L'agresseur du fiancé de Marine Lorphelin interné au Vinatier

L'agresseur du fiancé de Marine Lorphelin interné au Vinatier
Marine Lorphelin, originaire de Mâcon, a été élue Miss France 2013 - DR

L’agresseur du fiancé de Miss France 2013 a été mis en examen et interné ce vendredi, à l’hôpital psychiatrique du Vinatier.

Un juge d’instruction s’est rendu sur place afin de le mettre en examen pour "tentative d’homicide". En outre, le parquet a réclamé un mandat de dépôt afin qu’il soit incarcéré en cas d’évolution de son état de santé.

Selon les informations du Progrès, l’homme de 28 ans a foncé sur le couple qui sortait d’une bouche de métro après un cinéma. Ses coups de couteau se sont directement portés sur le fiancé de l’ex Miss France, Christophe M., qui a été blessé au bras, au cou et à la main.

Il semblerait que l’agresseur avait développé une obsession pour Marine Lorphelin, qu’il poursuivait depuis plus de deux ans, alors que lui-même était sans emploi. Ce dernier se rendait à toutes les séances de dédicaces de son livre, lui offrait des fleurs et s’arrangeait pour la rencontrer dans la rue, raconte Le Progrès. L’ancienne Miss France a donc reconnu l’homme sans difficulté. Auparavant, elle lui avait déjà demandé d’arrêter de la suivre.

La Sûreté départementale a pu localiser l’agresseur présumé en quelques jours grâce aux réseaux sociaux : sa page Facebook était consacrée à Marine Lorphelin. Interpellé ce jeudi chez ses parents au sud de l’agglomération grenobloise, il a reconnu les faits.

3 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
kumer le 06/01/2018 à 19:52

Jugement un peu facile quand on ne connaît ni les tenants ni les aboutissants Bien entendu la police a tort Belle mentalité

Signaler Répondre

avatar
Jeansais le 06/01/2018 à 18:38

C'est un fan fou ...!

Signaler Répondre

avatar
Bravo le 06/01/2018 à 13:39

Decoration, legion d honneur a ce monsieur !

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.