Ecoutez Jazz Radio, Jazz et Soul

    

Photo d'illustration - LyonMag.com

Gilets jaunes : une après-midi tendue dans le centre-ville de Lyon (MàJ)

Photo d'illustration - LyonMag.com

Une petite manifestation dans le centre-ville de Lyon, un autre devant les locaux de France 3, quelques manifestants au rond-point de Tarare, la raffinerie de Feyzin laissée libre à la circulation... L'acte VII des gilets jaunes n'a pas l'ampleur des autres samedis. La situation s'est cependant tendue en milieu d'après-midi dans le sud de la Presqu'île et depuis sur la place des Terreaux.

À Lyon

Depuis ce matin 10 heures, 80 personnes sont rassemblées devant les locaux de France 3, qu'ils accusent de désinformation. Aucun mouvement de rébellion n'est à constater. Une dizaine de personnes ont toutefois été interpellées après que les forces de l'ordre ont découvert des masques dans des sacs.

 

Dans le centre-ville, une quarantaine de gilets jaunes se sont réunis place Bellecour à 10h30. Ils ont ensuite rejoint d'autres manifestants, venus de Savoie, place de l'opéra, au niveau de l'Hôtel de Ville. Là-bas, ils ont entonné une Marseillaise puis respecté une minute de silence avant de repartir.

 

À midi, les gilets jaunes présents à la Part-Dieu ont rejoint la Presqu'île. 200 personnes se sont rassemblées place Bellecour avant de se rendre au commissariat du 1er arrondissement. Ils réclament depuis la libération des gilets jaunes interpellés ce matin à la Part-Dieu.

 

À 13h15, le cortège a quitté le 1er arrondissement pour remonter les quais du Rhône. À 14 heures, le mouvement, composé de quelques centaines de personnes, se trouve de nouveau sur la place Bellecour.

 

Depuis 14h30, le cortège est arrivé sur l'A7. Les gilets jaunes marchent en direction du sud, sur deux des trois voies de l'autoroute, pour se rendre vers Confluence.

 

À 15h15, les manifestants sont arrivés devant le centre commercial de Confluence. Ce dernier a décidé de fermer ses portes. Le tram T1 est également perturbé sur ce secteur. Les premières bombes lacrymogènes ont été déployées.

 

Depuis 15h45, le quartier de Perrache est paralysé. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène au niveau de la gare. Les gilets jaunes ont alors commencé à se disperser. À 16h10, le centre commercial Confluence a rouvert ses portes.

 

Vers 16h30, les gilets jaunes étaient de retour sur la place Bellecour. La présence en masse des forces de l'ordre font progressivement disperser les manifestants.

 

À 17h, les 200 manifestants ont retrouvé l'Hôtel de Ville. Ils ont enlevé leur gilet jaune et une odeur de lacrymogène est perceptible dans le secteur. Un hélicoptère survole actuellement la place des Terreaux.

 

Depuis 18 heures, la situation est tendue sur la place des Terreaux. Des projectiles volent dans tous les sens et les policiers font usage de bombes lacrymogènes. Un manifestant au moins a été blessé. Les débordements se sont depuis étendus sur la place Bellecour.

 

Depuis 18h45, le calme revient peu à peu. Les forces de l'ordre maintiennent leur présence sur la place Bellecour.

 

D'après le Progrès, 18 interpellations auraient eu lieu depuis le début de la journée.

 

À Tarare

Une dizaine de gilets jaunes est mobilisée depuis sept heures au rond-point des Arthauds. Encadrés par la police, ils distribuent des tracts aux entrées de carrefour giratoire. Les entrées du péage sont, elles, levées.

 

À Feyzin

Alors qu'une soixantaine de personnes avaient tenté, en vain, de bloquer la raffinerie ce vendredi, aucun mouvement n'est à signaler ce samedi.



Tags : gilets jaunes | Acte VII | Lyon | tarare | feyzin |

Commentaires 79

Déposé le 31/12/2018 à 15h35  
Par norlod Citer

valency a écrit le 31/12/2018 à 07h41

les impôts et les charges sont-ils un coût ou un revenu indirect que l'on récupère quand on est bénéficiaire du RSA, des hôpitaux, des routes , des retraites , ...

