La Cour de cassation décide le dépaysement à Lyon de l'affaire Geneviève Legay

La Cour de cassation décide le dépaysement à Lyon de l'affaire Geneviève Legay
Photo d'illustration - LyonMag

Ce mercredi, la militante écologiste de 73 ans, Geneviève Legay, blessée lors d'une charge des forces de l'ordre en mars dernier à Nice, a vu sa demande de dépaysement de l'affaire à Lyon être accueillie favorablement par la Cour de cassation.

La plus haute juridiction de l'ordre judiciaire a suivi l'avocat général, acceptant les demandes des avocats de Geneviève Legay et d'ATTAC, cette association altermondialiste dont l'intéressée est membre.

Pour rappel, le 23 mars dernier à Nice, à la veille de la visite du Président chinois Xi Jinping, la militante prenait part à une manifestation des "Gilets Jaunes". A l'occasion d'une charge des policiers, elle avait été victime d'une commotion cérébrale, à la suite d'une chute.

Le Procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, pour lever le voile sur cette affaire, choisissait alors la Direction de la sûreté départementale. Très vite, la gestion de l'enquête par ce Procureur avait été remise en cause. Et pour cause, la cheffe de service de la direction de la sûreté avait participé à l'opération de police dans le périmètre de l'incident, et n'était autre que la compagne du commissaire en charge de cette opération.

Désormais, l'enquête va être confiée à un juge d'instruction lyonnais.

0 commentaire
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.