Lyon : le péage du BPNL (TEO) voué à bientôt disparaître ?

Lyon : le péage du BPNL (TEO) voué à bientôt disparaître ?
LyonMag

La Chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes a publié ce mercredi son rapport sur le Boulevard périphérique Nord de Lyon (BPNL), aussi connu sous son nom d'origine TEO.

L'ouvrage urbain à péage, long de 10 kilomètres, s'étend de la porte de Croix-Luizet jusqu'à la porte du Valvert et accueillait en 2019 pas moins de 19 millions de véhicules sur la partie payante, pour une recette de péage dépassant les 38 millions d'euros, et 30 millions de véhicules sur la section gratuite (20 millions à l'Ouest, 10 millions à l'Est).

La Chambre régionale des comptes adresse ainsi des conseils à la Métropole de Lyon, notamment sur la tarification du péage, afin de ne pas se retrouver hors-la-loi. Un nouvel épisode donc pour cet ouvrage si polémique, inauguré en catimini en 1997.

Car en 2015, un contrat de partenariat PPP était signé entre la Métropole et la société Leonord (groupe SANEF). Cette dernière doit gérer, jusqu'en 2035, l'exploitation de la section payante du BPNL, ainsi que la mise en sécurité des tunnels. Des travaux obligatoires depuis la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc de 1999, et qui étaient estimés à 116,6 millions d'euros TTC en 2012.
En contrepartie des prestations fournies, le partenaire est rémunéré par le paiement d’une redevance qui couvre les dépenses d’investissement et de financement ainsi que les coûts liés au gros entretien et renouvellement (GER), à la maintenance et l’exploitation de l’ouvrage et aux frais de gestion, d’assurance et de fiscalité du contrat.

Le rapport de la CRC Auvergne-Rhône-Alpes note que "le modèle économique du contrat de partenariat a été construit sur une durée de 20 ans qui a permis d’étaler l’amortissement des investissements sur un temps long. La métropole a néanmoins choisi de participer à leur financement par le versement d’un loyer d’investissement majoré important (58,3M euros HT) à la fin des travaux. Cette part de financement public qui représente plus de la moitié de l’investissement réalisé par le partenaire privé a permis d’optimiser le financement global du projet en diminuant le recours à l’emprunt par ce dernier".

"Le péage ne pourra plus être maintenu"

Or, une collectivité ne peut pas légalement s'enrichir avec un péage. L'article L. 153-1 du code de la voirie routière dit que "l'usage des ouvrages d'art est en principe gratuite" et qu'un péage peut "assurer la couverture totale ou partielle des dépenses de toute nature liées soit à la construction, soit (...) à la construction, à l'exploitation et à l'entretien ou à l'exploitation".
Et la CRC le rappelle : "En l’état actuel de la règlementation, lorsque les dépenses liées à la construction du BPNL auront été couvertes par les recettes, le péage ne pourra plus être maintenu pour couvrir les dépenses d’entretien et d’exploitation de l’ouvrage car les règles d’institution d’un péage n’autorisent pas la métropole de Lyon à réaliser des bénéfices. Afin d’apprécier l’évolution de l’équilibre financier global de l’ouvrage et de s’assurer de la cohérence de la politique de tarification avec l’article L.153-1 du code de la voirie routière, la métropole de Lyon devrait mettre en place un suivi analytique des recettes et des dépenses".

Adieu le péage de TEO ? C'est probable, et il faudra que le président de la Métropole Bruno Bernard s'exprime prochainement sur le sujet. L'élu écologiste pourra aussi rebondir sur les notes du rapport qui rappellent que "la tarification n’intègre pas à ce jour de réflexion sur les enjeux environnementaux ou de mobilité. Il n’y a, par exemple, pas de modulation en fonction des heures de pointe, ni de stratégie en lien avec l’usage de la voiture dans la métropole". D'où la recommandation faite à la collectivité "d’élaborer une stratégie tarifaire formalisée pour le péage du BPNL, tenant compte notamment des objectifs du plan de déplacements urbains".

Tags :

BPNL

TEO

péage

12 commentaires
Laisser un commentaire
avatar
hydrazine le 20/03/2021 à 17:04
Julius a écrit le 17/03/2021 à 20h31

Comique...il ne servira plus à rien ils veulent plus de voiture

que nenni!!..........je l ai pris ce matin,çà ferait une chouette piste de skate board ou ....patin à roulettes?!.et meme!!caisses à savon!!mais apres la descente ,..........il faut remonter....mais esperons! ,il y aura toujours?........ le telepherique!!