A moins d'être un fraudeur patenté, on ne thésaurise pas avec un RSA donc on participe à 100% de son revenu (ce n'est pas un salaire) à l'activité économique.
Quand on fait parti du dernier décile et que l'on bénéficie de toutes les baisses d’impôts possibles et imaginables on planque son pognon dans des paradis fiscaux ou dans le monde de la finance qui ne concerne personne.

Déposé le 31/12/2018 à 13h04  
Par Guérillas urbaines programmées Citer

schmol38 a écrit le 31/12/2018 à 10h41

plein le dos d'entendre tout le temps les GJ et jamais les francais qui en on raz le bol de leur comportement, raz le bol de leur revendications même pas structurées, laissez nous vivre dans un pays ou il y a beaucoup d'assistanat

Les jaunes ne sont qu’un début . Dans les quartiers ,les cagoules noires arrivent par centaines et se structure en commandos.

Déposé le 31/12/2018 à 10h41  
Par schmol38 Citer

plein le dos d'entendre tout le temps les GJ et jamais les francais qui en on raz le bol de leur comportement, raz le bol de leur revendications même pas structurées, laissez nous vivre dans un pays ou il y a beaucoup d'assistanat

Déposé le 31/12/2018 à 10h12  
Par Morte couilles anti jaunes. Citer

valency a écrit le 31/12/2018 à 07h32

1000 2000 3000 ça fait toujours pas une majorité ... lol de lol

Mdrrrr,attends après les fêtes. La révolution n’a fait que débuter. Le pire va venir avec les étudiants et les quartiers qui vont s’embraser.

Déposé le 31/12/2018 à 10h07  
Par TA France , ma gerbe. Citer

valency a écrit le 31/12/2018 à 07h32

1000 2000 3000 ça fait toujours pas une majorité ... lol de lol

Un Référendum vous prouverez le contraire. mais dans votre dictature,ce n’est plus possible .

Déposé le 31/12/2018 à 07h41  
Par valency Citer

norlod a écrit le 30/12/2018 à 20h30

au lieu de recracher des chiffres du figaro, si vous les mettiez en perspectives ?

parce que ça ne veut absolument rien dire. A quoi servent ces prestations, le public visé, sont elles efficaces ?
Est ce que le RSA est un cout ? sachant que les bénéficiaires le réinjectent entièrement dans l'économie réelle du pays, sachant que seul 50% des personnes pouvant en bénéficier le demande (gain indirect de l’État 5 milliards d'€).
Dans votre exemple, le RSA qui ne représente que 10 milliards d'€ sur les 21,3 milliards d'€. A quelles aides ou prestations sociales sont allouées les sommes restantes ?
Est ce que former des salariés, des gens en décrochage social, scolaire est une charge à long terme pour un Etat ?

Ce que le Figaro se garde bien de dire c'est que les gains liés au CICE et très probablement ceux de la disparition de l'ISF ne sont pas allés dans l'économie réelle mais sur les marchés financiers secondaires ne créant aucune richesse contrairement à ce que quelques théoriciens du ruissellement nous matraquent à longueur de journée.

les impôts et les charges sont-ils un coût ou un revenu indirect que l'on récupère quand on est bénéficiaire du RSA, des hôpitaux, des routes , des retraites , ...

Déposé le 31/12/2018 à 07h32  
Par valency Citer

Les putes de l’etat. a écrit le 30/12/2018 à 12h44

A Marseille ils étaient plus de deux milles ,mais les chiffres comme la désinformation maçonnique marche pour la dictature.

1000 2000 3000 ça fait toujours pas une majorité ... lol de lol

Déposé le 31/12/2018 à 07h28  
Par valency Citer

République bananière française. a écrit le 30/12/2018 à 08h47

Quand on dirige un pays avec 24/100 de français au départ , il n’y a Pas de quoi pavoiser!!! Sans référendums,sans proportionnelle vous êtes bien en DICTATURE,ne vous en déplaise !!!!

alors en réfléchissant peu mais bien je suis heureux de vivre en dictature :)

Déposé le 31/12/2018 à 00h20   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par c. Citer

Ceka fait plaisir de vous lire tous.. Vous portez tous de la joie et l’amour dans vos cœurs... J’envie vos familles.

Déposé le 30/12/2018 à 20h30  
Par norlod Citer

George O. a écrit le 30/12/2018 à 19h38

les prestations de santé ont progressé plus vite que la moyenne (+2% à 249,9 milliards d'euros), en raison notamment d'une "dynamique plus soutenue des soins hospitaliers" et d'un recours prolongé aux pensions d'invalidité du fait du recul de l'âge légal de départ en retraite.

