Scooter percuté à Lyon : un ami du chauffard se livre à la police et tente de se faire accuser

Scooter percuté à Lyon : un ami du chauffard se livre à la police et tente de se faire accuser
Photo d'illustration - LyonMag

Les policiers se sont rapidement rendus compte qu’ils avaient affaire à un menteur.

Ce dimanche, vers 20h15, un homme originaire de Décines âgé de 31 ans circulait à scooter dans le 3e arrondissement de Lyon, au niveau de la rue Ferdinand Buisson. Mais pour une raison encore inexpliquée, l’individu sur son deux-roues a été violemment percuté par un automobiliste. Ce dernier a immédiatement pris la fuite, laissant sa victime au sol avec une fracture du tibia.

Plus tard dans la soirée, un homme s’est rendu au commissariat, indiquant être le conducteur du véhicule recherché. Il était alors placé en garde à vue. Mais les enquêteurs lyonnais de la brigade accidents et délits routiers, grâce notamment aux auditions de divers témoins, ont découvert qu’en réalité le conducteur du véhicule au moment de l’accident n’était pas cet homme mais bel et bien le propriétaire du véhicule en question. Le véritable chauffard, âgé de 20 ans, demeurant à Lyon 7ème, a été placé en garde à vue. Entendu, il a nié les faits mais sera néanmoins jugé en comparution immédiate ce mercredi.

Son ami, qui avait tenté de se faire passer pour l’auteur des faits, a été laissé libre.

10 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
Justichié le 30/12/2020 à 21:09

Une seule seconde pour reflechir : le coupable : soit jeune conducteur risquait de perdre son permis de conduire, ou soit il était sous l'emprise de stupefiant ou d'alcool donc déchéance de garanties responsabilité civile de la part de l'assureur du véhicule, risque de peine sévère.
Un parent ou un ami pour l'aider s'est porter volontaire pour endosser la responsabilité du sinistre. Ce n'est a mon avis pas plus compliqué que cela.

Signaler Répondre

avatar
Précisions le 30/12/2020 à 18:33

Bof, le coupable a grassement payé l'autre, ou alors l'autre lui devait quelque chose, ou il l'a menacé, c'est tout ce qu'il faut déterminer.

Signaler Répondre

avatar
Dedefred le 30/12/2020 à 18:08

Toujours l'identité variable: dix mois ferme pour le juge complice.

Signaler Répondre

avatar
La chouine le 30/12/2020 à 17:30
Amitié entre les peuples a écrit le 30/12/2020 à 13h52

Conseil :si vous êtes français et que vous avez fait une conneries, demandez à une racaille de porter le chapeau, il ne risque rien avec le juge rouge contrairement à vous.

Le juge rouge ?! Le dernier rouge qui t'as croisé devait être en bouteille ; calme donc ton délire et laisse donc le père noël tranquille ;-)

Signaler Répondre

avatar
MDR le 30/12/2020 à 16:27
Jean mi a écrit le 30/12/2020 à 16h03

Être français est une origine d accord, par contre racaille? Toi t es pas raciste en tout cas !

Je vais demander à une racaille de payer mes impôts ;des volontaires ?

Signaler Répondre

avatar
Jean mi le 30/12/2020 à 16:03
Amitié entre les peuples a écrit le 30/12/2020 à 13h52

Conseil :si vous êtes français et que vous avez fait une conneries, demandez à une racaille de porter le chapeau, il ne risque rien avec le juge rouge contrairement à vous.

Être français est une origine d accord, par contre racaille? Toi t es pas raciste en tout cas !

Signaler Répondre

avatar
Amitié entre les peuples le 30/12/2020 à 13:52

Conseil :si vous êtes français et que vous avez fait une conneries, demandez à une racaille de porter le chapeau, il ne risque rien avec le juge rouge contrairement à vous.

Signaler Répondre

avatar
kikou le 30/12/2020 à 13:20

Le complice devrait être poursuivi en justice pour dissimilation de la vérité.

Signaler Répondre

avatar
Prout le 30/12/2020 à 12:38
C'est rare a écrit le 30/12/2020 à 11h50

Que c'est beau la solidarité c'est tellement rare de nos jours ....

Oui trop beau. J'suis morte de rire.
Quelle bande de blaireaux.

Signaler Répondre

avatar
C'est rare le 30/12/2020 à 11:50

Que c'est beau la solidarité c'est tellement rare de nos jours ....

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.