A Lyon, Viggo Mortensen pose un regard modeste sur sa vie d’artiste hors norme

A Lyon, Viggo Mortensen pose un regard modeste sur sa vie d’artiste hors norme
Viggo Mortensen ce dimanche à la Comédie Odéon - LyonMag

Ce n’est que le début du Festival Lumière 2020. Mais son premier temps fort restera sûrement le plus marquant de la semaine et de cette 12e édition.

A l’annonce de la venue à Lyon de Viggo Mortensen, nombreux sont ceux qui rêvaient d’assister à la Masterclass proposée ce dimanche par l’acteur américain, qui participait ensuite à la projection en avant-première de son long-métrage, le premier comme réalisateur, Falling.

A la Comédie Odéon, les places étaient donc chères. D’autant que les mesures sanitaires obligeaient à pratiquement diviser la capacité de la salle par deux. C’est masqué que Viggo Mortensen est arrivé en fendant la foule, après un court clip de ses rôles les plus marquants. Le résumé d’une carrière d’acteur qui le fit se sentir "vieux".

L’interprète légendaire d’Aragorn dans la trilogie du Seigneur des Anneaux parle très bien le français, mais switche volontiers avec son anglais natal pour raconter plus rapidement ses anecdotes, voire avec l’espagnol lorsqu’il doit mimer sa rencontre avec Maradona à Cannes. Car Viggo Mortensen est polyglotte, ouvert et curieux de toutes les cultures, à tel point qu’il refuse de répondre à la question de savoir quelle nationalité le définit le mieux.

Ce côté bohème baroudeur, "libre", il l’a conservé dans sa carrière d’acteur. Après le Seigneur des Anneaux, il ne participa jamais plus à film de studio ou à immense budget. Mais il ne ferme pas définitivement la porte : "L’histoire est importante. Si tout est expliqué, si je peux deviner la musique à l’avance en lisant le scénario, c’est non. Mais si le réalisateur veut montrer quelque chose de différent…" Autant dire qu’on ne verra pas Viggo Mortensen dans un Marvel de sitôt.

C’est finalement ce qui l’a guidé dans l’écriture de Falling : "Je voulais faire un film qui fonctionnera parce que le spectateur sortira du cinéma en se posant la question : ‘Et maintenant quoi ? Que deviennent les personnages ?’ Si c’est le cas, le film devient le vôtre".
Ce drame dans lequel il joue aux côtés de Lance Henriksen, un père qui souffre de démence, il l’a également imaginé en puisant dans sa vie personnelle. Car de nombreuses personnes de sa famille, à commencer par ses parents, ont été atteint de démence. "Je voulais montrer que la personne qui parle avec son ami décédé depuis 20 ans ou qui pense faire l’amour à sa femme en 1954 n’est pas confuse. Elle le vit vraiment. C’est nous qui sommes confus de ne pas la croire", déclara Viggo Mortensen, ému par ses souvenirs. Falling sortira en salles le 4 novembre prochain.

Cette masterclass, ce fut aussi des anecdotes croustillantes. Comme ce casting avec Woody Allen durant lequel les deux hommes échangèrent un simple regard et un "bonjour" gênant. Ou son premier rôle important mais imprévu dans Witness - il ne devait tourner qu’une journée, il est finalement resté plusieurs semaines après avoir tapé dans l’oeil de Peter Weir. Mais aussi son malheur d’avoir envoyé sa mère à deux reprises au cinéma pour le voir dans des films dont il ne savait pas qu’il avait été coupé au montage.

Et maintenant ? Viggo Mortensen a laissé entendre que des retrouvailles avec son ami réalisateur David Cronenberg - trois films ensemble (A History of Violence, Les Promesses de l’ombre et A Dangerous Method) - pourraient avoir lieu en 2021.

Modeste, toujours, le passionné de football et supporter de San Lorenzo en Argentine voulait aussi parler aux Lyonnais présents. Et leur donner des conseils pour qu’ils n’hésitent pas à faire parler leur créativité : "Vous pouvez désormais faire des films à l’iPhone, qui seront peut-être un jour sélectionnés à Cannes par Thierry Frémaux. Vous êtes donc des artistes. Ça ne veut pas dire que vous aurez du succès, tous vos films seront peut-être de la merde. Mais allez-y, vous êtes déjà des artistes".

Et les spectateurs l’ont écouté, dégainant leurs smartphones pour le filmer sur scène, en train de les remercier pour cette heure et demie d’écoute. Viggo Mortensen avait probablement raison, ces vidéos n’iront jamais à Cannes et sont sûrement des merdes, artistiquement parlant. Mais lui-même s’est pris au jeu de mitrailler la foule avec son téléphone.

Une ode à la liberté et à la modestie, à l’image du personnage dont il enfile le costume chaque matin au réveil.

7 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
GeeK le 12/10/2020 à 16:12

Terroir avec un "r", c'est assurément du mauvais français! "Sa", "sone", sans cédille... Et le con veut donner la l'çon... Mais looool????????
Vico, le roi patate (de forain !)

Signaler Répondre

avatar
Casey le 12/10/2020 à 11:24
un mec un vrai a écrit le 11/10/2020 à 20h24

Viggo ? sa sone pas trop teroir ça, pas du tout francais. Rien à cirer.

un mec qui parle avec ses bourses, la preuve, aucune éducation.

Signaler Répondre

avatar
AnonymeGone le 12/10/2020 à 11:13
Valseuse... a écrit le 12/10/2020 à 02h24

Tout ce qui se passe autour et dans cet événement appelé festival, m'en fait bouger une sans faire bouger l'autre !

Alors savoir que ce monsieur fais le modeste sur fond de calimeroage pour boubourse, augmente la vitesse de ma valseuse...

Ce festival ne vous intéresse pas, mais vous prenez le temps de lire l'article et de le commenter! Une vraie valseuse, en effet...

Signaler Répondre

avatar
Valseuse... le 12/10/2020 à 02:24

Tout ce qui se passe autour et dans cet événement appelé festival, m'en fait bouger une sans faire bouger l'autre !

Alors savoir que ce monsieur fais le modeste sur fond de calimeroage pour boubourse, augmente la vitesse de ma valseuse...

Signaler Répondre

avatar
vrailyonnais le 11/10/2020 à 21:40

Mortensen, un homme de grande qualité et modeste; ce n’est pas courant ces temps dans notre Bonne Ville où nous avons plutôt des personnes à l’inverse de Tout Ça !!!! À bon entendeur.......

Signaler Répondre

avatar
olepequenaud le 11/10/2020 à 20:34
un mec un vrai a écrit le 11/10/2020 à 20h24

Viggo ? sa sone pas trop teroir ça, pas du tout francais. Rien à cirer.

Viggo, moi je le trouve beau, bon et intelligent. Restez donc à votre fête au boudin à boire une suze avec votre pote Bébert et laissez la culture aux gens qui savent la savourer

Signaler Répondre

avatar
un mec un vrai le 11/10/2020 à 20:24

Viggo ? sa sone pas trop teroir ça, pas du tout francais. Rien à cirer.

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.