Les prestations liées à l'emploi affichent également une forte hausse (+2,8% à 44,8 milliards d'euros), essentiellement due à "la montée en charge du plan +500.000 formations supplémentaires+" lancé par François Hollande.

Les dépenses consacrées à la pauvreté et à l'exclusion sociale (+2,9% à 21,3 milliards d'euros) ont pour leur part été dopées par la revalorisation du revenu de solidarité active (RSA).

Source : Le Figaro, monsieur ou madame je ne serai jamais malade, ni au chomedu, ni vieux/vieille.

au lieu de recracher des chiffres du figaro, si vous les mettiez en perspectives ?

parce que ça ne veut absolument rien dire. A quoi servent ces prestations, le public visé, sont elles efficaces ?
Est ce que le RSA est un cout ? sachant que les bénéficiaires le réinjectent entièrement dans l'économie réelle du pays, sachant que seul 50% des personnes pouvant en bénéficier le demande (gain indirect de l’État 5 milliards d'€).
Dans votre exemple, le RSA qui ne représente que 10 milliards d'€ sur les 21,3 milliards d'€. A quelles aides ou prestations sociales sont allouées les sommes restantes ?
Est ce que former des salariés, des gens en décrochage social, scolaire est une charge à long terme pour un Etat ?

Ce que le Figaro se garde bien de dire c'est que les gains liés au CICE et très probablement ceux de la disparition de l'ISF ne sont pas allés dans l'économie réelle mais sur les marchés financiers secondaires ne créant aucune richesse contrairement à ce que quelques théoriciens du ruissellement nous matraquent à longueur de journée.

Déposé le 30/12/2018 à 19h44  
Par orque Citer

Dictature et vérités. a écrit le 30/12/2018 à 18h04

La presse libre ? Ils se comptent sur les doigts des mains . Tous les autres sont corrompus au système et appartiennent a la secte ´ LE grand SIÈCLE ´ . Un cercle très fermé où se décide les lois et le sort des peuples sans son accord ni son consentement. C’est une vérité, renseignez vous et vous serez stupéfait de beaucoup de vérités que l’ont vous cachent ,plus ou moins .

rien ne vous empêche de vous abonner à la presse indépendante. Elle existe.
Avant cela je vous conseille d'écouter l'intervention de Juan Branco sur le site de l'ex émission de radio "là bas si j'y suis"

et si ça peut vous permettre de sortir de la sémantique complotiste. Pitié cela vous dessert !

Déposé le 30/12/2018 à 19h39  
Par orque Citer

LEÇON D'HISTOIRE a écrit le 30/12/2018 à 16h55

Comme disait Desproges : La sagesse populaire on la connait , c'est celle qui à élu Hitler en 33 .

utiliser un sarcasme d'un humoriste que j’apprécie pour conter une semi vérité c'est un peu de la mauvaise foi.

C'est surtout la volonté des industriels allemands d'utiliser Hitler comme paravent au communisme grandissant en Allemagne, le tout relayé par une presse nationale partagée sur le sujet et une crise économique entrainant une inflation sans précédant. vous avez tous les ingrédients pour mettre au pouvoir le pire des criminels.

De plus le NSDAP a obtenu 43,9% des suffrages soit moins que la majorité que le propos de Desproges pourrait faire comprendre.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Élections_législatives_allemandes_de_mars_1933

Enfin je vous conseillerai de lire le livre de Daniel Schneidermann sur la myopie des journalistes internationaux sur l'arrivée au pouvoir de l'idole des nervis du quartier St Jean de Lyon !

Donc la "sagesse populaire" est façonnée par des éléments extérieures à son milieu (presse, politique, industriels, notables de tout genre...) mais je pense ne rien vous apprendre ?

Déposé le 30/12/2018 à 19h38  
Par George O. Citer

encore a écrit le 29/12/2018 à 20h32

Bande de feignants et profiteurs de l’état ! Allez bosser ! Et arrêtez de vivre au dessus de vos moyens. Meme Un couple avec 2 smic peut vivre ... faut arrêter ! Mais vous en voulez toujours plus pour moins. La France distribue déjà 755 milliard pour an au Français ! Commencez d’abord par vous renseigner et imaginez vous sans tout ça !

les prestations de santé ont progressé plus vite que la moyenne (+2% à 249,9 milliards d'euros), en raison notamment d'une "dynamique plus soutenue des soins hospitaliers" et d'un recours prolongé aux pensions d'invalidité du fait du recul de l'âge légal de départ en retraite.