Signaler Répondre

avatar
freepapi le 19/03/2021 à 09:53
R450 a écrit le 17/03/2021 à 17h10

Il faut laisser un péage moins cher pour les frais d'entretien. C'est comme l'autoroute c'est ceux qui utilisent qui payent. Si c'était gratuit ce serait saturé donc plus d'intérêt.

C'est exactement ce que j'ai écris ailleurs... mais lune pastèque ne pensent pas, elle dé-pensent !

Signaler Répondre

avatar
X. Power le 18/03/2021 à 13:04

Mais oui on y croit, genre suppression totale du péage comme par magie.

C'est la crise en ce moment...'' soit disant''
Vous verrez que tout cela c'est juste des paroles.


Wait and see...

Signaler Répondre

avatar
Tonkin le 18/03/2021 à 11:09

Raymond avait aussi prédit la disparition de ce péage, avait-il mis la Barre un peut haute ?

Signaler Répondre

avatar
Lacuzon78 le 18/03/2021 à 10:43

Le dernier "conseil" de la cour régionale des comptes portant sur Rhône Express a coûté 31 millions d euros au contribuable métropolitain.
Sans aucun bénéfice pour lui

Signaler Répondre

avatar
Pilou69 le 18/03/2021 à 08:18
pepone sa cartone a écrit le 18/03/2021 à 07h25

teo c est finnis et oui plus personne pour payer les czmpagne de tout ses detrousseur du peuple avide de pouvoir et d incompetence en oubliant pas de sen mettre plein les poches

Et en français cela donne quoi ?

Signaler Répondre

avatar
pepone sa cartone le 18/03/2021 à 07:25

teo c est finnis et oui plus personne pour payer les czmpagne de tout ses detrousseur du peuple avide de pouvoir et d incompetence en oubliant pas de sen mettre plein les poches

Signaler Répondre

avatar
Une pensée.... le 17/03/2021 à 22:51

Une pensée pour les magouilles de l'époque où Teo est devenu payant en raison du surcoût induit par la construction des barrières de péage....

Signaler Répondre

avatar
Julius le 17/03/2021 à 20:31

Comique...il ne servira plus à rien ils veulent plus de voiture

Signaler Répondre

avatar
Bees le 17/03/2021 à 18:52

Ne pas oublier et surtout ne pas négliger le fait que les péages sont également des barrières de sécurités.
Vous seriez étonné de savoir le nombre hallucinants de poids lourds de matières dangereuses,ou hors gabarits , de piétons , de vélos ,de chauffards plus ou moins alcoolisés qui sont stoppés au péage .
J’ai du mal à imaginer cet ouvrage « open ».

Signaler Répondre

avatar
R450 le 17/03/2021 à 17:10
Précisions a écrit le 17/03/2021 à 15h53

Attention, l'écolo Bruno Bernard pourrait tout aussi augmenter le tarif pour limiter au maximum les véhicules, ou en faire un mode doux réservé aux vélos, ou encore faire payer uniquement les véhicules "polluants" (polluants pour les pastèques).
En plus vu que tout est géré par la finance, malgré que l'on ai payé 2x la construction de Teo avec nos impôts et que l'on paie pour l'utiliser, il y aura forcément une contrepartie !
Ne surtout pas se réjouir trop tôt...

Il faut laisser un péage moins cher pour les frais d'entretien. C'est comme l'autoroute c'est ceux qui utilisent qui payent. Si c'était gratuit ce serait saturé donc plus d'intérêt.

Signaler Répondre

avatar
Précisions le 17/03/2021 à 15:53

Attention, l'écolo Bruno Bernard pourrait tout aussi augmenter le tarif pour limiter au maximum les véhicules, ou en faire un mode doux réservé aux vélos, ou encore faire payer uniquement les véhicules "polluants" (polluants pour les pastèques).
En plus vu que tout est géré par la finance, malgré que l'on ai payé 2x la construction de Teo avec nos impôts et que l'on paie pour l'utiliser, il y aura forcément une contrepartie !
Ne surtout pas se réjouir trop tôt...

Signaler Répondre

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte Lyon Mag, connectez-vous.
Nous ne vous enverrons pas d'email sans votre autorisation.