : Françoise Grossetête et Michel Dantin pour l’UMP ; Michèle Rivasi pour les écolos ; Bruno Gollnisch et Dominique Martin pour le Front National ; Thierry Cornillet pour l’UDI et Sylvie Guillaume pour le Parti Socialiste. La plupart (et peut-être même tous) ne retrouveront pas leur siège.

Après un quart de siècle passé à Strasbourg, Françoise Grossetête a d’ores et déjà annoncé qu’elle ne repartirait pas. Il en ira probablement de même pour la socialiste Sylvie Guillaume qui, élue depuis 2009, termine son second mandat. Il est vrai que la présence d’une liste macroniste a toutes les chances là aussi de bousculer l’ordre établi.

Depuis des décennies, le pouvoir en place a très souvent souffert lors des élections intermédiaires. Les récents sondages semblent montrer que là encore, tout pourrait changer. À un an et demi de l’échéance, les sondages placent très largement en tête une future liste macroniste (26 %). Elle devancerait le Front National (17 %), La France Insoumise (14 %) et LR (12 %).

Tout laisse à penser que le Président de la République privilégiera les candidats à la fois jeunes et qui auront une véritable fibre européenne. On voit mal dès lors les autres partis imposer quelques dinosaures dont la principale préoccupation serait de se trouver un point de chute pour continuer à exister sur la scène politique. Pour Laurent Wauquiez, ce rendez-vous va être capital. S’il veut pouvoir s’affirmer comme le principal opposant au Président de la République, il lui faut impérativement faire mieux que ce que lui promettent les sondages. Pour gagner ce pari, encore faut-il qu’il parvienne à rassembler l’ensemble des militants et sympathisants et à éviter que ceux qui se sentent proches d’un Alain Juppé ne se laissent séduire par une liste Macron qui va tout faire pour ratisser le plus largement possible.

À droite comme à gauche, les candidats à un poste de député européen ne manquent pas. Chez les Républicains, battu aux législatives, Philippe Meunier se verrait se refaire une santé en allant siéger à Strasbourg. Même chose pour la conseillère régionale Anne Lorne qui n’a pas réussi son pari de remporter la première circonscription. Elle figurait déjà en huitième position sur la liste menée par Renaud Muselier en 2014. Reste que si Laurent Wauquiez écarte tous ceux qui ont perdu les législatives, ça laisse peu de chance à nos deux élus.

9 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
martin le 28/12/2017 à 22:29

Pour qui? Pour des gens pour qui l’idée d’une Europe unie signifie quelque chose! Pour quoi? Pour une Europe solidaire! En attendant c’est une des seules à vraiment bosser, à être présente lors des votes et des commissions... Ses électeurs au moins savent qu’ils l’ont élue pour quelque chose!!!

Signaler Répondre

avatar
Que du vent! EOLE le 28/12/2017 à 09:53
Zerf a écrit le 27/12/2017 à 16h05

Qu'on soit jeune ou vieux, quand on est con on est con ....disait une chanson fort réaliste!

Le plus grand parti de FRANCE , les abstentionnistes,vont faire très forts . Les pitrons verront au moins qu’ils n’intéresse plus grand monde.

Signaler Répondre

avatar
Guillaume un travail formidable? pour qui? le 28/12/2017 à 00:27

D’après « Martin » il parait que Sylvie Guillaume... qui n’a pas hésité à remplacer la Fraternité par la Diversité dans notre devise républicaine ... fait un travail formidable ! Pour qui? En quoi ? On peut savoir ?

Signaler Répondre

avatar
martin le 27/12/2017 à 22:20

C’est bien dommage car madame guillaume fait un travail formidable au parlement européen !!!!

Signaler Répondre

avatar
balot le 27/12/2017 à 17:30

deja macron a annoncé la semaine derniere qu'il ne croyait pas à la baisse du chomage sous son mandat.

Il prévoit une baisse d'ici 5 ans.

Tout est dit.

DEMISSION !

Signaler Répondre

avatar
Zerf le 27/12/2017 à 16:05

Qu'on soit jeune ou vieux, quand on est con on est con ....disait une chanson fort réaliste!

Signaler Répondre

avatar
balot le 27/12/2017 à 14:20
Bizarre a écrit le 27/12/2017 à 09h24

"Pour les élections, Mélenchon vite !"

Quelle personne censée souhaite voir ça ?

Toutes les personne censées justement.

Vous n'en faites pas partie

Signaler Répondre

avatar
Bizarre le 27/12/2017 à 09:24
charolais a écrit le 26/12/2017 à 13h44

C'est possible de signer l'article ?

Pour les élections, Mélenchon vite !

"Pour les élections, Mélenchon vite !"

Quelle personne censée souhaite voir ça ?

Signaler Répondre

avatar
charolais le 26/12/2017 à 13:44

C'est possible de signer l'article ?

Pour les élections, Mélenchon vite !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.