Les prestations liées à l'emploi affichent également une forte hausse (+2,8% à 44,8 milliards d'euros), essentiellement due à "la montée en charge du plan +500.000 formations supplémentaires+" lancé par François Hollande.

Les dépenses consacrées à la pauvreté et à l'exclusion sociale (+2,9% à 21,3 milliards d'euros) ont pour leur part été dopées par la revalorisation du revenu de solidarité active (RSA).

Source : Le Figaro, monsieur ou madame je ne serai jamais malade, ni au chomedu, ni vieux/vieille.

Déposé le 30/12/2018 à 18h08  
Par Bonnets noirs. Citer

LEÇON D'HISTOIRE a écrit le 30/12/2018 à 16h55

Comme disait Desproges : La sagesse populaire on la connait , c'est celle qui à élu Hitler en 33 .

Bâillonner un peuple ,sans son avis sans proportionnelle sans référendums finit toujours par une révolution sanglante.

Déposé le 30/12/2018 à 18h04  
Par Dictature et vérités. Citer

orque a écrit le 30/12/2018 à 14h26

Vous n'avez pas l'air de connaitre grand chose à l'anarchisme si ce n'est d’ânonner ce que disent les éditocrates de la TV.
Je dirai plutôt "sans les forces de l'ordre c'est la loi du plus fort."

par contre vous ne croyez ni en la sagesse du peuple ni aux institutions qui ont été modelées par des années de luttes.
Résumer le mouvement des gilets jaunes à des casseurs, des rois de la merguez de rond point, des complotistes 2.0 c'est de la paresse intellectuelle.

La presse libre ? Ils se comptent sur les doigts des mains . Tous les autres sont corrompus au système et appartiennent a la secte ´ LE grand SIÈCLE ´ . Un cercle très fermé où se décide les lois et le sort des peuples sans son accord ni son consentement. C’est une vérité, renseignez vous et vous serez stupéfait de beaucoup de vérités que l’ont vous cachent ,plus ou moins .

Déposé le 30/12/2018 à 17h55  
Par Dictature française Citer

LEÇON D'HISTOIRE a écrit le 30/12/2018 à 16h55

Comme disait Desproges : La sagesse populaire on la connait , c'est celle qui à élu Hitler en 33 .

Toujours à genoux devant l’oligarchie et après sa accuse les autres et le peuple,pauvre cons de français.

Déposé le 30/12/2018 à 17h53  
Par D’origine étrangère et fier de l’etre . Citer

LEÇON D'HISTOIRE a écrit le 30/12/2018 à 16h55

Comme disait Desproges : La sagesse populaire on la connait , c'est celle qui à élu Hitler en 33 .

La moitié des français sont tellement cons que comme beaucoup ont a HONTE de dire que l’ont est français.

Déposé le 30/12/2018 à 16h55  
Par LEÇON D'HISTOIRE Citer

orque a écrit le 30/12/2018 à 14h26

Vous n'avez pas l'air de connaitre grand chose à l'anarchisme si ce n'est d’ânonner ce que disent les éditocrates de la TV.
Je dirai plutôt "sans les forces de l'ordre c'est la loi du plus fort."

par contre vous ne croyez ni en la sagesse du peuple ni aux institutions qui ont été modelées par des années de luttes.
Résumer le mouvement des gilets jaunes à des casseurs, des rois de la merguez de rond point, des complotistes 2.0 c'est de la paresse intellectuelle.

Comme disait Desproges : La sagesse populaire on la connait , c'est celle qui à élu Hitler en 33 .

Déposé le 30/12/2018 à 14h26  
Par orque Citer

INGRATITUDE a écrit le 30/12/2018 à 11h27

Ingrat ! Sans eux c'est l'anarchie dans nos rues et la loi du plus fort . J'imagine que vous faites partie des gens qui croient en la sagesse du peuple .

Vous n'avez pas l'air de connaitre grand chose à l'anarchisme si ce n'est d’ânonner ce que disent les éditocrates de la TV.
Je dirai plutôt "sans les forces de l'ordre c'est la loi du plus fort."

par contre vous ne croyez ni en la sagesse du peuple ni aux institutions qui ont été modelées par des années de luttes.
Résumer le mouvement des gilets jaunes à des casseurs, des rois de la merguez de rond point, des complotistes 2.0 c'est de la paresse intellectuelle.

Déposé le 30/12/2018 à 13h20  
Par Zig Citer

DTC de bon français. a écrit le 30/12/2018 à 12h47

Ta France et ton orthographe,tu sais ou tu peux te les mettre?

Dans ce cas, c'est où et non ou..

Déposé le 30/12/2018 à 13h10  
Par Orthographe pour tous Citer

DTC de bon français. a écrit le 30/12/2018 à 12h47

Ta France et ton orthographe,tu sais ou tu peux te les mettre?

Ce commentaire est une réponse au commentaire de Lecteurlassé du 30/12/2018 à 00h19 et en aucun cas pour un ignorant impoli comme vous.

Déposé le 30/12/2018 à 12h47  
Par DTC de bon français. Citer

Pas aussi simple a écrit le 30/12/2018 à 10h24

Faut-il écrire « un » ou « une » après-midi ?
Autant vous le dire tout de suite, vous pouvez écrire « un après-midi » ou « une après-midi ». Les deux sont acceptés ! La question est de savoir pourquoi vous choisissez d’utiliser le masculin ou le féminin.
Voici quelques arguments pour vous aider à faire le choix.
Écrire « une après-midi » : on emploie généralement le féminin pour indiquer une action dans la durée comme « une matinée », une « soirée » etc. L’usage veut donc qu’on utilise aussi le féminin pour « une après-midi ». On rencontre surtout le féminin dans la littérature.
Exemples : « Je t’ai attendu toute l’après-midi ! ». Zola écrit en 1891 dans L’Argent : « Par une après-midi grise et douce de novembre ».
Écrire « un après-midi » : l’Académie française préfère la forme masculine et écrira « un après-midi ». Son raisonnement est simple : « matin » est un nom masculin, il n’y a donc aucune raison de changer le genre pour « un après-midi ».
Exemple : Camus écrit dans L’Étranger : « L’après-midi était beau. »
Finalement, une étude de l’usage des deux formes dans la littérature française depuis 1800 montre que l’usage masculin est plus courant :

Ta France et ton orthographe,tu sais ou tu peux te les mettre?

Déposé le 30/12/2018 à 12h44  
Par Les putes de l’etat. Citer

MDR a écrit le 30/12/2018 à 11h34

1000 personnes !!!! LoL Tu serais pas marseillais ? Arrêtez ! Vous êtes des tocards. Rentrez chez vous bande de feignants. Ce mouvements en devient totalement ridicule. Tout le monde en est fatigué même les médias commence à vous oublié petit à petit.

A Marseille ils étaient plus de deux milles ,mais les chiffres comme la désinformation maçonnique marche pour la dictature.

Déposé le 30/12/2018 à 12h42  
Par Bienvenue en enfer. Citer

INGRATITUDE a écrit le 30/12/2018 à 11h27

Ingrat ! Sans eux c'est l'anarchie dans nos rues et la loi du plus fort . J'imagine que vous faites partie des gens qui croient en la sagesse du peuple .

J’ai vue le diable dans les quartiers et la violence au quotidien,sa c’est la réalité. Les forces de l’ordre ne font plus peurs à personnes depuis des lustres . Ala vraie vie c’est justement la loi du plus fort ,même les politiques ont acheté les grands frères pour la paix sociale,c’est pour dire . Le reste n’est que du vent et des paroles de putes . Quand la nuit tombe ce n’est plus les mêmes gens qui déambulent mais bien le laxisme d’une délinquance toute puissante.

Déposé le 30/12/2018 à 11h48  
Par vivi Citer

Pas aussi simple a écrit le 30/12/2018 à 10h24

Faut-il écrire « un » ou « une » après-midi ?
Autant vous le dire tout de suite, vous pouvez écrire « un après-midi » ou « une après-midi ». Les deux sont acceptés ! La question est de savoir pourquoi vous choisissez d’utiliser le masculin ou le féminin.
Voici quelques arguments pour vous aider à faire le choix.
Écrire « une après-midi » : on emploie généralement le féminin pour indiquer une action dans la durée comme « une matinée », une « soirée » etc. L’usage veut donc qu’on utilise aussi le féminin pour « une après-midi ». On rencontre surtout le féminin dans la littérature.
Exemples : « Je t’ai attendu toute l’après-midi ! ». Zola écrit en 1891 dans L’Argent : « Par une après-midi grise et douce de novembre ».
Écrire « un après-midi » : l’Académie française préfère la forme masculine et écrira « un après-midi ». Son raisonnement est simple : « matin » est un nom masculin, il n’y a donc aucune raison de changer le genre pour « un après-midi ».
Exemple : Camus écrit dans L’Étranger : « L’après-midi était beau. »
Finalement, une étude de l’usage des deux formes dans la littérature française depuis 1800 montre que l’usage masculin est plus courant :

Merci pour l'argumentaire et mon orthographe.

J'employais également les deux genres, et je continuerais.

Déposé le 30/12/2018 à 11h34   Depuis l'application iPhone Lyonmag  
Par MDR Citer

1000 personnes !!!! LoL Tu serais pas marseillais ? Arrêtez ! Vous êtes des tocards. Rentrez chez vous bande de feignants. Ce mouvements en devient totalement ridicule. Tout le monde en est fatigué même les médias commence à vous oublié petit à petit.

Déposé le 30/12/2018 à 11h27  
Par INGRATITUDE Citer

Les chiens de gardes delà dictature. a écrit le 30/12/2018 à 09h19

Mdrrrr, le dernier des métiers avec gardien de prison ,sauf pour les guignols qui se veulent se la jouer ou les branleurs verbalisateur feignants pour être payer pour rien faire .

Ingrat ! Sans eux c'est l'anarchie dans nos rues et la loi du plus fort . J'imagine que vous faites partie des gens qui croient en la sagesse du peuple .

Déposé le 30/12/2018 à 10h24  
Par Pas aussi simple Citer

Lecteurlassé a écrit le 30/12/2018 à 00h19

Après-midi c'est masculin.
On dit un après et un midi donc c'est UN après-midi.
Un journaliste est pourtant, au vu de sa formation, censé savoir écrire…

Faut-il écrire « un » ou « une » après-midi ?
Autant vous le dire tout de suite, vous pouvez écrire « un après-midi » ou « une après-midi ». Les deux sont acceptés ! La question est de savoir pourquoi vous choisissez d’utiliser le masculin ou le féminin.
Voici quelques arguments pour vous aider à faire le choix.
Écrire « une après-midi » : on emploie généralement le féminin pour indiquer une action dans la durée comme « une matinée », une « soirée » etc. L’usage veut donc qu’on utilise aussi le féminin pour « une après-midi ». On rencontre surtout le féminin dans la littérature.
Exemples : « Je t’ai attendu toute l’après-midi ! ». Zola écrit en 1891 dans L’Argent : « Par une après-midi grise et douce de novembre ».
Écrire « un après-midi » : l’Académie française préfère la forme masculine et écrira « un après-midi ». Son raisonnement est simple : « matin » est un nom masculin, il n’y a donc aucune raison de changer le genre pour « un après-midi ».
Exemple : Camus écrit dans L’Étranger : « L’après-midi était beau. »
Finalement, une étude de l’usage des deux formes dans la littérature française depuis 1800 montre que l’usage masculin est plus courant :

Déposé le 30/12/2018 à 10h18  
Par Casério. Citer

PLUS DE MILLE PERSONNES HIER et pas 200 !

Déposé le 30/12/2018 à 09h21  
Par Blacks brothers.. Citer

GARDIEN DE LA PAIX a écrit le 30/12/2018 à 09h08

Quelle chance d’être gardien de la paix par les temps qui court et contribué à ramené la paix dans nos rues . Plus je regarde les infos et je les envient quand ils sont en pleine effort pour contenir tout ces fauteurs de trouble . GARDEZ LA PÊCHE ! ON VOUS SOUTIENT !

Bravo à tous les gardiens de nos pez, ils sentent aussi le gaz et le partage volontiers les salauds.

Déposer un commentaire

 

En cochant cette case, je souhaite recevoir une notification à chaque nouveau commentaire.

Me connecter | Réserver mon pseudo

Ce compte gratuit et facultatif vous permet notamment de réserver votre pseudonyme pour les commentaires et le forum, afin que personne ne puisse utiliser le pseudo que vous avez déposé.